Osh le Secret Gardé Index du Forum


 
Osh le Secret Gardé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Kathrynn Oss ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Très Hautes Sphères - | -> :: Le carnet du passeur :: -> En route pour l'aventure
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kathrynn Oss
Petite renommée

Hors ligne

Inscrit le: 17 Sep 2011
Messages: 16
Race: Hërn
Âge: 16 ans

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 16:05 (2011)    Sujet du message: Kathrynn Oss Répondre en citant

.:: L’identité ::.



Nom : Oss
 
Prénom : Kathrynn
 
Surnom : Aucun surnom. (!! Merci de m'avoir prévenu Aanté)
 
Âge : 16 ans, née en 495.
 
Race : Hërn.
 
Code couleur: #009999

Secteur d’Activité : Notre jeune demoiselle est noble. Définitivement. Et pas peu fière de l'être, même si elle n'est encore qu'une apprentie dans son domaine... Elle devient peu à peu une artiste du chant et de la danse.
 
Lieu de résidence : Kathrynn a toujours habité dans un manoir au cœur du quartier noble, une des résidences principales de ses parents et là où sont nés tous ses frères et sœurs. Cependant, depuis maintenant trois ans, elle habite dans une soupente, à l'intérieur de la maison de son Maitre de chant.

Description Physique : La silhouette saine et élancée, un peu plus grande que la moyenne, c'est une jeune fille à l'allure décidée et racée qui se trouve devant vous. Les cheveux blonds et les yeux bleus comme son grand frère, elle possède un charme enfantin sur le point de basculer dans l'âge adulte, plein de fraicheur sur le rose de ses légères fossettes. Pourvu d'un teint de lait qui ferait pâlir de jalousie ses cadettes, la jeune noble ne s'expose jamais au soleil sans précautions et utiliserai tout son argent pour des pâtes et des onguents si son précepteur ne l'en empêchait pas.
De manière générale, Kathrynn est une jeune femme pleine d'élégance. La plupart de ses gestes sont encore spontanés, même si leur vivacité démontrent un tempérament nerveux. Elle a très tôt appris à se mettre à se mettre en valeur, et apprécie plus que tout les belles toilettes, les bijoux somptueux et les coiffures parfaites. La peau fragile, rougissant et marquant facilement, elle ne tolère que peu le maquillage, ce qui l'oblige à se mettre en valeur autrement ; par son maintien par exemple, qu'elle s'efforce de rendre parfait par une discipline rigoureuse. Un petit souci de santé ainsi qu'un entrainement abusif l'empêche d'acquérir les rondeurs qui sied à une belle femme. Mais comment avouer que l'on puisse être malade sans en comprendre la cause ?
Enfin, emplie d'une pudeur bienséante, elle ne sort jamais sans un voile déposé sur ses cheveux blonds, dissimulant partiellement ses formes par des plis que la morale approuverait sans hésiter, bien que le tout fasse indéniablement ressortir un côté patricien qui ne passe jamais inaperçu dans la rue.
 
