Osh le Secret Gardé Index du Forum


 
Osh le Secret Gardé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [RP] Entre les barreaux ::
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Château
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 19:29 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

On leur jetait une gamelle tous les deux ou trois jours. Ils avaient droit à de l’eau un peu plus souvent mais ils avaient tous les lèvres sèches et le ventre meurtri par la faim. Les rats gambadaient dans la prison sans qu’il ne les remarque plus, certains tremblaient de fièvre tant il faisait froid. L’hiver annonçait pourtant la fin, la fête avait sonné ces bonnes heures il y avait déjà cinq jours mais la température n’était pas clémente sur ces pierres humides. Les trois pirates attendaient toujours leur heure, les festivités n’avaient pas eu raison d’eux car l’animation battant son plein n’avait pas eu besoin de l’excitation d’une exécution mais ils n’étaient pas dupes… rien n’allait s’arranger.

Quetzal’ome était accroché presque toute la journée à cette petite fenêtre comme si la vision de la vie courante le sauvait encore de la réalité implacable qui l’attendait. De temps à autres, la lourde porte s’ouvrait et on embarquait un ou deux prisonniers inertes sans que les autres ne sachent vraiment s’ils allaient être exécuté ou simplement jeté dans une fosse. La nuit, les hautes murailles n’empêchaient pas de contempler le ciel et ses étoiles. A ces instants, l’homme priait un peu ses ancêtres et ses anciennes vies. Est-ce qu’il trouverait un partisan, un acheteur une fois sur l’échafaud ?

Ses compères se moquaient de lui, résignés qu’ils étaient à leur fin inévitable. « Toute mort est certaine Teotl, tu n’as pas appris ça dans les arbres nigaud ? » Ils se connaissaient depuis tant d’années mais ces hommes ne savaient toujours pas qui il était. Il écoutait leurs histoires de voyages comme s’ils étaient les derniers souffles de liberté connus mais il ne voulait pas se résoudre… En tendant le bras entre les barreaux, il aimait jouer entre ses doigts avec la terre que les autres foulaient sans même la remarquer. Les militaires entraînés ne se souciaient tellement pas des prisonniers qu’il aurait bien pu crier qu’on ne lui aurait même pas dit de la boucler. Seul un chien venait parfois sentir le bout de ses mains avant de s’éloigner, déçu de ne pas y trouver à manger.

Teotl avait remarqué un enfant qui le scrutait parfois du coin de l’œil. Il ignorait bien ce que pouvait bien faire un gamin dans une telle muraille mais il finit par l’attirer à lui. Le gamin était tant fasciné qu’effrayé qu’il fallut deux journées supplémentaires avant que le pirate réussisse à lui faire porter un peu de nourriture jusqu’à lui. Il trouva en l’enfant une bonne raison de s’occuper et il arriva à troquer contre quelques légendes des mers, des petits services. Malheureusement, le gamin n’avait pas entendu parler d’un marchand qui voulait de bras forts et sa mère lui interdisait d’aller jusqu’aux Bas Quartiers pour lui confier quelques autres pistes. Enragé devant l’ironie du sort, le Telkankien réussit à faire fuir le petit homme qui ne revint plus une seule fois…
________________________________________________________________

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Fév - 19:29 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 22:15 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

Laissez moi passer je vous prie, commande du Roi!

Ce fut davantage le ton autoritaire de Vyssi que son excuse qui fit hausser les épaules du garde. Si cette gamine voulait grattouiller quelques notes dans la cours pour les soldats, il n'y voyait pas d'inconvénient en particulier. Il n'était pas dupe, mais ne voulait pas d'ennui, et cette fille là ne semblait pas dangereuse. Il la reconnaissait comme étant des Hauts-Quartiers pour l'avoir croisé, un si joli minois, ça ne s'oubliait pas comme ça...

Merci.

Le ton sec de Vyssi traduisait son irritation. Dans une besace, elle portait une petite lyre, élément finalement indispensable pour composer, elle s'en était rendue compte dans les Bas-Quartiers lors d'une précédente visite. Aujourd'hui, la voilà à la caserne. La musicienne commença par déambuler dans les zones communes où elle avait accès. Elle voulait désormais capter l'âme, chargée de sueur et de testostérone, de la caserne. Son oreille aiguisée captait les bruits d'armes qui s'entrechoquent, de l'autre côté du mur de pierre qui abritait les terrains d'entrainement. L'atmosphère était bien différente de celle, mystérieuse et lourde, des Bas-Quartiers. Vyssi ressentait une énergie, qu'elle qualifierait de "positive"... Tous ces hommes, de repos ou de corvée sans difficulté pour la plupart, s'apostrophaient gentiment, se bousculaient sans méchanceté aucune. Derrière les bruits de métal, quelques rires chauds s'élevaient...

