Osh le Secret Gardé Index du Forum


 
Osh le Secret Gardé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [RP] Dangereusement secret. ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Bas quartiers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Symbelmynë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 25 Aoû - 14:16 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

Symbelmynë se réveilla en sursaut. Soufflant comme un bœuf et couverte de sueur elle s'assit sur le rebords du lit en essayant de calmer son cœur emballé. Ses cauchemars l'avaient, cette nuit encore, harcelée. Les images revenaient sans cesse : Les geôliers ricanant, le fouet claquant, un inconnu qu'elle égorgeait, Mayamenth et son sourire effacé... Trop de choses qu'elle ne supportait plus! De rage elle fit valdinguer sa couverture en se levant énergiquement. Elle ouvrit violemment les volets. Déjà bien abîmés, ils manquèrent de voler en éclats. Cependant, au craquement du bois rongé, le visage de la jeune fille des Bas-Quartiers se détendit. Devant elle, un spectacle doux colorait la fraicheur de la matinée. Une aube rouge se levait. En reprenant son souffle, l'austère vagabonde s'accouda à la fenêtre et admira les couleurs festives danser dans le ciel d'un nouveau jour. Elle adora le silence des rues presque désertes. Elle inspira longuement l'air frais matinal et s'apaisa. Tout ça n'était que des cauchemars, rien de plus! Pourquoi la torturaient-ils toujours? Arriverait-elle, un jour, à s'en débarrasser ? « Le Soleil connaît-il la réponse, lui ? » se demanda-t-elle, légèrement étourdie.
Elle avait toujours apprécié le matin libérateur... Même s' il lui apprenait que, cette nuit non plus, elle n'avait quasiment pas dormi! Mais, maintenant qu'elle était debout, il lui était bien inutile de se remettre sous la couette!
Prise d'un nouvel entrain, la sombre femme entreprit de resserrer le bandage censé camoufler ses formes. Puis, elle s'habilla rapidement avec les mêmes vêtements que la veille et, après un décrassage rapide dans son seau d'eau, elle prit la direction des escaliers. Elle n'était pas d'humeur à subir encore une journée morne. Elle n'était pas d'humeur à travailler, en fait.
Surtout que ces derniers jours avaient été particulièrement fatiguant. Beaucoup de personne lui avaient exigé ses services. Entre les ivrognes qui lui demandaient la plus belle putain, les riches qui réclamait l'amant de leur femme et les jeunes idiots qui la prenaient pour une dealeuse, Symbel' avait été servie ! Mais il y a une vente dont elle n'était pas peu fière : elle avait enfin révélé le secret de Sieur Eroldion, le fameux tailleur des Haut-Quartiers. Ce méfait avait autant alourdie sa bourse que son âme en avait été allégée. Enfin, une personne savait...

Au rez-de-chaussée, la taverne était bien silencieuse. Seul un ou deux ivrognes ronflaient bruyamment, endormis sur la même tablée où ils avaient dû, la veille, enchaîner les pintes dégoûtantes de la maison. Sans manquer de trébucher sur le patron effondré à même le sol, la Mystérieuse se faufila discrètement jusqu'à la porte. Elle l'ouvrait délicatement quand on espoir de sortir furtivement s'écroula dans un horrible grincement. Le gros tavernier grogna seulement dans son sommeil. Elle s'apprêtait à soupirer de soulagement et à se glisser dehors quand soudain ...
-Ah ! Sieur Mynë ! appela une voix que la rôdeuse ne connaissait que trop bien. Permettez moi de vous rappelez que vous n'avez pas payé votre loyer ce mois ci !
Doucement la jeune femme fit face à son interlocuteur. Un homme un peu plus âgé qu'elle, bedonnant et sournois qui allait à sa rencontre. Assurément Fréa, le fils de l'aubergiste, seule personne sur Terre qui puisse agacer Symbel' en ne parlant que de son ton faussement enjoué.
-Excusez moi. maugréa la jeune fille, dédaigneuse. Voici pour la chambre.
Elle lança une petite bourse à l'homme pour lui éviter de s'étaler sur son propre père. Dedans se trouvaient son gagne pain de la semaine... Qui sait combien de secrets avait vendus la Mystérieuse ? Pas le temps de s'en soucier, elle s'était déjà évadée de la ''Délicieuse Chopine'' et partait d'un pas vif, en réajustant sa capuche. Direction : La Belette Enjouée.


En entrant dans l'établissement de son ami, Symbelmynë fut surprise par le monde qu'il y avait. Elle oubliait qu'elle résidait dans une auberge de très médiocre qualité! Alors que les alcools servis par Fréa et sa famille de freluquets étaient absolument immondes, la taverne de Seregon Besace, elle, se couvrait d'éloges pour ses bières excellentes... Et nombreux étaient ceux qui venaient se rincer le gosier à cette heure matinale! Comme personne ne l'avait remarquée, Symbelmynë zigzagua vers le bar en appréciant secrètement le bruit environnant, propice aux conversations libérées. Malgré les quelques regards qui essayaient vainement de l'apercevoir sous son voile, Symbelmynë ne reconnue pas d'ennemis. Ou peut être un si :ce tueur à gage... Comment s'appelait-il déjà ? Peut importe, il ne s'occupait que des ''commandes'' prestigieuses. Même si elle nota étrange sa présence dans une telle taverne, la frêle fouineuse se jura qu'il n'était pas un danger.
Seregon l'avait vue et il lui offrit sans attendre une grande cervoise avec un clin d'œil.
-Tu as quelque chose pour moi ? questionna froidement l'énigmatique femme en trempant ces lèvres dans le breuvage ambré.
Mais on ne la faisait pas à son vieil ami.
-Bonjour! Merci, j'vais bien, moi aussi! C'est trop gentil d'te préoccuper d'ma santé! répondit Monsieur Besace moqueur, avant d'annoncer très sérieusement : Y a quelqu'un pour toi, à ta table.
Symbel' lança un regard au dessus de son épaule. En effet, dans le coin d'ombre de la pièce de la pièce elle distinguait une silhouette. Qui était-ce ? Elle ne le voyait pas bien. Pourtant, un long et fin sourire sournois étira ses lèvres. Seregon connaissait bien se sourire : Elle allait dévorer cette pauvre brebis toute crue !
-Merci. lui souffla-t-elle.
Seregon regarda sa courageuse amie se diriger aussitôt vers le coin de la pièce en sifflotant sa petite chanson récurrente. Bientôt elle fut absorbée par les ténèbres, laissant derrière elle une chope à moitié pleine.

La Mystérieuse s'assit sans un mot en face de son client. Elle prit le temps de dévisager l'inconnu, replaça subtilement son masque, croisa ses doigts griffus sur la table avant d'annoncer sèchement:
-Je ne pensais pas vous rencontrer de sitôt... Que me voulez-vous ?