Description Morale : Notre charmante jeune femme est dotée d'un caractère relativement compliqué. Élevée dans l'honneur de son nom et de sa condition, elle est irrémédiablement fière, de son apparence, de sa Maison, de son honneur et de sa virginité intouchée. A l'en croire, baisser la tête est un acte vil qu'elle n'accepte que de peu de personnes : bien sur, devant ses parents, qu'elle respecte dans un sentiment confinant à la vénération, mais aussi envers son plus grand-frère qu'elle admire de loin, sans vraiment le connaître. Loyale à sa famille, loyale en la personne royale de son cousin, confiante en leur jugement jusqu'à la bêtise, elle a toujours accepté les décisions que l'on prenait pour elle sans discuter, déterminée à suivre une destinée qu'elle s'imagine grandiose, à la hauteur de sa valeur qu'elle imagine sans limite.
Élevée par une nuée de domestiques prêts à exercer tous ses caprices à toute heure du jour ou de la nuit, son tempérament a été singulièrement gâté dès sa plus tendre enfance, ce qui peut certainement expliquer une certaine versatilité et des fréquentes crises de colères disproportionnées à la situation. Malgré cela, son prime caractère est celui d'une jeune fille enjouée et gaie, raisonnablement pieuse, encline aussi bien à la charité qu'à dépenser une fortune inconsidérée en chiffons et en onguents de toutes sortes, ainsi qu'une enfant dispendieuse bien incapable d'appréhender la valeur de l'argent. Sa tête n'est pas vide pour autant, puisqu'une éducation rigoureuse en ce domaine lui est attribué, et ce depuis l'âge traditionnel de sept ans. Assez cultivée, lire l'ennuie cependant au plus haut point et c'est de force qu'on dû lui inculquer tout son savoir intellectuel (limité) qu'elle n'entretient qu'à cause de l'orgueil et de l'ambition démesurée qui habite son cœur, patiemment instillée par sa famille qui voit en elle l'instrument de leur élévation – à savoir, briller auprès de la noblesse et du roi, pour en devenir possiblement sa femme.
Poupée politique, elle ne possède pas la droiture naturelle de son grand frère ; malgré ses défauts, toujours très pure à cause de son inexpérience du monde, elle a tout de même acquis une certaine notion de bien et de mal, à savoir des opinions très tranchées en la matière, bien qu'en véritable noble elle sache passer outre pour servir ses propres desseins.
Quelques peurs émaillent cependant le tableau, lui faisant perdre un contrôle qu'elle commence gentiment à exercer sur elle-même, comme la peur du noir et une claustrophobie chaque année plus prononcée, et font partie de ses faiblesses qu'elle hait, comme tout ce qui est petit et vil à ses yeux.

Pnjisation : j'accepte la Pnjisation sous réserve que l'on demande ma permission avant et que la description ne soit pas trop poussée non plus, afin que l'on ne joue pas à ma place Wink Mais sinon pas de souci si ça rentre bien dans son caractère.

Fréquence de jeu : Une fois par semaine en moyenne, mais étant en études, cela peut varier.


.:: L’histoire ::.


Le passé de votre personnage (BG):



Née le jour de la fête de l'hiver de l'an de grâce 495, avec près d'un mois et demi d'avance, dans le manoir de la noble famille Oss situé à Elis, Kathrynn était un bébé prématuré que nul ne s'attendait à voir survivre. Petite chose à la vie ténue, le bébé fut l'objet de l'attention générale et de tous les soins des habitants de la brillante demeure durant ses deux premières années. Puis reléguée au second plan à cause de l'arrivée d'un autre fils, l'enfançon fut confiée aux divers nourrices qui constituèrent dès lors tout son univers.
Rien n'était trop beau, rien n'était trop bon pour l'enfant gâtée qui faisait la pluie et le beau temps chez les domestiques de la maisonnée, et la fillette grandissait ainsi dans les appartements réservés aux enfants, dans une monotonie douce et régulière qui, sans vraiment convenir à son tempérament animé de brusques colères, lui apportait satisfaction, paix et joie dans son petit coeur comblé. Ses parents ? Deux dieux trop souvent absents, mais dont la présence était toujours un ravissement sans fin, où milles caresses étaient prodigués, où mille joies étaient offertes : des robes, des jeux brefs, parfois une promenade à l'extérieur du manoir, quelques paroles brèves et fortes qui s'imprimaient en elle comme un fer rougi au feu. Et le calme revenait, ineffables instants aussitôt oubliés, dans l'insouciance parfaite de ses premières années.
Puis, à l'aube de sa cinquième année, son père survint, accompagné de quelques gardes qui impressionnèrent vivement Kathrynn. Congédiant les nourrices et les autres enfants, il lui prit la main, avant de s'agenouiller devant elle. Son visage était grave, son regard clair presque inquiétant, dépourvu de la chaleur habituelle qu'elle avait toujours pu lire dans ses yeux. Toute prête à fondre en larmes, la fillette ouvrit la bouche, quand son géniteur lui ordonna de se taire d'un geste.