Vyssi fit une première fois le tour de l'enceinte extérieur. Une fois elle leva les yeux sur les tours du château et une sensation étrange lui serra le bas-ventre. Un jour, elle entrerait là-bas, et elle présenterait au Roi l'œuvre magistrale de sa carrière de compositrice: Elis, toute-entière, narrée à son fondateur et Maître... A cette pensée, un frisson lui parcouru l'échine et se prolongea jusqu'à ses avant-bras...

Plus tard, plus tard... Ton heure viendra Vyssi, ton heure viendra.

Après un tour complet de la caserne, Vyssi estima avoir compris le fonctionnement global, et quelques sensations commençaient à esquisser une ébauche de partition. La jeune fille s'installa dans une cour, assise sur une grande caisse, elle fit jouer les mécanismes de l'étui de sa lyre et prit l'instrument dans ses bras. D'autres musiciens manifestent à leurs instruments tout l'amour qu'ils portent à leur fils. Vyssi n'est pas de ceux-là. Sa lyre est un outils, elle y est aussi peu attachée qu'un architecte à son compas. Un outils pour édifier son avenir...

La musicienne commença par glisser ses doigts sur toutes les cordes. Accord légèrement dissonant, la jeune fille s'appliqua à accorder chaque note avec soin. Évidemment, l'instrument n'était guère approprié pour définir la caserne, mais il avait l'immense avantage de permettre les accords et la chanson.

Si le cor définit les Bas-Quartiers... Quatre clarinettes et un basson pour la caserne... Oui, des clarinettes basses...

Vyssi se faisait discrète, plongée dans ses pensées. Elle n'avait pas remarqué le soupirail à barreaux qui donnait face à son banc improvisé. Encore moi le visage tatoué qui se cachait derrière...

La musicienne passa un long moment, à alterner quelques notes, à griffonner ses partitions, à écouter, longuement, à palper l'ambiance de la caserne, pour regratter à nouveau le vélin de ses fusains... Une heure passa, peut-être plus. Vyssi choisit de se relire enfin, et prit la lyre dans ses bras et commença à jouer ce qu'elle avait écrit. Une première fois.

Mon Dieu, que c'est mauvais...

Quelques ratures plus tard, et Vyssi reprit son instrument et entama la nouvelle mélodie.

Peut-être mieux...

Une mine déçue, une petite moue boudeuse. N'arrivant pas tout à fait à capter la musique qui se jouait, grandiose, dans son esprit, Vyssi entreprit de chantonner, sans paroles, quelques notes qui venaient à contre-coups de sa lyre, afin de limer les angles de sa composition. Devant elle, trois soldats passèrent. De ronde, ils hésitèrent à s'arrêter, se poussèrent un peu du coude et firent à voix basse une allusion grivoise que Vyssi ne capta pas, prise toute entière à sa musique. 
Le seul spectateur qu'elle remarqua était un petit garçon, de derrière un tas de pierre, il la regardait avec des yeux tous ronds. Vyssi lui adressa un petit sourire et retourna à sa musique.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Sam 5 Fév - 13:44 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

Des petites notes de musique éveillèrent les trois pirates, ils étaient les seuls prisonniers encore « frais » du cachot. Leurs visages étaient encore gonflés des coups des gardes mais il brillait en leurs yeux cette flamme éternelle malicieuse et intrépide. Teotl s’approcha des abords de la rue et glissa un œil entre deux lames de pénombre. Non loin de là, sur des caisses et tonneaux, une femme avait pris place avec un instrument. Son visage était tendu et parfois contrarié alors qu’elle griffonnait d’un crayon une feuille de papier. Le spectacle était sans grande curiosité mais le telkankien prit plaisir à contempler les manières de cette dame. C’en était une à n’en pas douter. Sa toilette était propre et le tissu n’avait rien de mal raccommodé.

-Qu’est-ce que tu vois ?

Il fit un signe de main à ses pairs pour qu’ils se taisent mais ceux-ci ne l’écoutèrent pas et bientôt, ils le poussèrent pour scruter la musicienne. Quetzal’ome s’attendait à ce qu’il la hèle de surnoms gras et vulgaires mais les petites notes vinrent également adoucir leurs mœurs. C’était une fenêtre de douceur et au crépuscule de leurs vies, ils ne comptaient pas tout saccager. La ronde des gardes approcha et les trois hommes reculèrent. Les deux autres pirates reprirent leur place à l’ombre de leurs fers tandis que Quetzal’ome resta pour contempler les toutes petites bribes de mélodie que la femme offrait. Elle était à une dizaine de mètres de lui, appuyée sur le mur de l’enceinte qui faisait face à son cachot et lorsque les gardes arrivèrent à son niveau, il entendit les mots déplacés…

Il n’était pas galant ni tellement respectueux mais il imaginait qu’à cause de ces commentaires, la créature allait s’arrêter et ça, il ne pouvait l’admettre. Ils avaient déjà sa liberté, ils ne lui prendraient pas ce peu de distraction. Le pirate glissa sa main aux travers des barreaux et se saisit d’une des chevilles d’un des hommes qui s’étala de tout son long. Ses homologues se moquèrent d’abord de lui quand leurs attentions se portèrent sur le visage sombre et menaçant qui avouait par sa seule présence, son audace.