Dernière édition par Symbelmynë le Jeu 22 Sep - 18:06 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 25 Aoû - 14:16 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Lun 29 Aoû - 15:05 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

Pourquoi Kilstan était-il à La Belette Enjouée? Même lui ne le savait pas vraiment. Enfin...Si bien sûr! Il n'avait pas atterrit ici suite à une journée de beuverie, plus porté par ses pieds que par sa conscience. Non il était venu de son plain gré, entièrement recouvert du genre de long manteau à capuche qu'affectionnaient les voleurs et les assassins, permettant de ne pas être reconnu au premier coup d’œil. Mais tout était un peu confus pour lui. Cela avait commencé par une requette. Cela il en avait l'habitude. Mais émanent de sa famille c'était plus rare. Et de son père c'était encore plus exceptionnel. Bon ce n'était pas lui qui lui avait demandé directement quelque chose, il faisait l'intermédiaire pour un de ces amis. Un couturier que le paternel Oss appréciait particulièrement, nommé Eroldion. Ce quidam se plaignait d'avoir été discrédité de la plus vile des façons par un drôle vendeur de secret, apparemment nouveau en ville. Et on lui avait donc demandé de tirer toute l'affaire au clair, même s'il n'avait pas vraiment compris qu'elle était exactement la nature de la calomnie.

Il ne pouvait pas vraiment refuser, tant son géniteur ne lui demandait pas souvent un coup de main. Utilisant les ficelles qu'il avait à disposition, il avait pu remonter jusqu'aux gens qu'il fallait pour contacter le mystérieux informateur à l'origine de la divulgation. A partir de là, il avait décidé de prendre les choses en main. Pas forcément judicieux dans le sens où il était bien trop célèbre, mais il ne voulait pas plus utiliser les ressources de la garde pour une affaire personnelle. De ce qu'il avait cru comprendre, il était fort probable que bien que très gênante et incriminante, la rumeur n'était pas forcément fausse. Aussi avant de rosser ce fouineur, il convenait d'en apprendre plus sur lui, ses méthodes, et les raisons de ses divulgations. Et l'engager pour quelque travail était donc le plan pour se rapprocher de cet homme et en apprendre plus ainsi.

Mais que de mystères et de procédures autour de ce vendeur...Il se retrouvait là, assis à une table, sirotant ce qui était certes une bière de qualité, assez rare en ces lieux pour le noter, mais attendant...Il ne savait ni trop quoi ni trop qui. Il n'aimait pas trop cela. C'était un fonceur, et la patience n'était pas vraiment un de ses plus grandes vertus. Il observait la clientèle de ce respectable établissement, essayant de se faire aussi discret que possible, quand enfin on vint s'assoir à sa table. Il essaya d'évaluer rapidement son interlocuteur. Pas bien grand, très fin...En cas de grabuge, il n'en ferait surement qu'une bouchée, bien que son arrivée fut assez discrète pour qu'il en soit surpris. Quelqu'un qu'il n'aimerait pas savoir sur ses trousses dans une ruelle sombre, mais dont il pourrait s'occuper en cas de confrontation face à face. C'était à peu près tout ce qu'il pouvait discerner de son contact, tant il était dissimuler par ses vêtements. Par contre niveau manières...

On commence par saluer quand on est poli, surtout quand on s'assoit à la table d'un inconnu. Enfin passons, nous ne sommes pas là pour faire des manières...J'ai cru comprendre que vous étiez plutôt fortiche pour dénicher ce qu'on voudrait plutôt cacher. Et j'ai besoin de vous pour en savoir plus sur les relations d'une certaine personne.

Kilstan avait pensé faire d'une pierre deux coups. Il y avait un jeune m'as-tu-vu dans la Garde. Silin Ederikon qu'il s'appelait. Très performant, étant toujours miraculeusement au courant d'où se passaient certains petits trafics, ou tombant dessus comme par hasard. Jamais rien de grave, mais tout de même frauduleux. Par contre, et de manière là encore soit disant parfaitement fortuite, toute opération de grande envergure où il était impliqué finissait en échec cuisant, comme si les contrevenants étaient prévenus à l'avance. Pas assez pour avoir des certitudes, mais assez pour se poser des questions. Selon ce qu'il apprendrait de cet homme, et la manière dont il lui donnerait l'information, il essayerait d'estimer si c'était quelqu'un de confiance ou un simple arnaqueur. La Garde avait toujours besoin d'informateurs. Et si, lors de leurs échanges, il pouvait en venir à lui soutirer le pourquoi du comment sur l'affaire Eroldion, ce serait encore mieux.

Par contre j'ai beaucoup entendu parlé de vous mais vos garanties sont assez neuves et floues. Le travail sera bien payé mais je ne débourse pas mon argent pour de vagues rumeurs. Donnez moi une raison de faire appel à vous plutôt qu'à n'importe qui d'autre.

ça c'était un truc de base pour les indics. ça permettait au choix de discuter le prix ou d'en apprendre plus que prévu. Et puis le rustre avait fait attendre le noble. C'était un prêté pour un rendu!
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Symbelmynë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 30 Aoû - 11:48 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

La première remarque du client énerva grandement la jeune femme. La politesse ? Voulait-il qu'elle lui serve un de ses banales ''Bonjour !'' ? Non, ce jour n'avait été, jusque là, bon. Quant aux présentations, elle savait parfaitement qui se tenait devant elle et ne voulait pas vraiment se nommer...
Tapie dans l'ombre, les seules informations qu'elle avait savamment arrachée aux quelques phrases de l'homme voilé c'est qu'il voulait une filature et qu'il payerait bien. Fabuleux ! Enfin une bonne nouvelle ! Tout ce qu'il lui fallait à ce bonhomme -grand et costaud, certes- c'était une preuve. Elle devait simplement lui démontrer qu'elle n'avait rien d'un charlatan. « Prévisible » pensa-t-elle. On la prenait tout le temps pour un escroc, prouver sa valeur était ainsi quotidien pour l'informatrice. Cependant, il fallait admettre que c'était désagréablement agaçant...

