Osh le Secret Gardé Index du Forum


 
Osh le Secret Gardé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Les murmures des ombres colorées ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Temple
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 13:39 (2011)    Sujet du message: Les murmures des ombres colorées Répondre en citant

Avant

La pluie s’écoulait contre les pavés des ruelles. Une femme marchait, ses talons claquaient contre le sol. Elle leva la tête et l’eau diluvienne coula contre son visage, époussetant la forme de son front puis caressant sa joue, emportant avec elle son mascara. Un frisson la parcouru alors qu’elle sentit le vent la gifler : quel temps horrible, songea t elle. Heureusement, la chaleur d’un manteau qu’on glisse sur ses épaules lui offrit ce qu’elle recherchait. Elle se retourna vers son bienfaiteur, son ami d’un soir. Ils s’étaient rencontrés dans la journée alors qu’elle faisait les boutiques. Ils avaient longuement discuté alors et s’étaient presque immédiatement plu : il avait l’humour et le charme, elle avait la logique et l’intelligence. Leur longue déambulation dans les plus belles rues de la ville avait laissé place à une fusion charnelle enivrante. A ce souvenir, son corps s’éveilla à nouveau et elle du refermer le manteau pour qu’il ne remarque pas, à l’orée de ses seins, la marque du frisson. Il referma ses mains froides contre les siennes et, contre un mur blanc et râpeux, la cala. Ils étaient si proches du temple qu’elle se mit à rougir à l’idée qu’on la vit en ces environs en telle disposition. Leurs lèvres se touchèrent et, durant cet exquis moment, il se fit plus pressant, glissant une main contre son sein. Elle sentait sa chaleur et l’humidité ambiante n’était rien face à l’émoi qu’il provoquait à tout son être. Il lui murmura quelques mots à l’oreille puis elle le vit : le couteau.

Il avait plu toute la nuit et la température avait baissé au point que le liquide se transforme en neige : les dernières neiges qui parfois ont lieu, alors qu’on était au pringtemps. Elle commençait déjà à recouvrir le sol. La ville respirait à nouveau : plus d’hurlement depuis bientôt une semaine et certains disaient que c’était grace à Kilstan Oss ! Heureux et rare évènement que la neige à cette période de l’année : les enfants s’ébattaient dans les rues, jouant à se jeter des boules de neiges ; quelque uns créaient des personnages ou inventaient d’autres jeux. Des rires qui s’élançaient de partout, qu’y avait il de mieux ? Puis, une fillette se mit à pleurer et les enfants arrêtèrent de jouer, sentant arriver la fessée. Les plus grands s’éloignèrent, prétextant d’aller en classe où un érudit les enseignerait, les autres restèrent à regarder. Certains appréciaient le spectacle et se moquaient d’autant plus de la fillette, et ce quand sa mère était déjà arrivée pour la retrouver. Elle lui demanda ce qu’il se passait puis remarqua sa robe tachée, étonnée : elle était encore bien trop jeune pour colorer ses bas. La petite lui montra son camarade qui lui déclara avoir trouvé de la neige peinte : quelle belle idée qu’avait eu l’artiste qui l’avait ainsi créée. La femme se rendit à l’endroit qu’il avait indiqué et suivi la couleur jusqu’au petit renfoncement dont elle provenait, à peine cinq pieds plus loin. Elle hurla comme sa fille lorsqu’elle vit, sur le mur, le tableau qui avait été dessiné.

Quelques heures plus tard, seul un papier qu’on scribe avait déposé camouflait les motifs ovales.

Citation:
Avez-vous vu quelque chose ? Un meurtrier court les rues et nous le recherchons. Quiconque donnera un renseignement valable sera récompensé de 100 pièces d’or.
Damoiselles ou damoiseaux, évitez les rues la nuit où ce sera vous, qui tacherez les murs.