Les insultes fusèrent à son encontre mais le pirate ne bougea pas. Ces hommes ne pouvaient rien au travers des barreaux et ils n’attendaient que ça qu’ils viennent d’eux même dans le cachot… Une fois la colère de ces obligés de la couronne envolée et quelque peu dirigée sur l’enfant vagabond caché au coin de rue, le silence de l’allée plana. Quetzal’ome tourna son attention vers la femme, elle ne chantait plus et regardait en sa direction. Le pirate se sentit mal à l’aise et recula d’un pas dans son trou à rats, inquiet qu’elle puisse deviner ses traits. Elle savait qu’il était là mais elle ignorait encore qui il était. Il aurait voulu s’excuser de s’être fait remarquer parce qu’il ne voulait pas qu’elle parte, il voulait encore entendre son inspiration. Mais aucun son ne sortit. Ce n’était pas une de ces catins qu’il avait déjà connues. Non.. une Dame… il ne connaissait rien aux Dames.

Un des prisonniers fit tomber son gobelet d’eau en expirant son dernier souffle et Teotl le fusilla du regard avant de se satisfaire à voir qu’il était déjà mort. Il craint alors qu’elle ne s’approche et d’une voix mal assurée, il osa enfin s’adresser à elle.

-Jouez. Jouez encore.

Les deux pirates regardèrent leur complice avec curiosité, ils allaient être privés de pain pour ses folies mais limiter la passion d’un pirate pour une miche rassie et pas la moindre goutte de rhum… Ils restèrent silencieux, espérant eux aussi qu’elle reprenne son activité.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Sam 5 Fév - 16:18 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

Un bruit de ferraille et un cri de surprise tirèrent Vyssi de sa composition. Sa bulle de sérénité et d'inspiration éclata en mille fragments, coupe de cristal brisée. Elle leva les yeux, ses délicats sourcils froncés, et fusilla du regard le soldat tombé à terre. Elle ne pouvait rien dire, elle n'était pas sur son territoire, elle n'était qu'une intruse admise momentanément... Pourtant, ce n'était pas l'envie qui lui manquait. Après quelques railleries sur l'équilibre de leur compagnon, l'attention des soldats se porta sur le soupirail à barreaux que Vyssi n'avait même pas remarqué. L'homme qui avait chuté tapa même contre les tiges de métal du bout de son épée, l'air mauvais. Surprise, la musicienne porta son attention sur le visage qui se dessinait au fur et à mesure que ses yeux s'accoutumaient à la noirceur de l'ouverture. Ses lèvres s'arrondirent de surprise lorsqu'elle remarqua qu'elle était observée par un prisonnier au visage marqué de tatouages et au crâne à demi rasé...

Mon Dieu, un barbare...

Vyssi savait qu'il n'était pas tellement bien vu de chanter pour des prisonniers. On a vite fait de cataloguer ces bonnes âmes dans le camps des gens infréquentables, et la musicienne n'œuvrait que pour s'éloigner le plus possible de cette catégorie... Pourtant, elle n'est pas favorable à l'enfermement et à l'exécution. Aux yeux de la Kréhâlienne, tout meurtre d'homme vigoureux est un péché. Pourquoi ne pas les envoyer dans les mines ou sur des galères, de façon à rendre productive leur sanction? La notion d'emprisonnement à toujours été pour elle une idée stupide, mis elle se garde bien d'en faire réflexion et se défends d'exposer au grand jour des avis aussi critiquables. Mais refermons cette parenthèse.

Le visage s'estompa dans l'ombre du soupirail, et le bruit d'une taloche énergique sortit Vyssi de sa rêverie. Le garde tombé à terre avait décidé de passer sa colère sur le gamin qui se tenait non loin d'elle. Le malheureux avait omis d'effacer un sourire un peu niais et la sanction avait été immédiate. Distraite momentanément du prisonnier, Vyssi frissonna lorsqu'elle entendit sa voix.
D'un ton doux, il la pria de continuer à jouer...

Cette simple demande fit monter le sang aux joues de la musicienne

Mon public apprécie mon morceau!

Cette considération était certainement disproportionnée, mais la jeune fille était ravie. Elle attendit quelques instants que les gardes s'éloignent et reprit son instrument. Vyssi pinça une corde, mais arrêta son geste. De l'endroit où elle était placée, il devait mal entendre sa musique. Aussi, la musicienne se leva et vint s'adosser contre le mur qui s'abouchait sur l'étroite ouverte barrée. Positionnée ainsi, elle pouvait toujours prétendre ignorer qu'elle jouait à proximité des geôles, et elle faisait sa bonne action du mois: jouer pour des condamnés... Si en plus ces prisonniers pouvaient la complimenter, elle aurait gagné sa journée!