Pour tenter de le mettre mal à l'aise, elle ne répondit pas tout de suite, le toisant sournoisement. En véritable calculatrice, Symbelmynë envisageait déjà quelques possibilités pour le faire tiquer tout en se jouant de son impatience. Elle connaissait trop bien son travail pour laisser filer un renseignement. C'était tout ce qu'attendait ce renard.
- Parlons de vous, Votre Altesse Oss... Oh ! Sans faire de manières, pardon ! lâcha-t-elle enfin sur un petit ton désinvolte.
A ce nom, un ou deux ivrognes s'arrêtèrent et tendirent l'oreille. La rôdeuse avait judicieusement évité les injonctions du riche mais elle ne devait pas pour autant détruire sa couverture. Elle attendit donc qu'ils retournent à leurs bouteilles pour commencer à cuisiner le noble avec une once de taquinerie.
- Par exemple, il y a énormément de rumeurs qui circulent à votre sujet, cela va sans dire... Mais que votre seigneurie fasse attention : il y a ''rumeur'' et ''rumeur''. -elle se racla la gorge- Croyez moi, dans cette ville, nous sommes peu à pouvoir certifier que vous n'êtes pas cannibale.
Là, elle fit une courte pause, histoires d'encore le faire mijoter... Et oui! Certains bruits étaient aussi ridicules que malveillants. On avait entendu un temps que le seigneur était anthropophage. Absurde mais vrai !

En le laissant réfléchir à cette petite révélation, elle chercha un bon vieil argument dans son répertoire. Qu'avait elle dans le dossier ''Kilstan Oss'' ? Sûrement une bonne pile de parchemins intouchables ! Pourtant, tout n'était pas bon à dire...
Elle hésita un peu, mais finit par demander, fourbe:
- J'en sais beaucoup, monseigneur. Dois-je parler d'une certaine Ariniel pour le prouver ? Il y a du monde, ici, quand même...
Échange de bons procédés : Il lui avait amicalement fait remarquer son impolitesse, elle insinuait gentiment ses déboires charnels.
A la manière de quelqu'un qui savoure sa supériorité, elle s'était laissé aller dans le dossier de sa chaise. Elle avait failli croiser ses bras sur sa poitrine... L'idée n'était vraiment pas bonne ! Pas question de souligner négligemment un sein dans un moment si délicat! Même si elle n'aurait probablement pas à le défendre, elle savait que son argument était fragile. Inutile d'amener d'autres soupçons à l'Ours d'Elis. La méfiance régnait déjà autour de cette table. Et puis, le Sire Oss n'était guère doté de patience.
-Exposez moi votre requête. Ainsi, j'aurais peut-être une chance de trouver ce que vous cherchez. abrégea-t-elle.
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Mer 31 Aoû - 13:45 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

Kilstan n'aimait pas les manières de l'étranger, et celui-ci n'avait pas eu l'air d'apprécier sa désapprobation. Il semblait par contre qu'il s'attendait à être testé, car il ne montra aucune réticence à se prêter à l'exercice. Par contre...Quel manque de subtilité, voir même d'instinct de survie! D'abord balancer comme ça, à portée d'oreilles de tous, son patronyme souvent décrié en ces Bas lieux n'était pas, de son point de vue, un mouvement intelligent. Qui pouvait savoir combien de frères d'un de ces ivrognes le garde avait fait arrêté, voir pire. La foule ne semblait heureusement pas porter trop attention à la conversation.

Il commençait à être sur ses gardes, les yeux observant tous les coins de la pièce et toutes les personnes présentes, afin d'identifier les menaces potentielles au plus vite pour pouvoir y réagir aussi promptement que possible. Il écouta donc d'une oreille distraite la suite de l'exposé. Elle avait choisit son "domaine" pou faire ses preuves, lui. Très franchement, ça ne l’intéressait que peu, il savait déjà ce qu'il y avait à savoir là dessus. Par exemple, dire tout haut qu'elle savait qu'il n'était pas anthropophage, ça s'appelait faire marcher son cerveau pour lui. Pas faire un vrai travail d'investigation. Guère impressionné, il laissa le silence s'étirer, attendant quelque chose, il l'espérait, d'un peu plus sérieux.

Il ne fut pas déçu. Savoir qu'il fréquentait certains des lieux de débauches de la ville basse, ce n'était pas "vraiment" un exploit. Parmi la garde Kilstan avait cru comprendre que tout le monde était au courant, sans que jamais personne n'évoque le sujet devant lui cependant, et même dans sa famille certains sous-entendus avaient fusés. Par contre, connaitre le nom de son ex-favorite décédée, c'était beaucoup plus impressionnant. Ces établissements étaient réputés pour le secret qu'ils entretenaient tant sur leur clientèle que sur leurs habitudes. Par contre, l'évocation de sa douce blonde disparue fit serrer les poings au géant, qui les avança alors sur la table, ses yeux un peu étrécis braqués sur le nouvel objet de son attention. Il ne se voulait pas consciemment menaçant, mais se rappeler le deuil qu'il n'avait pas encore réellement fait le mettait toujours en colère.

Il observa son informateur se renverser dans le dossier de sa chaise, savourant ostensiblement sa "victoire". Restait à savoir si c'était un geste malin. Savait-il quelle douleur ce nom représentait, était-ce intentionnellement qu'il avait touché ce point sensible? Il existait un proverbe dans une ancienne langue qui disait, simplement, "don't poke the bear", et ce petit bonhomme jouait à un jeu très dangereux. Encore une fois, manque de prudence...Remarque, c'était ceux de cette trempe qui faisaient les meilleurs de sa profession.

Les bases de la collaboration étaient posées. Kilstan n'aimait pas cet homme, mais il reconnaissait sa compétence. Probablement que son information datait un peu si il n'avait pas appris la mort d'Ariniel, mais elle était tout de même plus que valable. Il était temps de passer au deal.

Je l'espère bien. Il y a un gars qui travaille dans les Bas-Quartiers. Silin Ederikon. Un peu vantard mais très compétent. Enfin parfois trop, et parfois étonnement peu. J'ai besoin de savoir si il a des relations avec les Rats.

Les Rats portaient bien leur nom. La vermine de la ville, association de malfaiteurs qui étaient fiers de l'être. Il y avait un jeu constant entre eux et la Garde. Et démasquer les espions, dans un camp comme dans l'autre, était un des nerfs de la guerre. Si il pouvait certifier sans l'ombre d'un doute la duplicité de son confrère, ce serait un atout de choix. Le noble jeta une bourse sur la table. Son riche paternel lui avait donner un peu pour couvrir les frais. Hors, un peu des Hauts Quartiers devenait vite une richesse énorme en Bas. La moitié de ça restait tout de même une somme coquette.

Voilà de quoi commencer à chercher. Vous en aurez autant en fin de contrat. Mais soyons d'accord, vous aurez à faire attention à deux choses. D'abord, si réelle fourberie il y a, elle sera surement très bien dissimulée. Je n'ai pas besoin d'un vague soupçon, ça je l'ai déjà. Et ensuite...

Il posa les coudes sur la table, se grandissant encore par rapport à son vis-à-vis, croisant les mains devant sa bouche pour ne laisser voir que ses yeux. A moins que l'espion ne soit complètement inconscient, et pas juste un peu imprudent, il ne pouvait pas louper la menace évidente que représentait toute l'attitude du Noble.

...Si vous acceptez cet argent, vous travaillez pour moi. Et on ne joue pas double-jeu avec moi. Que ce soit clair.