Le silence le plus absolu était fatal, songeaient certains, car il prouverait alors la mort de la vie elle-même. Les murmures symbolisaient la mélodie ambiante du temple car nul jeu d’instruments n’y avait lieu à toute heure de la journée. Les prêtres étaient emmitouflés en leur tenue d’apparat et on ne connaissait que fort peu le fonctionnement de leur ordre, leurs grades. On devinait leur sexe, on apprenait leur nom mais celui-ci presque jamais ne différait. Ils étaient tous en n’étant aucun et grace à cela, tous étaient des veilleurs pour les gens du peuple sans qu’aucun ne le fut à la fois. Même parmi eux, leur appartenance à ces derniers leur était inconnue. Force était de constater qu’un prêtre ne perdait tout de sa personne : il gardait sa personnalité, l’entrée en l’ordre du temple effaçait juste leur identité et leur passé. Ils écoutaient mais jamais, au non jamais, on ne se confessait auprès d’un prêtre. Les prêtres n’étaient agréables, les prêtres pour bien des yeux étaient tels des êtres vidés et voir le néant abreuvait la crainte des plus frileux.

Parfois, un animal se glissait sur les pavés glissants du temple. Bien vite, un prêtre se chargeait de le vider : la chair servirait à se repaitre ; graisse, os, peau : tout en un être vivant passant en l’autre monde était réutilisable. Rien ne se devait d’être gaché et tout ce qui entrait en le temple appartenait au Très Saint. Les êtres humains, eux, bien sur ressortaient la plupart du temps par les larges portes du lieu si riche spirituellement. Mais bien souvent, ces pelerins le faisaient alors sans avoir reçu la moindre parole des prêtres : ceux-ci n’allaient point chercher les fidèles mais ils les voyaient toujours. Ils leur souriaient parfois, et cela bien souvent leur suffisaient.

Lorsque Kilstan entra, vint avec lui un chien sauvage qui, bien vite, se jeta vers l’intérieur du temple où bien peu osaient se diriger avec un tel entrain. Des prieurs étaient là, parfois faisant des offres au Très Saint. Telles des ombres colorées, des prêtres fondus dans le paysage austère se déplaçaient à allure variée entre les sculptures. Parmi les prieurs, une jeune demoiselle blonde habillée toute de blanc portait un voile, tête baissée devant une des rares somptueuses statues. Kilstan sembla un instant hésiter –ou fut ce que la femme fut elle pressée- car il fut bousculée par une grosse matrone entrant en le temple en pleurs qui se jeta devant la statue où la demoiselle était, faisant éclater sa haine par des rugissements plaintifs mais incompréhensibles par leur caractère silencieux.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 9 Oct - 13:39 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 16:47 (2011)    Sujet du message: Les murmures des ombres colorées Répondre en citant

L'Ours était de nouveau sortit. Et il était de bonne humeur! Certes, dans un premier temps, il avait été surpris et frustré de voir sa technique d'intimidation aussi bien fonctionner. Il avait soif de Vengeance et de Justice, et que le tueur se soit terrer dans son trou, au point de presque disparaitre l'empêchait d'assouvir ces deux penchants. Mais assez vite il s'était rendu compte que c'était un mal pour un bien. Au moins les gens étaient en sécurité maintenant, et dans un sens c'était ce qui comptait. Il avait donc continué de montrer son intérêt pour cette affaire le plus ostensiblement possible, et était fier de voir que cela semblait fonctionner.

Il n'avait lâché sa proie pour autant. Il le voulait, il le traquait, et cet homme pouvait toujours fuir, mais pas se cacher. Avec le dernier rapport de Camélia en main, une nouvelle piste s'était ouverte. Kilstan n'était pas vraiment un limier, les enquêtes, les déductions, la collecte d'informations...Non il n'était pas doué pour ça. Mais il fallait s'y coller maintenant si il voulait pouvoir un jour parvenir à sa partie : la poursuite, et la mise à mort! Donc 2 indices avaient attiré son oeil dans ce rapport. Il avait d'abord semblé évident que l'homme s’intéressait aux prostituées, probablement dans le bu d'assouvir une quelconque pulsion sexuelle. Avec le dernier cadavre, il semblait apparaitre qu'il n'en était rien. La dernière victime, bien que non identifiée, était encore pure lors de sa mort. Et comme elle venait du temple, deuxième indice valable, le colosse espérait pouvoir l'identifier facilement, et peut-être obtenir ainsi des informations sur le tueur. Il était difficile de discerner les hommes louches qui avaient côtoyer une prostituée. ça faisait partit de son job. Mais pour une jeune vierge du Temple, voilà qui semblait plus simple.