Entendez-vous mieux ainsi?

Vyssi parlait à voix basse, assise sur un nouveau banc improvisé, un large tonneau, à côté du soupirail. Le prisonnier ne pouvait la voir ainsi, mais devait mieux percevoir sa musique.
La musicienne égrena une nouvelle musique. L'ode à Elis, maintenant tracée en partie sur le papier, ne risquait plus de s'envoler. Vyssi estima qu'elle avait suffisamment travaillé et choisit une mélodie simple et pleine d'entrain, qui servait de support à un poème bien connu en Khréhâl et qui se jouait à chaque occasion festive. La musicienne, un peu intimidée par sa propre impudence, n'osait pas chanter, et se contentait de jouer au mieux le morceau.

Lorsque le morceau se fini, elle n'enchaîna pas avec un autre. Elle était partagée entre l'envie pressante de fuir au plus vite pour ne pas être reconnu par ses voisins, et la curiosité de savoir pourquoi cet homme qui l'écoutait se trouvait là, et s'il allait...

Vous allez mourir?
________________________________________________________________

Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Sam 5 Fév - 17:23 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

La femme obéit d’abord avant de se garder de poursuivre. Le doute devait la traverser mais il ne demeura pas longtemps car elle se leva et Teotl comprit qu’elle préférait se retirer. Il était normal qu’elle agisse ainsi, elle risquait bien des malheurs à chercher la compagnie de condamnés. De plus, elle avait bien plus de conscience que ce couard de morveux. Il se tourna alors vers ses acolytes levant un sourcil pour annoncer qu’il avait échoué dans son entreprise mais la voix fine de la femme le figea. Il entendait les nuances sucrées de sa gorge elle était proche, très proche.

Les deux autres pirates levèrent les yeux vers la bouche lumineuse mais aucune ombre ne se dessinait. Ils posèrent un regard presque intimidé sur leur camarade qui sentit sa bouche un peu trop sèche. Il fronça les sourcils, soucieux de devoir peut-être converser avec elle mais se décida après quelques instants à se coller au mur dans l’espoir de l’apercevoir. Il ne la voyait pas mais au sol, l’ombre d’un voile dansait au rythme du vent elle était donc si près… Il resta debout et choisit de se positionner dos au mur que lequel elle était aussi installée. Ses yeux cherchèrent les nuages et il se laissa bercer par les nouvelles mélodies.

-J’entends oui…

Il n’avait pas chuchoté contrairement à elle. Il était tolbaz alors son ouïe était particulièrement fine mais elle n’avait pas eu le temps de le deviner. Sa voix était grave et il ne tenait pas à ménager la Dame de la promiscuité qu’elle venait d’installer. Avec le temps, il avait presque gommé tout accent de ses anciennes terres mais on devinait encore parfois de légères couleurs exotiques. Le morceau était joyeux mais emprunt d’une fragilité qu’il ne savait pas attribuer à l’air ou bien à la jeune femme. Elle finit trop rapidement de jouer et alors qu’il sentait la tension le gagner - car oui le silence allait certainement la pousser à parler - elle intervint sans ménagement.

-Non ma p’tite Dame. Enfin celui qui peut prétendre ne jamais mourir vous mentirez mais pas que je sache…

Il lança un regard complice à ses confrères.

-On nous a juste enfermés pour quelques jours parce qu’on a fait du grabuge à Menrà. Mais on n’a pas supporté que les soldats battent une gamine qui avait volé une pomme.

Il soupira bruyamment.

-La faim… ça rend parfois un peu fou…

Il était bien heureux d’avoir pu mettre en lumière une aussi jolie histoire. En plus la femme ne se sentirait peut-être pas coupable d’être là et il arriverait peut-être à lui demander quelques petites choses. Comme il ne la voyait pas, il ne souffrait même pas de timidité.