Si il avait fouillé moitié autant qu'il en avait l'air, il savait que c'était vrai. On ne trahissait l'Ours qu'une fois, et on le regrettait tout le reste de sa courte vie.
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Symbelmynë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 1 Sep - 11:12 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

C'est avec amertume que le Oss exposa le marché. Une bourse atterrit sur la table. Alors que la plupart des habitants des Bas-Quartiers se seraient rués dessus pour vérifier la somme, elle ne bougea pas. L'informatrice laissa le seigneur la menacer sans broncher.
Le nom de son ancienne favorite avait déclenché dans les yeux du roc de la colère ... mais pas celle qu'attendait la jeune femme. Elle aspirait à le voir outré par cette révélation, or, dans ses clairs yeux furibonds, elle décelait plutôt de la douleur... Il portait le deuil. Du regret ? Non ! Elle n'en avait pas. Elle ? Symbelmynë ? Non... Et si s'était le cas ? Elle avait aussi un mort derrière elle. Un être cher qu'elle dont personne n'aurait jamais le droit d'attaquer comme elle venait de le faire. C'était mesquin, elle le savait...
« On se calme. Il n'y est pour rien.... » essaya de se dompter Symbelmynë sans pour autant changer son attitude audacieuse.

Ce qu'on lui demandait était trop évident à ses yeux. Elle connaissait depuis longtemps le cas Ederikon. La bourse était tout bonnement à sa portée. Si proche... Il devait avoir un hic dans tout ça ! Pourquoi rien n'était simple ? Pourquoi fallait-il toujours qu'une chose ne tourne pas rond ? Rapidement, la délatrice repéra la pièce bancale de l'édifice : un homme de marque avait investi sa table. On n'aurait très bien put envoyer un homme d'une importance quelconque pour ''une broutille'' pareille. Il y avait autre choses, c'était certain. Que cherchez Kilstan Oss ?

Une idée germa dans l'esprit. Une idée qu'elle regrettait sûrement. Une idée assez folle. Une idée qui avait toutes les chances de la mettre de nouveau à la rue, mais une une idée diaboliquement tentante.
-Je ne veux pas de votre or. céda-t-elle.
Aussitôt, elle se mordit la lèvre inférieure. En voilà un gros mensonge ! Seulement, maintenant qu'elle s'était lancée, elle ne pouvait plus faire machine arrière.

Elle rapprocha son visage du noble en s'accoudant, elle aussi, à la table. Par habitude, elle prit garde de ne laisser entrevoir qu'une bouche aux lèvres gercées et un menton imberbe.
- Permettez votre splendeur, mais je ne prends pas ce contrat. Dans le genre faux-jetons, je suis assez réputée, que vous le vouliez ou non. A cette table, c'est moi qui décide des clauses, qu'importe votre titre... Reste à savoir si vous prenez le risque de travailler avec moi !
Elle s'arrêta et rajusta ses mitaines nerveusement. Même si l'énigmatique demoiselle avait pris un ton légèrement moins sec pour son prologue, il n'en restait pas moins convainquant. Elle jouait un jeu dangereux. Maintenant, elle s'apprêtait à provoquer le diable.
-Je n'ai pas besoin de partir fureter. Tout ce que vous voulez savoir, je le sais déjà, et il ne s'agit pas de vagues soupçons, croyez-en mon expérience. reprit-elle en y ajoutant sentencieusement : Voilà mon marché : un secret pour un secret.
C'est vrai que, comme ça, on ne voyait pas bien où elle voulait en venir... Et si la réponse tenait en un pêché ? Symbelmynë a bien un million de défauts mais, un seul la poussait à ce genre de fantaisies malhabiles : La Curiosité.
-Donnez-moi quelque chose de personnel, quelque chose de profondément enfui... Quelque chose que je ne sais pas ! Ensuite, je répondrais et ce, à autant de questions que votre secret vaut de réponses.

Ses conditions étaient posées. Le stratagème de la pauvre fille n'était pas des plus fins cependant, au cas ou cet abruti ne l'avait pas remarqué, il était honnête. Elle ne s'apprêtait pas à le flouer. Par contre, rien ne lui interdisait d'être désagréable à l'extrême. Si cela ne convenait pas à son interlocuteur, celui-ci pouvait toujours quitter la table ou même la tuer si ça lui chantait.

Sous cape, les yeux de la Mystérieuse miroitaient de lumières malicieuses.
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Ven 9 Sep - 10:52 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

Comment? Un gueux qui refusait son or? Voilà qui était fort étonnant! Avait-il senti le piège? Il aurait été particulièrement impressionnant qu'il ai un tel instinct, tant l'offre étant véritable. Kilstan comptait réellement le payer pour ce travail qu'il espérait réellement voir accompli. Alors pourquoi refuser, surtout quand on considérait que ce qui se trouvait sur la table n'était que la moitié du payement, et que ça représentait déjà un jolie somme!

En fait ce qui gênait ce petit fouineur, c'était de na pas avoir le contrôle de la situation. Une fois l'information acquise, le noble se dit qu'il aurait pu le deviner. Les rendez-vous secrets dans un lieu qui lui convenait à l'avance, le laisser dans l'incertitude de l'heure du rendez vous...Tout cela aurait du lui mettre la puce à l'oreille. Certains auraient dis prudent, mais il ne voyait que lâcheté dans cette approche au final. Et ses excès précédents ne lui semblaient plus comme de la témérité, mais comme une bravade sans fond, tel un enfant qui essaye de se persuader qu'il n'a pas peur de sauter dans la rivière, mais qui ne s'y risque jamais vraiment, et aurait toutes les chances de s'y noyer s'il s'y aventurait.

Ainsi, quand l'informateur assura, confiant, qu'il savait déjà tout ce qu'il y avait à savoir sur l'affaire qui lui était proposée, le garde ne le cru point. Cet homme avait peur, et il racontait n'importe quoi. Il proposa un échange de secrets, évidemment. Quelque chose d'évanescent, qu'on ne peut vraiment récupérer, et comme de bien entendu le bougre demandait à être payé d'avance. A tous les coups il avait plusieurs chemins de fuites de prêts, et Kilstan ne serait pas le dindon de cette farce! Il posa ses deux énormes poings sur la table, et repoussa sa chaise en se relevant, écrasant de son auguste présence son minuscule interlocuteur. Dans les échanges cordiaux, il essayait d'effacer sa masse, on oubliait donc jamais vraiment qu'on avait à faire à une armoire à glace, mais on sous-estimait souvent à quel point il était hors normes. Par contre, quand l'heure était venue de se faire impressionnant, l'effet n'en était que décuplé, et il réveillait bien souvent un sentiment de menace faussement endormi.