- "Mademoiselle, vous êtes une Oss. Madame votre mère pense que nous vous avons négligé trop longtemps. Une soeur vient de vous échoir à l'instant même où je vous parle, et il va falloir vous endurcir, car nous allons bientôt vous trouver un époux, pour quand vous serez femme. A cette heure-là vous devrez être prête. Or, mon enfant, la route est longue et dure pour évoluer dans le monde... Vous êtes assez grande pour recevoir votre première leçon. Venez avec moi."

Apeurée par les mots qu'elle ne comprenait pas vraiment dans la bouche de l'immense silhouette, l'enfant se laissa guider sans résistance à l'extérieur de l'enceinte du manoir qui constituait pour elle le monde entier. Rassurée par les gardes qui les entouraient et qui demandaient de la place à la foule qui se pressait tout autour d'elle, elle ne prêtait attention désormais qu'aux odeurs perçantes, étranges, qui stimulaient son odorat, aux sons vifs, à la musique qui envahissait la place sur laquelle ils venaient de déboucher. Tant de mouvements, tant de couleurs, tant de merveilles au-dehors ! Tout à son inattention, l'enfant fut conduite dans des gradins de bois aux couleurs vives, tandis que son père lui montrait une bannière colorée avec fierté. Leur bannière, le symbole de la famille... Assise près de son père, son regard juvénile fut attiré par une estrade, sur lequel une roue était posée, qu'un homme encapuchonné semblait garder de sa haute stature. "Le bourreau", murmura son père.
Au grand étonnement de la fillette, un homme en simple chemise, les mains liés derrière le dos, y fut conduit. Il n'était installé de force sur la roue que depuis quelques minutes que le bourreau sembla enfin s'intéresser au prisonnier. Aux premiers cris, ses yeux bleus se remplirent de larmes, pour tenter de se détourner du macabre spectacle ; mais une main douce l'en empêcha.

- "Non, mademoiselle. Vous devez tout regarder... Voilà votre première leçon. Ne jamais désobéir à vos parents, ni au roi, ni aux dieux. Car voici ce qui arrive à nos ennemis. Soyez fière et séchez vos larmes. Nous ne sommes pas des paysans."

Cette nuit-là, l'enfant ne put dormir, tourmentée par les terribles images qu'elle n'arrivait pas à faire taire. Pour la toute première fois, le noir réconfortant avait laissé place à d'affreuses visions ensanglantées, visions terribles et incohérentes qui peuplaient son imagination fertile, et ses hurlements jetèrent à son chevet ses deux nourrices en charge de sa surveillance.