-On est de bons gars vous savez. On a même présenté nos excuses à l’officier mais comme il a dit être un cousin du Roi, on nous a poussés ici. Comme des criminels j’vous dis. Ça doit bien faire trois jours qu’on a rien pu manger alors vos petites mélodies ça nous fait un peu oublier…

Les deux autres pirates levèrent le pousse en guise d’encouragement, fiers d’avoir un comparse aussi doué avec les femmes.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Dim 6 Fév - 16:10 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

Vyssi posait ses doigts sur les cordes de sa lyre, sans en tirer de son, juste pour le plaisir de sentir l'empreinte rêche des boyaux tissés contre la pulpe digitale. De cette façon, elle masquait également la discussion qui s'amorçait entre elle et le condamné. La musicienne avait les joues rougies par sa propre audace et par l'incongruité de sa position...
Vyssi écouta avec attention la voix chaude du prisonnier. Son récit semblait un petit peu tiré par les cheveux, enjolivé pour mieux lui plaire. Elle ne découvrit pas d'accent de mensonge, mais pressenti une volonté de ne pas se montrer au pire. Le vol était une chose répréhensible. Si cette gamine n'avait pas d'argent pour manger, alors elle devait travailler. Vyssi avait été bercée dans cette idée. Sur les terres glacées de Khréhâl, cette éducation était la seule vérité: travaille ou meurt... Mais la jeune femme avait aussi été élevée à ne pas s'opposer frontalement aux hommes, qu'ils soient seigneurs ou... prisonniers.

Vous avez faim, vous aussi?

La faim rends un peu fou... Peut-être, Vyssi ne se souvenait pas d'avoir vraiment manqué de nourriture, du moins pas plus qu'une de ses soeurs, aussi cette notion n'éveillait-elle pas vraiment d'échos en elle. Ceci dit, pour avoir vu la lueur terrible qui brillait dans les yeux de certains mendiants des Bas-Quartiers, Vyssi savait qu'un homme affamé est capable du pire. La musicienne posa son instrument et regarda dans sa besace. Elle amenait rarement de la nourriture avec elle, il était grossier de manger en pleine rue. Mais peut-être pourrait-elle soulager momentanément son public?

Je suis désolée, je n'ai rien à manger avec moi.

Il ne lui vint pas à l'esprit qu'elle pourrait aller chercher quelque chose et le lui amener. C'aurait été contraire à tous ses principes. Vyssi considéra donc le sujet comme clôt, et reprit sa lyre. Comme pour terminer cette conversation, elle joua un nouveau morceau, plus triste cette fois. Il contait un amour impossible entre une fille de joie et un soldat. D'habitude c'était une mélodie connue des guerriers de tous les continents et Vyssi aurait bien aimé que la voie grave du prisonnier accompagne ses accords. Une idée venait de germer dans son esprit, totalement inédite dans la musicologie Elisienne: un coeur d'hommes, pour accompagner les instruments, ferait un contre-accord totalement enchanteur dans la partie décrivant la caserne.

Son nouveau morceau ne reçu que le silence en réponse. Lorsque Vyssi entama pour la troisième fois le refrain, elle s'interrompit brusquement:

Ne connaissez-vous pas les paroles de "Margot et Dréhien"? J'aurais aimé que vous m'accompagniez de votre voix...

Vyssi était de nouveau captée dans son projet d'Ode. Elle devait obtenir du prisonnier qu'il chanta seul, sur sa musique, et peu importait désormais sa condition de captif. Elle était loin l'histoire de la gamine et de la pomme. Disparu dans les limbes, l'odieux  capitaine...
________________________________________________________________

Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Dim 6 Fév - 20:58 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

Les petites notes planaient alors que leurs mots se faisaient un peu plus réguliers. S’il avait faim ? Il mourrait de faim et bavait rien qu’en imaginant déguster un plat chaud. Le froid commençait à avoir raison de sa force et appuyait dangereusement la fatigue.

-Ils ont tendance à oublier de servir leurs hôtes… par ici… Il émit un tout petit rire sarcastique avant de crisper la mâchoire.

La femme s’arrêta de jouer un instant et il entendit du mouvement, elle partait peut-être lui chercher à manger ? Non… Elle venait de lui assurer ne rien avoir sur elle et retrouva presque aussitôt sa place et son instrument. Teotl grimaça en son for intérieur et passa une main sur son ventre. Il faudrait faire mieux que ça… Elle jouait de nouveau mais l’attention du pirate était ailleurs… Elle le finit rapidement et il se surprit à se sentir presque obligé de commenter la pièce. La femme avait néanmoins assez de présence d’esprit pour ne rien attendre et elle lui demanda… de chanter ?

Ses yeux s’arrondirent de surprise quand les deux autres se mirent à pouffer d’un rire crapuleux. Quetzal’ome se sentit vaguement ridicule mais il ne pouvait pas faire comme si la question de la femme n’avait pas été entendue par tous…

-Je… devait-il vraiment affirmer qu’il ne chantait pas en tout cas pas de son plein gré et sans la vigueur de l’alcool? Il fallait susciter l’intérêt de cette pucelle…

-Excusez mes… compagnons… c’est qu’un cœur de prisonnier ne chante pas de jolies choses pour les dames… et ils ne pensent pas qu’on puisse chanter à jeun… Je connais cette chanson mais… je ne suis pas assez vaillant pour vous distraire. Le froid et la faim… Madame… aura certainement eu raison de ma voix en plus…

Un des pirates leva le ton pour que la femme l’entende.