Écoute moi bien espèce de petit fouille-merde...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase. Quatre hommes, eux aussi encapuchonnés, comme si c'était la mode du coin, venaient de faire irruption dans la salle, provoquant un grand silence alors qu'ils ouvraient la porte d'un coup de pied. Celui du centre, se désignant ainsi comme le chef de cette expédition hurla alors :

Toi avec la capuche! Bouge plus on va te faire la peau!

Kilstan regarda les agresseurs, puis son informateur, et retour aux agresseurs. De qui parlaient-ils? La question n'eut pas le temps d'être tranchée, car quatre arbalètes de petit calibre firent leur apparition. Réagissant au quart de tour, plus dans un réflexe de survie qu'autre chose, il empoigna d'une main son mince vis-à-vis, de l'autre le bord de la table. Il la renversa tout en ramenant son ami du bon côté de l'abri de fortune qu'il venait de se créer. Et sous le couvert des "tschak" signifiant que les carreaux avaient rencontré matière bien plus solide que la chaire, il essaya de demander, le plus naturellement du monde...

Des amis à vous peut-être?

Il allait falloir trouver une issue. Vite.
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Symbelmynë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 11 Sep - 12:33 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

Le seigneur se leva brusquement. L'indic se trouva soudainement bien petite face à ce personnage farouche. Visiblement, il n'avait pas du tout apprécié les conditions posées par la jeune vendeuse. Trop habituée à être le maître de la danse, elle en avait oublié la prudence avec ce type de danseurs... explosifs, dira-t-on ! Et Kilstan Oss n'était pas un piètre meneur ! Devant elle, se tenait une véritable montagne de muscles prête à l'étrangler. Pendant une demi-seconde, Symbelmynë perdit contenance, tétanisée par sa crainte. Cela lui semblait si loin, le temps la peur, la vraie. En effet, elle vivait effrayée comme la plupart des rats, pratiquant un métier qui, en soit, était une sorte de suicide. Il faudrait bien qu'un jour, quelqu'un la tue ! Mais le destin semblait se contenter de quelque obstacles placé sur sa route. Aujourd'hui, sa déveine ressemblait beaucoup à une brute massive au sang royal... Une menace monstrueuse.
-Écoute moi bien espèce de fouille merde ...
A peine le colosse avait-il lâché son insulte que la porte de la Belette Enjouée s'ouvrit dans un grand fracas sur quatre êtres armées de grosses arbalètes menaçantes.

Cette entrée cloua le bec à tous. Le géant détourna son attention de la pauvre trafiquante. Légèrement soulagée, elle s'autorisa à soupirer.
- Toi avec la capuche ! Bouge plus on va te faire la peau ! gueula un des hommes.
En entendant cette voix rocailleuse, l'espionne regretta tout de suite son optimiste. Elle entreprit de regarder tour à tour Kilstan Oss et les nouveaux arrivants. Manifestement, il n'en savait pas beaucoup plus qu'elle.
« Pas ça ! » eut juste le temps de penser Symbelmynë avant de se retrouver par terre. Le géant venait de la jeter au sol et de renverser la table sur laquelle ils papotaient quelques secondes auparavant. Pire ! Ce fut cette même table qui arrêta les quelques carreaux tirés, leurs sauvant la vie, au passage. Symbelmynë était choquée. Purement et simplement pétrifiée. De un, parce qu'elle avait faillit se faire trouer et de deux, parce que c'était le "premier ennui de la journée" qui lui avait sauvé la mise. Ironique, non ?
- Des amis à vous peut-être ? demanda son immense client qui ne semblait pas perturbé le moins du monde.
- Euh... Laissez-moi réfléchir !... réussit-elle à articuler.
Comme si des inconnus qui vous veulent explicitement votre mort avaient une chance d'être des amis...
Vite, elle calma son cœur emballé et passa furtivement un regard derrière le meuble renversé. Les hommes se dirigeaient rapidement vers eux. Ils se frayaient un chemin à travers la salle pleine à craquer et n'hésitaient pas à mettre par terre les consommateurs embêtants. Elle vit un des hommes s'occuper de son ami Seregon qui protestait énergiquement. Elle voulut lui dire de se taire, que tout ira bien... Elle n'eut pas le courage de mentir. Un autre parlait avec l'assassin qu'elle avait repéré en entrant dans l'enseigne. Maintenant elle se souvenait de son nom : Erid Nerdomel, surnommé "Le rapace". « Pas ça ! » pria-t-elle en comprenant qui voulait leurs peaux.
- ...Non. répondit-elle finalement, en revenant vers Kilstan Oss.

Ils étaient tous les deux dans un sacré piège. Deux solutions s'offraient explicitement à eux : Combattre – malheureusement, à deux (quoique avec la montagne humaine qui lui avait fait office de garde du corps...) contre quatre il ne fallait pas s'attendre à des miracles- ou Fuir. La deuxième option n'était pas beaucoup plus réjouissante mais à cet instant, les esprits s'efforçaient à la recherche d'une échappatoire.
- La fenêtre ! ordonna subitement la jeune femme.
Pas forcément une idée judicieuse : pour atteindre la-dîtes fenêtre, il fallait absolument se mettre à découvert... Mais c'était ce seul moyen de sortir de ce trou à rats.
Sans attendre, elle se leva. Guidée par une montée d'adrénaline, elle s'élança vers la fenêtre, manquèrent d'un cheveu. Elle sauta et traversa les vitres crasseuses en se protégeant les yeux du festival de verre qui l'accompagnait. Un soldat à sa suite.


En moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire elle se réceptionna dans la rue avec un petit rictus, ses genoux la faisant souffrir. Rares étaient les badauds à cette heure matinale et tous changèrent de rue en voyant débarqué ces deux ennemis. Aussitôt, elle se retourna faire face à son assaillant. Dedans, on entendait le grabuge mais elle ne voyait pas la force de la nature sortir. Qu'était-il arrivé à l'Ours ? Elle imaginait mal le bestiaux mort... M'enfin, pour l'instant, elle devait penser à sa peau à elle avant celle du puissant guerrier. Et ça n'était déjà pas une mince affaire sans se bougre à ses côtés !
« Pas ça ! » supplia la pauvre fille. Alors, elle dégaina ses coutelas, la peur au ventre. Que pouvait-elle faire contre cette brute épaisse ? Elle, si frêle ? Pourtant, c'est avec un cri sauvage qu'elle se précipita sur son assaillant pour lui empêcher de décoché une flèche qui l'aurait sûrement tuée. Quand elle entailla l'avant bras de l'anonyme, il lâcha son arme dans un hurlement de douleur. Immédiatement, elle lui enfonça sa lame dans le torse. Il tomba, mort. Elle avait fait cela avec un sang froid qui la déconcertait. Cela remontait à loin, ces derniers meurtres. Elle n'avait pas perdu la main...
Pas le temps de se réjouir : Un autre garde sortit par la porte principale et se rua sur elle. Lui, semblait avoir laissé tomber l’arbalète pour une longue épée qui la mettrait particulièrement dans l'embarras. « Pas ça ! » implora-t-elle en contrant de justesse le premier assaut.