C'était pour cette raison qu'il avait affronté la pluie pour entrer dans ce lieu sacré. Il essaya de se faire discret. Seul les fous ne craignaient pas la colère des Dieux et se permettaient de leur manquer de respect en leur demeure. A peine rentré, il fut bousculé par une bonne femme qui rejoignit une blonde prieuse pour pleurer au pied d'une des statues. Surement la mère d'une pauvre fille tuée cette nuit...Il avait de la peine pour elle, mais pas le temps de compatir. Un meurtrier l'attendait, et il avait besoin d'informations. L'Ours pensait bien que parmi les gens du Temple, les femmes seraient plus susceptibles de se reconnaitre entre elles. C'est pour cette raison qu'il s'approcha de la jeune voilée. Laissant la plus veille à son chagrin, il émis un petit raclement de gorge pour attirer l'attention de son témoin potentiel. Il s'exprima de la voix la plus basse qu'il pouvait générer pour ne pas gêner plus qu'il n'était nécessaire.

Pardonnez-moi de vous dérangez mademoiselle, mais je suis en ce moment sur une enquête qui nécessiterait un peu d'aide de votre part. Ne vous inquiétez pas, ce ne sera pas long il s'agit d'une simple question. Je recherche l'identité d'une jeune femme portant une amulette du Temple. A peine adulte, cheveux bruns, métissée et disparue récemment. Si vous ne voyez pas de qui je parle, pourriez-vous m'indiquer à qui je dois m'adresser?
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Dim 6 Nov - 13:05 (2011)    Sujet du message: Les murmures des ombres colorées Répondre en citant


Anastasie


Anastasie priait sans raison, selon sa maitresse, du moins. Elle venait pourtant bien souvent au temple, aimant imaginer le Très Saint proche d’eux, écouter ses songeries. Oh, bien sûr, bien souvent, celles-ci étaient dirigées auprès de son sauveur, le sire Kilstan. Oh, elle ne connaissait point son nom, leur dernière rencontre ne lui ayant laissé que son prénom à aimer, mais elle l’avait chéri comme le plus cher de ses présents. L’homme l’avait tour à tour sauvée de gentlemen forts peu galants puis d’une colère de madame. Elle se demanda ce qu’il faisait à cet instant là : était-il en train de combattre vaillamment ? Comme pour lui rappeler que pensées de midinettes n’étaient permises d’être partagées avec le Très Saint, une femme qu’elle connaissait de vue la bouscula en se laissant choir auprès d’une statue.

Entre peine et raison –car il ne fallait point trop faire de bruit en le temple : ce lieu était sacré et quiconque tentait d’en déranger les prêtres qui toujours, avançaient silencieusement entre les prieurs, s’en faisait sans un mot renvoyé- elle la prit par le bras et tenta, à force de petits coups sur l’épaule, de la réconforter. Alors s’approcha une ombre qu’elle ne discerna point, mais lorsqu’il se mit à parler… oui lorsqu’elle entendit cette voix, elle sut tout de suite de qui il s’agissait ! Se tournant vers lui rapidement, surprise qu’elle était, elle s’écria de façon étouffée :

"Chevalier Kilstan !? "

Etait ce là humour du Très Saint pour la punir d’avoir trop songé à cet homme ? La voila qui était fort mal vêtue devant son tendre paladin ! Voilée, peut être qu’il ne la reconnaitrait pas ?! Elle voulu s’évanouir, recommencer la scène en s’étant faite toute belle comme ces femmes des hauts quartiers, elle aurait alors sourit quand il s’était approché pour leur parler d’une autre femme…. Y avait il une autre femme ? Non, Anastasie voyait en même temps que ses rêves d'amour éternel s'écrouler sa mémoire revenir : il parlait d'une demoiselle du temple disparue. D'une femme disparue et métissée.... Il y avait beaucoup de demoiselles allant au temple : Anastasie en faisant partie, elle pouvait gager qu'il serait compliqué de savoir exactement de qui il s'agissait… A moins que.... Un instant, elle fut prise d’un contrecoup et observa la grosse madame au sol qui s’était arrêtée de gémir et s’était tournée vers le chevalier, une expression étrange sur le visage. Celle-ci alors se releva avec une vitesse forte élevée compte tenu de sa masse, et d’une force qu’on ne pouvait se douter qu’elle eut, elle se jeta sur Kilstan et se saisit de son vêtement, le secouant.

