Osh le Secret Gardé Index du Forum


 
Osh le Secret Gardé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Une punition bien méritée ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Temple
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Mar 5 Juil - 16:44 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Ce RP fait suite à ma longue absence et aux dernières interventions ici , l'occasion d'une rencontre, d'un débat sur la Foi ou toute autre idée qui vous passe par la tête!


Vyssi, encore grelottante de faim et de fatigue, releva son regard cerné sur le mur, redevenu blanc, qui venait de s'adresser à elle. Après un sursaut de surprise, elle s'efforça d'adopter un comportement digne: elle se prosterna, face à la bougie qui avait servi d'écran pour révéler une divinité invisible. Une impie aurait bondi sur ses pieds, appelé aux spectres et aux revenants. Vyssi, non. La musicienne était suffisamment pieuse pour reconnaître les manifestations divines, et suffisamment orgueilleuse pour ne jamais douter que les divinités puissent s'adresser à elle.

Masser les pieds des statues? Vous êtes clémente et miséricordieuse déesse, je me soumet avec humilité à votre sagesse, et vais de ce pas m'apprêter pour que vos emblèmes ne soient pas salies par un être indigne de votre attention.

Faisant comme elle l'avait annoncé à la Voix, elle se lava. A l'eau froide bien sûr, en bonne pénitente, se para d'une belle et simple robe, dans les tons crème et or, puis déjeuna d'une pomme verte et d'hostie. Sans maquillage, mais seulement après avoir soigné ses longs cheveux, Vyssi sortit de ses appartements.

Comme indiqué par la Voix, elle prit la direction du cimetière. Elle visualisait très bien les deux gigantesques statues évoquées dans sa vision: deux femmes, quoique leur visage était devenu androgyne sous les intempéries, ailées et en toge. Les deux Anges du cimetière, comme les nommaient les habitués du Temple. Sans s'arrêter, sans hésiter, Vyssi les rejoignit et s'inclina, face contre terre, devant les deux socles de pierre.

Vous m'avez demandé, Divinités, me voici, votre plus humble servante, Vyssi Astadien.

Docile, la musicienne s'approcha de la première statue et posa ses doigts frais sur le minéral gravé, plus froid encore. Sans savoir exactement comment procéder, mais se laissant guider, l'esprit parfaitement ouvert à tous les indices divins, elle commença à appuyer sur la pierre. Ce n'est qu'au plus de plusieurs minutes qu'elle se rendit compte de la cruauté du châtiment pour une femme de sa profession... La peau de ses mains, si fragiles, si délicates, ne résisterait pas longtemps à la texture de la pierre, et avant même d'avoir fini le premier pied, quelques gouttes de sang perlèrent sur ses doigts à vif.

Sans s'arrêter pour autant, Vyssi se contenta de fermer les yeux et d'ouvrir grand son âme.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 5 Juil - 16:44 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Lun 8 Aoû - 17:25 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Plusieurs mois s’étaient écoulés et Quetzal’ome était devenu un autre homme. Il n’était plus l’homme libre des mers mais il était bien plus libre que dans une géôle. Le Maître était ridiculement petit et infâme mais il avait bien des cartes en main et Teotl trouvait qu’il y avait encore de quoi jouer la partie. Janus était parti en voyage depuis près d’un mois, laissant l’ancien pirate seul, avec quelques avantages non négligeables qui le satisfaisaient bien : il avait une grande maison à partager avec d’autres serviteurs et mangeait à sa faim. Tous avaient été surpris que l’étranger ne parte pas avec le petit Maître, mais ce dernier ne semblait pas prêt à s’afficher avec autant de prestance qu’en Elis et bien des mondains avaient remarqué et craint le nouveau garde du corps de celui dont ils aimaient se moquer.

Teotl flânait. C’était une belle journée et les mains dans les poches , il s’était rendu compte qu’il n’avait rien à faire. Le pirate s’ennuyait. C’était une perspective qui ne l’avait jamais effleuré mais il commençait à croire que l’oisiveté était un mal des hommes libres qui ne savaient pas vivre. En mer, les journées ne se ressemblaient pas et l’émotion les gardait toujours à la vigilance. Là, rien… il n’avait peur de personne, il n’avait pas faim, il n’avait pas à travailler et il n’avait même plus à plaire à son Maître. Les bas quartiers commençaient à s’habituer à lui. L’étranger aux tatouages n’était même plus dérangé. Il décida du ciel dégagé pour grimper dans la ville jusqu’au temple. Le toit se parait d’ombres qu’ils méconnaissaient c’était assez remarquable. Est-ce que des hommes étaient monté jusqu’en haut ?

En abaissant sa vue, la silhouette d’une femme le ravit. Il l’observa de loin avant d’être frappé par le souvenir. Elle était… c’était elle… Ses paupières s’abaissèrent pour appuyer l’étrange rancœur qui naissait en lui et il se décida à la suivre. Vyssi se promenait seule portait une toilette impeccable et déambulait avec cette audace sont il ne se ferait jamais. Lui, claudiquant et lourd n’était qu’un rustre bourru en comparaison. Il s’adossa à un pan de mur et aperçut la femme en train de… tripoter les pieds de deux statues. Teotl écarquilla les yeux, haussant un sourcil tant le spectacle lui était étrange. La femme s’appliquait pourtant et insistait ses gestes avec précaution. Au bout de plusieurs minutes il s’approcha, las de l’espionner et arriva à sa hauteur, sans la regarder, scrutant le visage des deux anges.