L'affreux écrasait son adversaire. Chacun de ses coups plus durs, plus violents, faisait plier la traîne misère qui réussissait tant bien que mal à esquiver les attaques. Hélas, à ce rythme d'assaut elle y passerait bientôt. Elle était trop maigre, trop faible. Son cœur tambourinait à ses oreilles, grande horloge de l'irrévocable.
C'est alors que les deux combattants se figèrent. Symbemynë, les deux armes croisés au-dessus de sa tête, contrait le coup que l'homme allait lui infliger. C'était une partie de force qu'imposait le mercenaire à la misérable. A ce jeu, elle ne gagnerait pas, c'était certain. Un gémissement de douleur franchit ses lèvres. Dégager une dague, c'était risquer de se prendre celle du soudard sur la tronche et si elle ne faisait rien ses muscles la laisseraient tomber et le résultat serait le même. Cependant, le salaud avait une autre solution, lui. Il délaissa son arme et agrippa son adversaire prise par surprise et la jeta à terre. Dans la chute, la Mystérieuse perdit ses armes, un morceau de son chemiser, arraché par le saligaud, et tout espoir de s'en sortir vivante. Il était sur elle, bloquant ses deux bras amaigris de chaque côté de la capuche. Pour tenter d'évincer cette lourde masse oppressante elle se débattait de toutes ses forces. Or son corps trop fluet ne pouvait pas grand-chose contre cette homme robuste. En dégageant une main le salopard réussit à attraper une des armes à terre, la plaquant immédiatement contre la gorge de sa victime. Le métal froid contre sa peau figea la malheureuse. Bouger s'était se faire tuer. Elle ne tenterai pas le démon. Que pouvait-elle faire ? Elle voulut lui cracher à la figure mais à quoi bon ? Pour que la lame l'égorge comme un porcelet ? Non, merci. Il y avait peut-être un peu d'espoir ... Était-elle devenue étrangement optimiste ?
Complètement paniquée, elle entreprit de se calmer lorsque l'affreux lui enleva sa capuche, découvrant son visage si féminin.
- Tiens, tiens ! On dirait qu'on a interrompu un rendez-vous galant ! ricana le reître. Je me suis toujours demandé si on pouvait jouer avec les commandes ...
Donc, c'était bien à elle qu'en voulait la bande de tueurs. Pauvre altesse Kilstan.
Son visage se rapprocha de celui de sa pauvre prise. Dans ses yeux abrutis, sa captive ne voyait qu'une lumière dégoûtante. Une envie de mâle. Et ça, c'était plus que ce qu'elle pouvait supporter. Elle contracta son visage, dégoûtée, ferma les yeux en réclamant de toutes ses forces. « Je vous en conjure : Pas ça ! »
Miraculeusement, son souhait se réalisa. Quand elle ouvrit les yeux, l'homme écrasant gisait mort, à côté d'elle.

Symbelmynë leva son regard bleuté sur l'immense main tendue vers elle, encore sur le choc. 


Dernière édition par Symbelmynë le Ven 28 Oct - 13:39 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Lun 12 Sep - 22:26 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

C'était presque avec cruauté que Kilstan regardait la pauvre brebis qu'était devenu son si provocateur informateur. Là qu'il avait complètement perdu le contrôle des opérations, il était comme un enfant qu'on prend par surprise, incapable de réfléchir rapidement. Bien sûr que les assassins qui venaient de rentrer n'étaient les amis de personne dans cette pièce. C'était plutôt une manière de lui demander si il les connaissait, et apparemment ce n'était pas le cas. Ce qui posait problème. Dire que l'Oss avait des ennemis qui voulaient sa mort dans les Bas-Quartiers était un euphémisme. Il avait déjà du survivre à plusieurs guet-apens tous mieux organisés les uns que les autres. Et vu la frontalité de l'attaque, si ils étaient venus pour lui, ça devait être de gros morceaux!

Sa priorité pour l'instant était qu'aucun innocent ne meurt dans l'altercation. Il n'eut pas trop à s'inquiéter pour son acolyte. Il cru bon de signifier au colosse que la fenêtre était une échappatoire viable, avant de s'y jeter dans la seconde qui suivit. Mais bien sur la fenêtre! Quand on faisait 40 kilos tout mouillé comme lui c'était envisageable, mais pour le garde c'était juste mission impossible. Malgré tout, cette sortie allait l'aider à s'en sortir!

Morbleu les gars, la laisser pas filer comme ça! Vous deux, allez-y, nous on reste pour s'occuper du gros!

Alors là, c'était méchant comme remarque! Le noble se regarda rapidement, et jugea qu'il n'avait pas tant forcit que ça quand même! En plus ces derniers temps, il avait fait attention à ne pas reprendre de sauce avec sa pintade farcie! Non mais vraiment, quel manque de savoir-vivre! Enfin...la politesse n'était pas vraiment la question du moment mais tout de même...Il allait être temps de réagir. Déjà ses adversaires n'étaient plus qu'à 2 contre 1, enfin il n'en était pas sûr tant il avait cru en voir un discuter avec un des clients déjà présent. Malgré tout, même à trois, ils étaient grande infériorité numérique par rapport à lui, et de plus ceux qui n'avaient pas quitté la pièce étaient tous cachés attendant le dénouement, sauf le tenancier qui avait essayé de s'interposer et commençait à en faire les frais.

Prenant appui contre la table, il la poussa de toute sa force sur celui qui essayait de s'approcher de lui, pendant que l'autre avait des mots avec le brave aubergiste. Ayant eu un instant d'hésitation devant ce gros morceau de bois qui s'était subitement mis en mouvement, il se retrouva fracassé entre celui-ci et le bord du comptoir. Son comparse lâcha alors bien vite celui qu'il était en train de molester pour se rediriger sur la plus grosse masse musculaire de la salle. Ayant vidé son arme, et une arbalète mettant un temps indécent à se recharger, il avait opté pour une épée standard. Même en étant très bon à mains nues, voilà qui n'arrangeait pas les affaires de notre soldat! Et pourtant, chose incroyable, l'autre se jeta sur lui en levant bien haut son arme avec l'intention évidente de lui ouvrir le crâne. Les réflexes prirent le pas sur l'incrédulité de l'Ours, et il s'avança presque au contact avant que le coup ne prenne de la vitesse, le parant ainsi aisément. Une torsion de poignet plus tard, il était armé face à un adversaire se tordant de douleur au sol.