"Rosemarie, vous parlez de Rosemarie c’est cela ? Vous l’avez retrouvée, vous me la ramenez, c’est ça !?! Ma Rosemarie ! Vous l’avez reprise à cet homme, cet immonde homme !! Ce… Ma Rosemarie !! Où est-elle, où vous l’avez mise ? Il n’a pas touchée ma fille, n’est ce pas ? Répondez, mais répondez !!! "

Elle secouait en même temps l’homme, enfin le tentait vu qu’il était assez fort pour ne pas subir quelconque coup. Pourtant, les vêtements semblaient proches, eux, de s’entredéchirer et Anastasie s’était ruée sur elle en tentant de le faire lâcher Kilstan. Elle lui déclarait alors doucement de se taire car elle allait attirer l’attention des gardes. A ainsi voir la matrone, il était remarquable qu’elle n’était point métissée : sa peau était totalement blanche contrairement à celle de la morte. Sa robe n’était point celle qu’on porta lors du deuil de la mort d’un proche, elle était sobre sans être triste. Sa voix tremblante et secouée de sanglot continuait de résonner mais peu à peu, elle s’affaiblissait tout comme ses à-coups : sa force s’enfuyait avec la même vitesse que son énergie lui dévorait peu à peu la raison. La femme lâcha alors Kilstan, jetant Anastasie en même temps au sol, et se laissa choir contre la statue, pleurant et gémissant alors… La jeune fille se releva et s’agenouilla auprès de la dame, regardant un prêtre qui s’était approché. Elle remarqua son sourire. Il n’avançait plus, il ne fallait plus qu’elle avance, songea t elle, alors elle tenta à nouveau de calmer la matrone.

"Pourquoi, oh Très Saint, a-t-il fallu que ma Rosemarie soit partie ?
-Mais madame, ce ne peut être Rosemarie ! Rosemarie n’était plus une enfant…
-Je sais que c’est ma Rosemarie ! Je le sais… tout ça à cause de cet homme ! De lui !!" déclara t elle en montrant Kilstan du doigt. "Je sais que c’est vous, c’est vous qui avez tenté de me voler ma petite fille ! Mais vous ne l’aurez pas, vous savez… C’est ma perle et elle est à moi ! "
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Mer 23 Nov - 12:18 (2011)    Sujet du message: Les murmures des ombres colorées Répondre en citant

La jeune fille qu'il avait abordée semblait comme surprise, voire choquée de le voir. Derrière son voile il avait du mal à discerner ses traits mais son mouvement de recul était éloquent. Mais avant même qu'elle puisse esquisser un véritable mot la grosse dame qui exprimait jusqu'alors son chagrin se releva et se jeta sur l'imposant garde, se saisissant de lui et le secouant en tout sens pour lui demander des explications. La petite blonde intervint très vite pour essayer de la calmer. Elle devait savoir qu'elle était la réputation de l'imposant garde et avoir peur qu'il ne lui fit du mal. Lui restait stoïque, contenant sa colère d'être interpellé ainsi alors qu'il ne venait que fournir de l'aide. Droit et fier comme la justice il attendait que l'orage se calme, mais un observateur avisé remarquerait que son visage au premier abord avenant se fermait de plus en plus.