-C’est qu’il chante bien ce p’tit là ! Même qu’il chante même ses chants sauvages alors un air de minet il va y arriver! Et celle là vous la connaissez M’dame ? C’est pas à bord qu’on sent le plus la marée…

Teotl se retourna et leva son poing pour lui abattre dessus mais il garda sa langue à temps. Il était hors de questions que la femme entende ces vieilles chansons paillardes de vieux pirates… La dame était certainement éduquée et même s’il n’avait pas pu lire les expressions de son visage pour deviner son avis sur l’histoire de cette pauvre enfant, elle était ici auprès d’un cachot… Peut-être qu’elle ne les méprisait pas trop et qu’elle n’était pas aussi pincées que ces derrières bouchés comme disait le Capitaine…

-Portez moi des linges plus chaud et un repas…

-Trois !

Il claqua de la langue pour intimer le silence à ses comparses… Ils allaient tout faire rater… Et si elle était un derrière bouché ?... Au pire il passerait pour un homme honnête…

-Je travaillerai pour ces vêtements chauds et ce repas. Oui.. quand je sortirai, je serai votre homme.

Il se ravisa de cette dernière déclaration… comment pouvait-il manquer d’autant de tact… Il savait que la seule assurance qu’il témoignait était due à ce mur épais entre eux…

-Je suis assez fort vous savez… je peux aider à pleins de choses… D’ailleurs vous ne connaissez pas quelqu’un qui aurait besoin de bras? Cette personne pourrait venir payer ma caution et ils me relâcheraient rapidement… oui vite… il faudrait… sinon je vais attraper la mort et finir comme un rat…

-Non pas comme un rat…

Il se détourna du puits de lumière pour s’adosser au mur. Il soupira bruyamment.

-Ce ne sont pas les affaires d’une Dame… Mais je vous aiderai pour votre chanson si vous m’aidez… également.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Mar 8 Fév - 22:03 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

Vyssi eut un sourire imperceptible lorsque le pirate osa un trait d'humour. Mais le rire nerveux qui succéda sa verve prouvait qu'il ne plaisantait pas uniquement pour l'amour du jeu de mot. La musicienne rangea son sourire et fronça les sourcils, chose invisible pour le pirate. Elle allait se détendre et se laisser aller à plus de questions, quand elle entendit des rires gras après sa demande de chant.

Mais vous n'êtes pas seul dans cette geôle?

Elle se sentait vaguement honteuse et presque trahie, alors même que le prisonnier n'y était pour rien, que leur conversation ait été surprise. Pourtant, à bien y réfléchir, c'est chose logique. La musicienne se mordit la lèvre inférieure, de contrariété. Le froid et la faim, hein... Après avoir découvert ses compagnons, Vyssi sentait sa méfiance s'élever d'un cran. Elle avait eu la bonté de jouer pour un pauvre hère qu'elle croyait condamné, et voilà maintenant qu'il tentait de se servir d'elle pour se procurer à manger. Vyssi était à deux doigts de se lever et de quitter la caserne, mais sa colère avait maintenant chassé toutes ses notes de son esprit et ne demandait qu'à être apaisée...
La voix rauque et sifflante d'un prisonnier la fit frissonner de dégoût

Ah, mais lui qu'il se taise donc, il m'écorche les oreilles!

Au lieu de quoi, sa bonne éducation reprit le dessus et elle rétorqua vivement, mais sans agressivité aucune dans la voix:

Monsieur, vous me voyez désolée, mais en Khréhâl, où vit ma famille, nous ne chantons pas de chants de marins.

La voix de l'homme tatoué, enfin de celui qu'elle avait vu par le soupirail, imposa le silence. Son toupet la cloua pour quelques secondes et s'est presque incrédule qu'elle concéda une réponse, d'un ton stupéfait:

Et bien vous alors, vous ne manquez pas de culot ! Le sourire qui se dessinait sur ses lèvres adoucissait le ton de sa voix, il se devinait dans la phrase qui suivi: Mais mon cher, vous venez à l'instant de m'assurer que vous ne saviez chanter... Je n'ai nul besoin de bras pour quelque vulgaire tâche domestique, je n'ai pas de champs à labourer, seulement une symphonie à écrire, et pour cela, croyez moi, les muscles ne sont guère utiles!

Vyssi soupira, et elle entendit l'écho de ce petit souffle s'échapper entre les barreaux de la prison. Elle n'était pas complètement naïve, cette histoire de gamine et de pomme semblait un peu trop belle. Et la rapidité avec laquelle il lui avait demandé de la nourriture était plus que suspect. A tous les coups, si elle avait la stupidité de payer la caution, quand bien même elle en aurait les moyens, ce pirate aurait tôt fait de lui tourner le dos...

La musicienne s'adossa au mur de pierre. Un relent de désespoir émanait du soupirail, et elle voulait entendre de nouveau cette voix pour être sûre qu'elle pourrait convenir à ses projets...