Aussi fausse que soit la "réputation" qu'il avait dans les Bas-Quartiers, certaines choses n'étaient pas usurpées. Notamment son absence totale de pitié pour ceux qui attentaient à sa vie. C'était d'ailleurs pour ça que les attentats à son encontre se faisaient plus rares. Difficile de trouver des gens pour un mission où l'échec signifiait la mort à coup sur. Aussi il n'hésita pas une seconde à transpercer le coeur de son adversaire encore au sol. L'autre finit de se dégager du lourd projectile envoyé contre lui. Il n'aurait malheureusement pas la chance de s'enfuir. La masse l'agressa sous une pluie d’assauts très lourds, dont il eut bien du mal à se défendre. Même si Kilstan n’aimait pas trop les épées, un peu trop raffinées à son gout, il savait en tirer un très bon potentiel, au contraire de son adversaire qui semblait à peine savoir frapper avec la sienne. Une simple feinte permit alors à l'ours de lui enfoncer sa lame profondément dans l'abdomen, mettant ainsi un terme sanglant au combat.

Afin de ne pas perdre de temps à dégager l'arme, il prit celle qui restait dans la main du mort, tout en réfléchissant. Il était évident qu'il s'agissait là d'amateurs, d'où cette attaque en plein jour, dans une salle bondée, et la piètre performance des gars. Et maintenant qu'il y pensait, personne ne savait qu'il serait là. La conclusion s'imposa donc à lui, il n'était pas la cible. Il fallait qu'il retrouve vite son informateur. Déjà parce qu'il en avait encore besoin. Et ensuite parce qu'on ne faisait pas ce genre de coup d'éclat dans sa ville. Et surtout pas en sa présence. Non mais! Il prit le temps de jeter la lourde bourse qu'il avait offerte plus tôt au pauvre bougre qui tenait les lieux.

Pour les consommations, les dégâts, et quand on vous demandera, vous ne saurez pas qui a fait tout ça.

Il rabattit son capuchon tombé pendant l'affrontement et sortit. Il n'était pas fou, la rumeur courrait un peu partout. Mais en Haut-Lieu, il n'y aurait personne pour lui poser des questions gênantes sur les raisons de sa présence si personne ne la mentionnait. Une fois dehors, il avisa rapidement le corps gisant non loin. Finalement le fluet voleur avait de la ressource! La garde ne tarderait par contre pas, il lui fallait se presser! Une fois proche du cadavre encore chaud, il avisa le combat, qui avait tourné assez mal pour le pauvre indic, dans une ruelle adjacente. Parfait, il serait moins exposé. Par contre, ce qui surpris le géant, c'était la position des protagonistes. Le vainqueur était à califourchon sur le vaincu, et sa tête dangereusement proche de celui-ci. Et en se rapprochant il était...En train d'essayer de profiter de lui! Non mais...quel genre de malade était-ce là?

Une fois à sa hauteur, il ne prit pas de gant et utilisa son arme, à deux mains, dans un grand coup circulaire en pleine face. Il avait eu le temps de l'entendre de venir, mais pas vraiment de réagir. Kilstan avait usé du plat de la lame, afin de ne pas le tuer pour interrogatoire. Bon par contre...Il espérait ne pas avoir frapper trop fort. Sonné, le pervers s'affala sur sa victime, inerte. D'une main, il le souleva et le jeta contre le mur proche sans ménagement. On ne devait pas de bons traitements à ce genre de vermine. Il était encore plein de l'adrénaline du combat, cette drogue qu'il adorait, et ça tombait bien parce qu'il restait encore beaucoup à faire. Il tendit sa main au gars qu'il venait de sauver, vu qu'il était le centre de cette histoire.

Allez debout, on en a pas encore fini là petit...

Et là son regard tomba sur les traits fins de son interlocutrice. Elle, car de tout évidence il s'agissait d'un fille, et plutôt jeune, avait des yeux bleu magnifiques bien que tinté de panique et de soulagement à la fois en cet instant. L'attitude du soudard faisait tout à coup plus de sens, et il marqua une petite pause avant de reprendre. Il comprenait tout à fait ce choix de cacher à la fois son sexe et son âge, tant elle aurait perdu toute crédibilité sinon, et se serait surement même déjà retrouvé dans des situation du même genre que la dernière.

...teuh. Petite. Allez debout, on a encore du travail.


Elle prit sa main et il la remit sur ses pieds, avant de se diriger vers sa nouvelle proie. Si effectivement un des gars, plus malin que les autres puisqu'il avait fui dès s'être rendu compte qu'ils avaient à faire à plus coriace que prévu, s'était échappé, la traque n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Il fallait le faire parler. Ce n'était pas tant que Kilstan voulait sauver cette gamine...encore que....mais surtout, maintenant qu'il allait se savoir qu'elle travaillait avec l'Oss, sa vie allait grandement changer. Et la Garde avait toujours besoin d'indics fiables. Il commença donc à secouer sans vergogne le comateux, lui mettant même des claques au passage pour qu'il ouvre les yeux.

Allez vermine! Ouvre les yeux, on a des choses à discuter tous les trois!!! Debout debout!!! Dis moi qui t'as envoyé, et je considèrerais t'envoyer en prison quelques temps plutôt que te tuer tout de suite! Allez on se lève!


Oui. Kilstan faisait toujours preuve d'une grande subtilité dans ses interrogatoires.
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Symbelmynë
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 17 Sep - 11:27 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