Quand elle le pointa du doigt pour l'accuser de...il ne savait quoi en plus, s'en fut trop. Kilstan était un Garde, l'emblème de la Loi, on ne devait pas s'adresser à lui ainsi, même envahie par le chagrin. Il ne supportait pas ce genre de manque de respect à sa fonction. En fait, on pouvait l'attaquer personnellement autant qu'on voulait, tant qu'on respectait son status et sa fonction. C'était ça l'important. Et là ce n'était pas respecté. Il gonfla le torse pour paraitre grand et fort comme il l'était, et fit un pas en avant. Un pas déterminé. Un pas conquérant. Le visage serré il se pencha un peu sur la pauvre femme, certes éploré, mais tout de même citoyenne d'Elis, afin de la dominer encore un peu plus. Si il restait un semblant de cohérence dans son esprit, elle devrait avoir peur, ou au moins être impressionnée. Sans crier, mais avec une voix ferme et sans appel, il s'adressa à elle.

Vous allez vous calmer tout de suite Madame. On ne lance pas des accusations au hasard comme ça, et surtout pas sur le Garde qui vient essayer d'en apprendre plus sur la disparition de cette Rosemarie. J'espère que j'ai été très clair et que nous nous sommes bien compris.

Il se détendit un peu, et fit un pas en arrière en se retournant, pour lui laisser le temps de se ressaisir.

Bien, repartons maintenant. Qui êtes-vous, qui est cette Rosemarie, et qu'est-ce qui lui est arrivé? Dîtes-moi tout, c'est très important pour que je...résolve cette affaire.

Elle semblait avoir encore des espoirs de revoir cette fille. Et puis après tout ce n'était peut-être pas la même...Autant en apprendre autant que possible avant de dévoiler la probable mort de Rosemarie.
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Sam 3 Déc - 13:58 (2011)    Sujet du message: Les murmures des ombres colorées Répondre en citant


Anastasie


La femme se laissa à nouveau choir en pleurant. Anastasie regarda Kilstan : pouvait-il montrer autant de cruauté que de sagesse en même temps ? Pourtant, une part d’elle-même disait d’avoir pitié de la matrone et qu’il fallait calmer sa sensibilité, lui montrer douceur. Comment était ce possible quand un prêtre les fixait ? Oui, sire Kilstan avait choisit le meilleure des solutions et il fallait avouer que la matrone ne donnait pas envie que l’on l’aide… La femme continuait de grogner, et il n’était d’aucune aide que de l’y encourager. Peut être devait elle ne s’occuper que de son chevalier, du sire qui, devant elles, posait une question dont elle connaissait la réponse… Mais pouvait-elle accomplir cet acte ? Oserait-elle ? Oui, elle connaissait les réponses à ses questions et celles-ci étaient positives. Elle s’approcha donc du grand homme qui se concentrait sur la femme et, avec faiblesse, déclara :

Chevalier Kilstan ?

Il ne l’entendit pas, ou le ne l’écouta pas ? Il continuait de fixer la matrone qui bougonnait et venait sans aucun doute de l’insulter… bien qu’on ne comprenait pas ce qu’elle disait : sa voix cependant couvrait la sienne. Elle s’exprima et il s’exprima, il semblait qu’il perdait patience. On entendait le prénom de Rosemarie revenir, mais Anastasie

Chevalier Kilstan !

Elle s’arrêta alors, surprise d’entendre sa voix si forte ! Que de courage elle avait ! Elle ferma les poings, sure d’elle. Elle devait se montrer forte assurée ! Elle était prête ! Maintenant qu’il s’était tourné vers elle et qu’il l’écoutait, elle se montrerait digne de ce futur blanc dont elle rêvait ! Celui-ci pouvait naitre si elle l’aidait, être son bras droit dans la vie voulait dire l’aider dans son travail également ! Oui, il pourrait avoir confiance en elle, car l’amour l’aiderait… non les aiderait ! Oh, elle avait aujourd’hui tout pouvoir, même celui de croire à un nous ! Elle s’approcha de lui et déclara haut et fort !