Voyons... Je m'attriste de comprendre que vous me croyez assez bête pour faire confiance à quelqu'un dans votre position... Je ne vous accuse nullement de mensonge, mais vous me demandez beaucoup, et pour l'instant je n'ai même pas l'assurance de vous connaître...

Vyssi soupira de nouveau et interrogea le pirate, le suppliant par la pensée de ne pas songer au mensonge ou à la dissimulation...

Comment agiriez vous à ma place? Sans plus d'information, vous vous hâteriez d'avancer la caution?
________________________________________________________________

Revenir en haut
Janus Vinberg
Petite renommée

Hors ligne

Inscrit le: 03 Fév 2011
Messages: 17
Race: Aolia
Zone: Château
Âge: 22 ans

MessagePosté le: Jeu 10 Fév - 01:51 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

Janus reconnu la musicienne rousse lorsqu'elle apparue dans son champ de vision. Un livre à la main, il était à moitié allongé sur un banc. Esquissant un geste pour se lever et la rejoindre, le nain se ravisa.

La position qu'il occupait était suffisamment camouflé par plusieurs caisses en bois empilées pour que seule une recherche active détecte sa présence aux yeux de la belle bourgeoise. Chose qui avait désormais peu de chance d'arriver maintenant que cette dernière, assise sur une caisse, sa lyre à la main, semblait partager son regard exclusivement entre les installations militaires et son instruments.

Après avoir échangé son livre contre une pomme dans sa besace, il dégaina un petit poignard de sa botte et s'attela à éplucher lentement son fruit. Tout en dégustant son met, il prit plaisir à observer la suite des évènements.

Plusieurs minutes passèrent sans grands changements dans l'attitude de la femme.

Alors que trois gardes approchaient de la position de la musicienne, Janus vit cette dernière regarder dans sa direction et lui sourire. Il se crut d'abord repérer mais un examen plus poussé de la situation lui révéla la présence du destinataire de cette hypocrisie labiale. Un jeune garçon se tenait à quel que mètre de lui, cachait derrière un tas de pierre.

Le nain commença à dévisager le visage de l'enfant qui ne lui était pas inconnu. Ce devait être un rejeton noble du château. Il n'eut cependant pas le temps de l'identifier puisque un bruit sourd et métallique ramena immédiatement son attention vers l'artiste.

Un des gardes s'était étalé de tout son long. Ses compagnons se moquèrent de lui, avant d'injurier en direction du mur. Puis un des gardes remarqua le garçon et tous se mirent à courir à nouveau dans sa direction.


*Décidément, mon point d'observation n'est pas aussi calme que je le prévoyais.*

Le gamin, un bête sourire au lèvre, paraissait tétanisé par la peur, puisqu'il ne bougeait pas. C'est le garde qui avait mordu la poussière qui fut le premier sur lui pour l'interroger sur son identité. Les yeux grands ouverts et la bouche bien fermé, l'enfant ne tarda pas à être arracher au sol par le même garde.
Peut-être que son instruction militaire lui avait enseigné l'existence d'une relation mystérieuse entre le fait d'avoir les pieds en l'air et la parole ?!

Toujours est-il que pour Janus le moment fut venu d'agir. Il était inconfortable de continuer à tenir une position de moins en moins sécurisante.
Il rengaina son poignard et se dirigea, sa pomme à la main, vers les gardes.

Je ne pense pas que maltraiter un fils de noble soit bon pour vos carrières, soldats !

Surprit, le garde lâcha l'enfant qui pour le coût récupéra l'usage de ses jambes et détala en direction de l'entrée du château. Tout comme ses collègues, il chercha brièvement la source de l'intervention avant de sourire en découvrant la présence du nain.

Et qu'est ce qu'un nabot comme toi connait au métier du soldat ? Peut-être veux tu que je te montre comment raccourcir un homme en deux ? Que dirais tu d'être deux fois plus insignifiant ?! rétorqua le garde.

Je dirais que même un nain deux fois plus petit reste plus grand qu'un soldat prit d'une soudaine envie d'écouter le sol. Cela dit, si un jour j'ai besoin d'une leçon d'arme, je pense que je me tournerai vers mon cousin, Kilstan Oss. Peut être le connaissez vous ?

L'évocation du lien de famille de Janus avec le prestigieux militaire produisit l'effet voulu sur le garde. Le visage énervé, il ravala sa fierté pour la deuxième fois de la journée. Les gardes reprirent leur ronde tandis que le jeune Vinberg, sa pomme toujours à la main, se dirigea dans la direction inverse, vers la musicienne.