Quand le seigneur Oss lui joint de se lever, la Mystérieuse attrapa sans hésitation sa puissante main. Une fois debout, elle fit rapidement une inspection de son état. A part son vêtement déchiré, quelques égratignures et un mauvais souvenir, elle n'avait rien... Ah si ! Ses genoux commençaient a pousser de petits cris de douleur mais, ça, elle en avait l'habitude.
Par contre, de voir un homme tabasser un autre comme son sauveur était en train de le faire, s'était assez nouveau. Non pas qu'elle n'ait jamais vu une baston mais cette montagne humaine mettait littéralement en pièces ce qui ressemblait à son agresseur. Ce dernier paraissait beaucoup moins pimpant qu'il y a quelques minutes. Lui hurler de se réveiller n'était pas bien utile. C'est pourquoi, malgré sa colère pour le gueux qui avait essayé de la souiller, elle s'interposa entre les deux hommes.
-Arrêtez ! hurla-t-elle au noble.
Elle poussa gentiment Kilstan au fond de la ruelle. Il lâcha le pervers qui s'étala par terre. La canaille était vraiment pitoyable.
Les yeux de Symbel' brillaient de cette obscur clarté, impérieuse et téméraire. On venait de lui pourrir- et le mot est encore faible- sa journée. Il était donc hors de question de laisser ce fripon partir sans une ou deux petites interrogations de son cru. Et elle, à la différence du membre royal, savait poser les bonnes questions. En faites, elle savait les poser, tout court !
- Je te conseille de donner ton nom si tu ne veux pas finir complètement disloqué. siffla-t-elle, ayant du mal à contenir sa colère.
- To... Ouille !... Tohorlas Pichenette...
- Qui t'as employé pour me tuer ? Réponds, abruti !
- Je ... Je ne sais pas ... tenta-t-il, peu convainquant.
- Cherche ! exigea-t-elle en attrapant l'oreille du souffrant.
Elle la tordit violemment lui extirpant une nouvelle plainte.
- D'accord ! D'accord ! C'est le Rapace qui nous a employé ... On devait partager la somme versée par le commanditaire.
- Et qui est ce commanditaire ? aboya la jeune femme. Qui veut ma tête ?
-Je ... Je sais pas !
La Mystérieuse plongea explora le regard de son torturé. Rien. Pas une lueur de mensonge. Il avait peur. Rageusement, elle le laissa retomber à terre. Il ne savait pas ? Eh bien tant pis : Elle trouverai ! Le Rapace ... Tout se jouait sur cette carte. Avec un peu de chance, monsieur Kilstan l'aurait déjà massacré mais ça, il y avait peu de chance : Personne ne connaissait vraiment ce tueur renommé. Comment aurait-il deviner qu'il était des leurs ? Non, il fallait qu'elle retrouve ce vaurien et qu'elle sache...
Sa victime n'eut pas le temps de soupirer de soulagement qu'une dague argentée s'enfonçait dans son ventre, verrouillant son visage dans une expression de surprise intense. C'était comme ça que la mort prenait sa splendeur pour les assassins. Une mort traitre. C'était la seule ressemblance qu'avait cette ''Petite'', rancunière et violente sous ses traits fins, avec les voyous.
Elle récupéra calmement ses deux armes sous le regard de Kilstan Oss. Il n'avait été que spectateur et elle se fichait de ce qu'il pensait d'elle.

- Tout d'abord, je m'excuse pour cet incident, monseigneur. Dois-je supposer que notre collaboration prend fin ?
D'autres gros ennuis étant à prévoir, ils devait partir d'ici. Maintenant, de préférence. Ensemble, pour continuer leur entretien, ou seul, chacun de leurs côtés.
Symbelmynë pensait avoir perdue toute crédibilité auprès du fameux militaire. Une femme n'était bonne à rien.; Une femme n'était bonne qu'à procréer ; Une femme c'était l'âme perfide du mensonge. Et d'un côté, il n'aurait pas eu tord... 


Dernière édition par Symbelmynë le Ven 28 Oct - 13:40 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Mer 21 Sep - 14:41 (2011)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret. Répondre en citant

Kilstan n'était pas un adepte des interrogatoires. Ni vraiment de la subtilité. Ce qui faisait de lui un bien piètre interrogateur subtile. A peine le type avait-il ouvert les yeux qu'il avait commencé à enchainer nonchalamment les claques et autres coups, sans trop y penser. Ce genre de petit tueur raté n'était pour lui qu'une ordure qui méritait à peine de vivre, mais quand il avait attenté à sa vie...Il perdait le peu de valeur qui lui restait. Et il était donc traité sans la moindre trace de compassion.

Très vite son petit numéro de sauvagerie mis à bout les nerfs de la petite informatrice. Lui hurlant de s'arrêter, elle le sépara de ce qui avait été quelques secondes auparavant son agresseur, dans le but manifeste de lui sauver la vie. Soit, il la laissa faire. Il avait entendu parlé d'une méthode d'interrogatoire dans ce style un fois. Le bon garde mauvais garde. Il avait le rôle du mauvais, et l'approche de la petite semblait efficace. Surtout avec le regard noir, bras croisés sur le torse, que le colosse lançait au gars. Il se mit donc bien vite à table sans révéler grand chose de capital. En même temps il fallait s'y attendre, si le vrai commanditaire avait fait appel à des amateurs, c'était pour couvrir au mieux ses traces.

Le Rapace n'était pas un nom qui disait farouchement quelque chose au noble. Peut-être un nouveau ou un énième surnom d'un tueur à gage plus célèbre...Bah, il devait être en train de fuir à l'autre bout du monde si il avait la moindre jugeotte. Il s'en était pris à l'Ours. C'était comme s'il était déjà mort! Le prisonnier n'eut par contre pas le temps d'en révéler plus avant d'expirer sous le coup d'un de ses compatriotes. Kilstan se colla instinctivement à un mur, mais le meurtrier avait déjà du filer. Étonnant qu'on ne l'ai pas pris lui pour cible, mais cette action un peu désespérée laissait présager qu'il y avait quelque chose d’intéressant à creuser!

Alors qu'il essayait de planifier quoi faire ensuite, la gamine chercha à le renvoyer à ses affaires, essayant surement de jouer les dure après qu'il ai découvert son "secret". Tout en se mettant en route, car rester dans les parages n'était pas vraiment conseillé, il éclata d'un bon gros rire. Avant qu'elle ai pu même tenté de penser à fuir, son immense paluche vint s'abattre sur son épaule dans une étreinte faussement amicale, la forçant à se mettre en mouvement.

HAHAHAHAHAHAHAHAHA! Pensais-tu t'en tirer à si bon compte ma petite? Tu demandais un secret pour un secret tout à l'heure, et je soupçonne que c'est monnaie courante dans ta branche. Dans la mienne, c'est un service pour un service! Et là, j'ai payé d'avance. Tu ne vas pas m'échapper comme ça avant d'avoir remboursé ta dette, d'une manière ou d'une autre. Je n'arpente pas les Bas-Quartier pour éviter que des petits malfrats dans ton genre ne se fassent tuer dans vos luttes intestines gratuitement!
Par contre on ne s'en prend pas à moi impunément, même par inadvertance. Alors tu vas m'aider à retrouver celui qui a eut l'audace de me tendre un piège, et si tu t’absous de ton dut, je te laisserais partir. Sinon il te faudra trouver un accord. Notre collaboration prend fin haha...On me l'avait pas encore faite celle-là.


Il fallait qu'elle sache qui menait la barque. Et ce n'était pas une enfant qui allait commander le noble soldat expérimenté qu'il était. Il se vengerait, il la sauverait, et il apprendrait ce qu'il voulait savoir d'une manière ou d'une autre. C'était comme ça que fonctionnait les Oss!
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:47 (2017)    Sujet du message: [RP] Dangereusement secret.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Bas quartiers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Se rendre sur le portail TourDeJeuVoir les explications de cet anneau sur le site TourdeJeuVoir la liste des jeux de cet anneauPour avoir un jeu de cet anneau au hasardPour voir le jeu précédent de cet anneauPour voir le jeu suivant de cet anneau