***


- "Non ! C'est imbécile, je trouve ça idiot et je n'ai pas du tout envie d'apprendre. Vous ne sauriez m'obliger. Cette histoire est pleine de monstres et de créatures... Je refuse d'en lire ne serais-ce qu'un mot de plus !"
Kathrynn, huit ans, faisait montre d'une réticence dans ses études que ses précepteurs ne s'expliquaient pas. Malgré certaines corrections qu'ils avaient tenté de lui appliquer pour mater le caractère rebelle, l'enfant ne renonçait pas à ses colères violentes et inexplicables. Parfois, c'étaient ses cahiers qu'elle jetait à terre, ses livres qu'elle déchirait de rage d'avoir fait une faute de grammaire, quand ce n'était pas sur les servantes sur qui elle se vengeait d'être enfermée dans une pièce close, où on la laissait pleurer et rager pendant de longues heures. La peur d'être confrontée à la colère de ses parents la faisait cependant toujours reculer au bout d'un certain temps, et bon gré mal gré, la petite fille dont le grand portrait ornait le mur de la salle de bal du manoir comprit qu'il ne servait à rien de pleurer et de se mettre en colère. Non, elle réalisa peu à peu que son rang lui offrirait les opportunités les plus extraordinaires, à condition de pouvoir les saisir ; et ce fut ainsi qu'elle accepta enfin de s'adonner aux bases des mathématiques, de la science et de l'histoire, pour lequel elle se passionna rapidement – bien qu'elle ait toujours horreur des récits de batailles dont l'abreuvait son professeur. Mais ce ne fut ni l'histoire ni les mathématiques qui l'intéressait réellement désormais, à ses dix ans révolus.
Non, car notre coléreuse enfant aimait chanter et danser, par dessus tout. La rhétorique attirait son attention raisonnablement, et, profitant de la présence de son père et de son plus grand-frère quelques fois, elle eut l'intelligence de poser les bonnes questions, au bon moment. Projet fut donc fait de l'introduire à la cour lorsqu'elle aurait atteint l'âge et la maturité pour conquérir son droit à s'y installer, tandis qu'elle apprenait subitement la mort d'un inconnu qui aurait normalement dû être son fiancé. Mais une simple fille n'a pas son mot à dire, aussi garda t-elle pour elle-même l'angoisse d'avoir pu être mariée à un inconnu avant d'avoir été réellement mise au courant du projet.
Visiblement, et c'est tout ce qui importait finalement, son entourage reprenait confiance en ses capacités, malgré ses crises de rage toujours plus brusques et plus soudaines qui prenaient souvent racine au cœur de la nuit.

Oh, comme elle avait peur, dans l'obscurité ! Mais l'orgueil l'empêchait alors d'avouer une pareille faiblesse. N'était-elle pas une Oss ? La cousine de l'Empereur Céleste ! Et la cousine de l'Empereur n'avait pas de failles. C'était ainsi, et pas autrement.

Trois ans plus tard, elle s'avéra être véritablement très douée dans les arts de la danse et du chant. Aussi, le lendemain de la fête de l'hiver, fut-elle convoquée dans les appartements de ses parents, où elle s'attendait bien sur à être envoyée certainement directement chez ses deux précepteurs, dans une maison de la ville, tout en bas du Haut Quartier, mais... où elle fut confrontée à une situation qui n'avait jamais effleurée sa jeune tête d'enfant capricieuse et trop gâtée.
Ce fut sa mère qui parla alors. Elle avait un voix si douce, sa silhouette alourdie par une énième grossesse qui magnifiait sa beauté maternelle, que sa fille ne réagit pas tout de suite.

On allait faire d'elle une servante, dans la maison qu'avait octroyé ses "généreux" géniteurs à ses trois précepteurs ! Car si le jour serait consacré entièrement à la politique, à la danse et au chant, et parfois un peu de peinture, toutes ses soirées seraient consacrés à se mettre dans le métier pénible de servante. Et ceci pour "corriger" son caractère qu'ils avaient eu la faiblesse de laisser passer ! Ce fut trop pour la bouillante demoiselle, qui, sous couvert de partir seule par fierté, en profita pour fuir au hasard dans une ville qu'elle ne connaissait pas. Ils voulaient qu'elle fasse ses preuves, eh bien ! Elle ferait ses preuve. Elle reviendrait, couverte d'honneur et de gloire, comme Kilstan ! Et jamais, au grand jamais, elle ne s'abaisserait à...
Kathrynn s'arrêta brusquement de marcher. Ses pieds lui faisaient mal d'avoir tant déambulé dans ses bottines fragiles et irrémédiablement crottées. Elle commençait à avoir faim, et elle n'appréciait pas les regards incompréhensibles que certains hommes lui lançaient sur son passage. Brusquement beaucoup moins assurée, la demoiselle continua à se frayer un chemin parmi la populace, complètement perdue dans les ruelles de la ville qu'elle n'avait jamais réellement explorée. Il faisait si sombre tout à coup, l'odeur était si forte, la crasse si présente qu'elle n'osait presque plus mettre un pied devant l'autre. Quelques soldats passèrent, en la regardant beaucoup ; et bien qu'elle ne sut pas vraiment pourquoi, la jeune fille se mit à rougir. Ne les avait-elle pas déjà vu quelque part ? Un peu effrayée, elle se hâta de quitter les lieux, pour choisir une ruelle qui paraissait déserte, où elle s'affala enfin sur le sol, ivre de fatigue et de honte brûlante de s'être laissé encore aller à la colère et à sa vanité quotidienne. Cette fois-ci, tout était de sa faute. Mais elle ne pouvait plus revenir désormais, sous peine d'être punie violemment – ce que la douce enfant n'était visiblement pas prête à accepter encore.
Quelques instants plus tard, des rires étouffés lui parvinrent. Des bruits de pas l'alertèrent, la peur la poussa à se lever malgré son épuisement de jeune dame peu habituée aux efforts physiques. Elle ouvrit grand les yeux en observant les trois racailles lui faire face, poignards au poing et un sourire malsain sur leurs lèvres abimés. 
Un homme chauve s'avança, jusqu'à ce qu'elle puisse sentir l'odeur de bière et d'oignon lui souffler au visage.