Et bien… heu… Rosemarie est la fille de madame… et… c’est une… elle a les cheveux noirs et…

Comment était ce possible ? Où était sa volonté ? Ses capacités ? Sa voix mourrait d’elle-même en même temps que le rouge lui montait aux joues. Mais comment en aurait il pu être autrement alors que les yeux de cet homme, que ses yeux l’observaient elles ! Que son attention était tournée vers elle, qu’il lui offrait à nouveau une existence en son monde ? Elle se voyait déjà sombrer… non, il lui fallait se concentrer, il le fallait ! Elle respira lentement pour se calmer et attrapa machinalement le pendentif qu’elle avait au cou pour se rassurer, geste instinctif à cette intention. Elle respira à nouveau pour se donner courage et se décida à se jeter dans la bataille :

Rosemarie est une de mes sœurs de foi… Elle vient souvent au… temple… Elle est allée à Menrà avec un homme et madame sa mère n’aime pas l’idée qu’elle… Enfin moi, je trouve cela bien d’être prête à tout par amour ! Moi aussi j’aimerai bien…

Sa phrase disparut aussi vite qu’Anastasie tomba au sol. La dame l’avait poussée rage sur le visage. Elle tendit un doigt vers la jeune fille, la bouche entrouverte et les yeux écarquillés. Elle déclara d’une voix sifflante :

Pauvre sotte ! Ce n’est pas de l’amour ! L’amour est celui que j’ai pour ma Rosemarie ! Ce n’est qu’un ignoble gredin de basse fortune qui s’est emparé de son cœur ! Un illusionniste qui la manipule parce que ma Rosemarie est trop pure pour voir la cruauté et la malice en les autres êtres ! Oui, ma Rosemarie ne serait pas partie sinon ! Sans nouvelle, sa pauvre mère ! Moi qui l’aie chérie !




Flawour Camelia


Camélia marchait dans les rues de la cité. Elle s’était lassée de la caserne et voulait se promener. Quelle meilleure balade y avait-il que de flâner dans les rues ? Oh bien sûr elle avait une excuse et une destination : le temple ! Elle avait en effet trouvé raison à donner au capitaine lors de son départ : aller aider Kilstan Oss qui, sans aucun doute, ne savait pas que, quelques heures plus tôt, elle s’était rendue non loin du lieu même où il se trouvait pour observer une nouvelle jeune fille. Elle avait regardé au mur l’écrit qui cachait son sang, le rouge était une couleur intense qui transparaissait malgré tout. Elle rencontra un individu qu’elle connaissait, il lui parla, elle le regarda parler au début puis l’ignora en continuant sa route. Il n’était d’intérêt aujourd’hui.

Elle s’arrêta devant les portes du temple, réfléchissant. Que se passerait-il si un démon tentait de les passer ? Les prêtres l’arrêteraient ils ou serait ce le Très Saint ? Un démon teinté de rouge… mais existait il tel être ? L’homme était il un monstre, ou le monstre un homme ? Bientôt, elle irait au temple pour regarder les sculptures… d’ailleurs pourquoi ne pas s’y attarder aujourd’hui ? Il était un fort grand lieu que celui des prières, et elle n’avait aucune demande à faire tant elle aimait le réel actuel. Elle ferma les yeux et posa la main sur le bois, taillé avec de nombreuses scènes des autres temps. Le bois était important, il racontait une histoire tel l’arbre millénaire au cœur de la forêt qui, comme s’il avait un visage, observe le temps qui passe. Elle ouvrit alors la porte, passant sa tête par son embrasure pour regarder qui pouvait bien s’y trouver…
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Mer 12 Sep - 15:47 (2012)    Sujet du message: Les murmures des ombres colorées Répondre en citant


Once upon a time - Hypnotises



    Les rumeurs sont tantôt vagues, tantôt plus denses mais on se souvient encore de cette histoire et eux, gardèrent précieusement le souvenir de ce jour de rencontre.




Je me permets de clôturer ce RP. Si vous désirez revenir le jouer, il suffira de vous concerter avec les autres joueurs et/ou d'envoyer une missive à une de nos Divinités
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:35 (2017)    Sujet du message: Les murmures des ombres colorées

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Temple Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Se rendre sur le portail TourDeJeuVoir les explications de cet anneau sur le site TourdeJeuVoir la liste des jeux de cet anneauPour avoir un jeu de cet anneau au hasardPour voir le jeu précédent de cet anneauPour voir le jeu suivant de cet anneau