Les mètres qui le séparaient de sa cible lui permis de réévaluer la situation mis de coté précédemment. La jeune femme avait troqué sa caisse pour un tonneau s'étant ainsi rapproché d'un soupirail. Certainement celui d'une geôle.
Au fur à mesure de son approche, il put discerner brièvement le visage tatoué d'un prisonnier entre les barreaux avant que ce dernier ne disparaisse à nouveau.

Le déroulement des événements survenus prit alors forme dans la tête de Janus.

*Quelle cruauté, elle s'est trouvée un auditoire qui ne peux fuir.*

Ça réflexion l'amusa et c'est le sourire au lèvre qu'il révéla sa présence à la musicienne.

Dame Vyssi, quel plaisir de vous revoir. Vous avez finalement accepté que je sois votre guide ? A moins que votre présence au château n'est rien à voir avec la proposition que je vous est faite lors de notre précédente rencontre ?
Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Ven 11 Fév - 20:16 (2011)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux Répondre en citant

L’intonation de la femme perça au travers des barreaux comme on brise une coquille. Elle tinta fragile d’abord pour se teindre plus offusquée ensuite. Il n’y avait pas à répondre sur la réalité dans les prisons déjà, la grosse voix épaisse et éraillée du corsaire s’élevait. Quetzal’ome trouva bien étrange qu’elle puisse croire qu’il soit bien traité mais elle était d’un autre monde… Elle échangeait sûrement pour la première fois avec de tels individus. Il en eut soudain confirmation quand elle haussa un peu le ton pour se dévoiler un peu plus précieuse, hautaine, cachant difficilement sa fierté de venir d’ailleurs et de ne point connaître de tels chants.

Elle avait écouté sa requête et le silence avait plané. Ils ne se voyaient pas mais il aurait sûrement mieux fallu qu’il puisse lire sur ses pour demeurer à sa place. Elle n’avait pas besoin de lui.

-Chanter… Je le peux. Mal encore plus mais c’est mon cœur ma p’tite Dame qui veut pas que je vous fredonne de sérénade.

Il sentait qu’elle lui échappait c’était navrant ! Surtout qu’il pensait s’y être bien pris ! Quel foutue femelle il avait là alors ! Une catin aurait été plus manipulable mais les catins n’avaient pas accès aux ruelles du château à tous les coups. Elle commença alors à prendre ses grands airs et tentait de se trouver bonne conscience. Est-ce qu’il pouvait l’inquiéter qu’il reste enfermé plus longtemps ? Le Tolbaz cherchait désespérément une piste pour gagner les faveurs de la Dame, le mur le protégeait des maladresses qu’il se connaissait il fallait qu’il tente… Elle précisa pourtant qu’elle désirait.. en savoir plus sur lui… le connaître ? Quetzal’ome fut piqué au vif dans sa pudeur mais était bien gardé du soleil pour se trahir. Il ne lui répondit pas parce qu’il n’avait rien à dire pour répondre à cette pucelle. Elle aurait pu croire qu’elle avait gagné et qu’il n’espérait plus la convaincre mais elle l’invitait pourtant à lui conter une raison…

-Les hommes comme moi n’ont pas d’or pour régler le sort des prisonniers. Alors…je ne peux pas connaître vos hésitations ni vous faire croire que je suis le plus honnête de tous. Comme vous le dites, j’vous crois pas assez bête pour penser que je suis ici sans raison… A vot’place, je ne chercherai pas à me donner bonne conscience non plus... Ce n’est pas deux trois paroles d’homme qui vous fera le connaître.

Il entendit au loin du grabuge mais son attention et ouïe trop perturbées par l’échange avec la femme ne surent pas trop le renseigner. Il avait juste remarqué que la garde n’était pas si loin, elle avait sûrement trouvé un mendiant à persécuter si tant est qu’un misérable ose fouler ces pavés. Des pas s’approchaient, mais trop près du mur pour que Quetzal’ome put entrevoir la silhouette qui avançait. Il se recula pourtant, prudent quand une voix nouvelle s’éleva pour mettre certainement fin à ses tentatives de corruption.

Tapi dans l’ombre il écoutait, s’il ne voyait toujours pas le visage de la Dame, il voyait les chaussures trop précieuses pour être celles d’un garde. La démarche s’était faite légère et sans la cadence métallique d’un homme particulièrement armé. L’homme était court sur patte mais c’était bien un homme, sa voix était un peu trop rauque pour être celle d’un enfant. Soudain il se souvint d’avoir entendu le terme de nabot dans le flou des quelques minutes qui avaient précédé son arrivée, ceci expliquait certainement cela. Dame Vyssi… c’était donc bien une Dame.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:38 (2017)    Sujet du message: [RP] Entre les barreaux

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Château Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Se rendre sur le portail TourDeJeuVoir les explications de cet anneau sur le site TourdeJeuVoir la liste des jeux de cet anneauPour avoir un jeu de cet anneau au hasardPour voir le jeu précédent de cet anneauPour voir le jeu suivant de cet anneau