- "Rassure-toi, ma jolie, on veut juste voir s'qui y'a sous ces jolis nippes..."


Une gifle l'interrompit. Il la regarda un instant d'un air incrédule, avant d'éclater de rire, à l'instar de ses deux autres comparses. 

- "Mais on dirait qu'ça s'débat bien, ce petit bout d'gateau, et volontaire en plus !"


Sans plus de façon, appuyant son arme sur la gorge de la jeune noble qui semblait tétanisée, il tenta de déchirer la robe brodée qui vêtait sa victime, qui se mit soudainement à hurler d'horreur lorsqu'un flot de sang l'éclaboussa brusquement. D'autres brefs hurlements furent poussés, pour s'arrêter bientôt dans le vacarme de leurs corps désarticulés tombant à terre.

Kilstan. Des larmes montèrent aux yeux de la jeune fille qui reconnut immédiatement son frère, malgré son armure austère et tachée de sang. Il était là. Il était là. Son grand frère. Kathrynn se jeta dans les bras de l'Ours d'Elis, sans une seconde d'hésitation tant sa peur avait été grande.

- "Je veux rentrer à la maison, mon frère, je veux... je veux rentrer à la maison, je me suis perdue, je me suis perdue ! Je ne sais pas ce qu'ils voulaient, je n'ai pas bien compris... Rentrons à la maison..."

En silence, il acquiesça, accédant à son désir en silence, au plus vite. La terrible aventure faisant battre le cœur de sa jeune sœur, le sang, les cheveux que l'on cravacha, la cape dont il la vêtit pour préserver sa pudeur, les armes tirés... elle en avait la tête tournée ! Son frère était un héros. Son sauveur. Son grand sauveur. L'Ours d'Elis, comme ce surnom lui allait bien ! Il était le meilleur guerrier de la ville. De l'Empire. Les yeux étincelants d'admiration, elle le quitta à regret, se contentant de lui murmurer quelques mots de remerciement alors qu'elle repartait dans un carrosse dûment gardé cette fois, en direction de sa nouvelle demeure.
Un mensonge, fut-ce à ses parents, valait mieux que l'humiliation de se faire punir en public.

Les années qui suivirent ne furent pas des plus faciles.
L'entrainement de danse, de chant, de maintien épuisait une santé qu'elle malmenait sans pitié pour arriver au bout de son art. Et elle restait ainsi désespérément maigre, comme une enfant ! La nourriture la dégoûtait, la nourriture ne tenait pas dans son estomac devenu par trop délicat, ce qui forcément n'arrangeait rien. Pour rien au monde elle n'oserait avouer cette tare qui l'empêchait de s'arrondir comme il seyait à une jeune femme de son rang. Parce que Kathrynn Oss ne pouvait avoir aucun soucis de santé, parce que c'était trop humiliant de révéler une faiblesse de plus. Mais la véritable difficulté de ces trois années ne provenait pas de cet enseignement qui lui avait toujours plu. Le véritable problème était qu'elle n'avait plus sa chambre. Elle n'avait plus sa chambre, ni ses frères et sœurs, ni ses robes de bal, ni ses servantes pour la coiffer en commérant. Juste quelques gardes et une vieille soubrette qui riait d'elle, elle en était sûre ! Ah, elle l'aurait bien étranglé pour ses sourires mielleux quand elle prenait les plats à la cuisine, mais il fallait bien que quelqu'un la coiffe. Car oui, elle, Kathrynn Oss, seize ans, était obligé d'accomplir le travail ingrat des domestiques dans une obscure petite maison à deux étages, et d'occuper une espèce de mansarde dans lesquels ses coffres et sa coiffeuse remplissaient la moitié de la pièce !
Il fallait avouer que cette position d'humilité lui avait permis d'entrevoir la condition du petit peuple – enfin, il ne devait pas y avoir grand-monde pour supporter pareille misère. Elle ne pouvait même pas mettre ses robes en soie lorsque venait le soir et elle était obligée de manger avec le petit personnel dans la cuisine, cuisante humiliation dont elle ne se remettait qu'à grandes crises de larmes silencieuses, une fois seule.

Mais, à force de volonté, la demoiselle apprenait rapidement. Elle restait aussi mince qu'un roseau, elle prenait obstinément soin d'elle.
Une fois au château, elle serait honorée comme la véritable noble qu'elle était. L'Empereur la remarquerait entre toute, et elle deviendrait la plus lumineuse étoile qui ait jamais brillé dans le ciel d'Elis.
Tout le monde entendrait parler de la famille Oss et de leur éblouissante réussite. Ce serait son œuvre, à elle, seule. On verrait dans leurs yeux combien ses parents étaient fiers de leur fille chérie, et il n'y aurait plus jamais personne pour la punir. Jamais.
 
Divers : Que dire ? Kathrynn est, vous l'aurez deviné, une des petites soeurs de Kilstan Oss. J'ai fait attention à laisser toute latitude aux autres membres éventuels de la famille Oss pour créer leur personnage sans contrainte. Et … voilà

Crédits: http://browse.deviantart.com/?q=Ivenzia&order=9&offset=0#/d2n1yrw . Le portrait de Kathrynn petite est du même auteur, Ivanza, et se nomme Diana. Elle a été légèrement remaniée pour avoir les yeux bleus.


Dernière édition par Kathrynn Oss le Dim 18 Sep - 18:31 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 18 Sep - 16:05 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kathrynn Oss
Petite renommée

Hors ligne

Inscrit le: 17 Sep 2011
Messages: 16
Race: Hërn
Âge: 16 ans

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 16:25 (2011)    Sujet du message: Kathrynn Oss Répondre en citant

.:: Votre Osh ::.


Représentation de l’Osh, s’il a une apparence préférée


Nom: Nom de L’Osh pouvant se composer d’un prénom et d’un nom ou juste d’un nom.

Rang : En fonction de son nombre de pouvoirs, l’Osh a une place dans la hiérarchie céleste. Lors de la création du profil de votre Osh, vous devez demander en privé à un membre de l’équipe ce à quoi vous pouvez prétendre.

Nombre de pouvoirs : Précision sur le nombre de pouvoirs (à justifier dans l’histoire)

Code couleur: [color=invalid-color:#XXXXXX]#XXXXXX[/color]

Description physique: Huit lignes minimum. Les Osh n’ont pas de forme définie, à vous de lui en choisir une ou plusieurs, en fonction de la façon dont il tient à apparaitre aux autres. Vous pouvez également parler de ce qui se dégage de sa prestance.

Description morale: Huit lignes minimum. Quelle sera la ligne de conduite de votre Osh ? Vous n’avez pas besoin de définir clairement un alignement mais il est important d’avoir un caractère précis pour avoir un personnage utilisable… Que pense-t-il des humains ?


.:: Son histoire ::.


Le passé : L’éternité de votre Osh a pu être plus mouvementée pour certains que pour d’autre. Veillez à assurer dans l’histoire de son passé, le poids des âmes qu’il a récolté. C’est le vécu de l’Osh qui lui assure sa place hiérarchique. Une fois que l’équipe vous a donné le rang hiérarchique auquel votre Osh peut s’affilier, contez-nous ses péripéties. Trente lignes minimum.

Divers: A-t-il des aspirations secrètes ? Des alliances à cacher ?
Revenir en haut
Dafodile
Fondateurs

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2010
Messages: 93
Race: Divine
Zone: Très Haute Sphère
Âge: Immortelle

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 18:33 (2011)    Sujet du message: Kathrynn Oss Répondre en citant

Bonjour Kathrynn ! C’est avec plaisir que je vous souhaite la bienvenue sur osh !

En tant que professionnelle de la bourde sur les nobles, je me préparais déjà à vous signaler quelques taches faussées… quand finalement, c’est avec grand plaisir que je me suis rendue compte qu’il n’y en avait.

Le BG des nobles est bien intégré, Kilstan a été implanté en votre histoire.
Je vous ai envoyé un message au sujet de Valentin pour vous confier des idées de souvenirs à partager avec lui : nous verrons leurs changements pour que nous nous accordions à ce sujet en message privé. (Personnellement, je ne vous demande aucune modification de votre fiche quant à ceux-ci.)

Sur la forme, je n’ai rien à redire non plus. Au final, ce fut pour moi une fiche agréable à lire et pour laquelle je n’ai aucune critique immédiate. J’ai particulièrement apprécié l’incorporation de peurs à votre personnage.

Je laisse le soin à ma consœur de vous exposer ses craintes ou désirs de changements. Pour ma part, je vous accorde ma validation.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Aanté
Fondateurs

Hors ligne

Inscrit le: 23 Nov 2010
Messages: 201
Race: Divine
Zone: Très Haute Sphère
Âge: Éternel

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 18:36 (2011)    Sujet du message: Kathrynn Oss Répondre en citant

Bienvenue parmi nous!

C'est une très agréable fiche et un personnage qui j'espère vous donnera plaisir en jeu!
Un frère comme Kilstan ce doit être intimidant
Je n'ai pas de remarque à faire tout est bien intégré au contexte.

Je vous valide sans hésitation!

A votre plume pour commencer à jouer Smile

Je vous rappelle que vous pouvez demander un RP dans la boîte à projet et qu'il vous faudra déclarer votre RP dans la chronologie globale (toujours dans la boite à projet) lorsque vous l'aurez ouvert Smile
________________________________________________________________

Revenir en haut
Kathrynn Oss
Petite renommée

Hors ligne

Inscrit le: 17 Sep 2011
Messages: 16
Race: Hërn
Âge: 16 ans

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 18:46 (2011)    Sujet du message: Kathrynn Oss Répondre en citant

Merci beaucoup à vous deux ! Smile Je suis vraiment enchantée, ce forum a tout d'un vrai bijou...

J'ai hâte de commencer à rp !
Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Mar 20 Sep - 19:00 (2011)    Sujet du message: Kathrynn Oss Répondre en citant

Arrive et applaudit en voyant cette jolie jeune fille

Oh ma chère, vous serez une amie si charmante! Malgré vos bras un peu maigres, vous êtes ravissante, je serais tellement heureuse de pouvoir échanger des toilettes avec vous!
Vous me ressemblez tant, j'ai l'impression d'avoir une nouvelle soeur!


Vyssi repart en gambadant encore plus gaiment qu'à son arrivée.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:32 (2017)    Sujet du message: Kathrynn Oss

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Très Hautes Sphères - | -> :: Le carnet du passeur :: -> En route pour l'aventure Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Se rendre sur le portail TourDeJeuVoir les explications de cet anneau sur le site TourdeJeuVoir la liste des jeux de cet anneauPour avoir un jeu de cet anneau au hasardPour voir le jeu précédent de cet anneauPour voir le jeu suivant de cet anneau