- Je croyais qu’on enterrait les morts ici. Vous ne pleurez pas… vous ne vous occupez donc pas de vos morts. J’me trompe ?
________________________________________________________________

Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Lun 15 Aoû - 11:44 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Toute à son application vertueuse, Vyssi ne sentait pas la douleur et l'écarlate de son sang qui tachait désormais les pieds des statues de pierre lui semblait un bien bel ornement. L'idée qu'une noble part d'elle-même imbibait désormais des icônes sacrés était jouissive. Finalement, la punition était douce.

Une voix d'homme l'interpella, qui lui sembla loin derrière elle. Vyssi ouvrit les yeux, leva devant elle ses doigts ensanglantés et se réveilla d'un songe mystique. Si elle continuait ainsi à masser les pieds des statues, elle ne pourrait poser ses doigts sur un clavier pendant plusieurs semaines. Le piano. La voix.
Sans se retourner, elle savoura longtemps les ondes sonores de doux ténor. Elles éveillaient dans sa mémoire un souvenir lointain, vaguement désagréable.

Une image lui vint à l'esprit. Celle d'un geôle humide et puante. Elle en appela une autre: des tatouages grossiers de marin... Le gracieux visage de la musicienne se plissa d'une expression agacée.

Ce lieu n'est pas qu'un cimetière mécréant. C'est une terre de culte.

Cette fois Vyssi se tourna, pour bien s'assurer que celui à qui elle causait était bien le vil pirate qui avait essayé de la vendre avec de fausses accusations contre une liberté qui ne valait pas grand chose. Effectivement. Elancé, il exposait toujours outrageusement son torse musclé et barré de tatouages de brigand... Son crâne à moitié rasé était une insulte aux deux anges célestes qu'elle servait.
Elle lui adressa un regard hautain, et entrecroisa devant elle ses doigts ensanglantés, bien loin de sa robe crème et or pour ne pas la tacher définitivement. Elle prit une grande inspiration et s'adressa à lui d'un ton à mi-chemin entre la condescendance et le mépris.

Votre tenu de sauvage offense les divinités. Sachez que lorsqu'on entre dans un Temple on se vêt d'une tenue a minima décente...

Comme gênée par la demi nudité que lui offrait le barbare, Vyssi détourna le regard. Elle garda un moment le silence puis claqua la langue contre son palais.

Alors comme ça vous n'êtes pas suspendu par le cou à une corde? Les mensonges qui sortent naturellement de votre bouche ne vous ont pas encore ramené derrière les barreaux?

Mince, elle venait de poser des questions qui appelaient des réponses, alors qu'elle souhaitait plus que tout se retrouver seule... Vyssi se promit de ne plus formuler de nouvelles interrogations. De toutes les façons cet homme, à part sa voix, ne l'intéressait pas. Presque pas.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Lun 15 Aoû - 16:22 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Si près, il voyait le sang qui commençait à perler du bout de ses doigts. Le sauvage prit sur lui pour ne pas reculer mais le comportement de la femme l’inquiétait. Elle était d’une nature si précieuse qui lui était inenvisageable qu’elle s’adonne à de telles pratiques. Qu’est-ce qui pouvait la pousser à se blesser ainsi ? La raison l’avait-elle abandonnée ? Elle dressa alors sa main devant elle dans un geste gracieux mais dément, contemplant le préjudice de ses folies. Le pirate grimaçait de plus en plus, devait-il lui porter secours ? Vyssi lui adressa enfin la parole sur un ton sévère et plutôt contrarié ce qui ne manqua pas d’interpeller le Tolbaz qui pensait qu’elle en serait plus gênée qu’autre chose qu’on la surprenne dans une pratique des plus incongrues. Pourtant il comprit, alors qu’elle gageait que c’était là une dévotion religieuse, dans un lieu consacré et il s’en sentit mortifié et recula d’un pas. Teotl n’avait que les dieux de ses ancêtres pour le porter au quotidien mais il leur vouait tant de respect qu’il regretta d’avoir pu offusquer les entités de ces Terres.

La femme se tourna enfin vers lui et le scruta un instant. Ils se voyaient enfin en pleine lumière, elle était aussi belle que sa langue fourchue et il ne semblait pas qu’elle le craigne. Est-ce que les dieux lui avaient donné quelques confiances mystiques ? Teotl plissa le front et baissa les yeux, honteux pour sa part d’avoir perturbé le recueillement d’un autre et peu enclin à l’agressivité face à une si jolie femme. Il posa un regard objectif sur ses bras nus et réalisa qu’il n’était pas tout à fait vêtu comme il se devait… La femme se détourna alors de lui, comme si elle avait fait le tour de sa personne et qu’il ne méritait pas plus d’attention de sa part. Pourtant elle ne le renvoyait pas à ses affaires non… elle cherchait à connaître la fin de ses aventures de pirates…

Teotl leva les yeux vers les deux anges massifs qui avaient à présent les pieds souillés.

-Je ne connais pas vos Dieux. Je ne savais pas qu’il demandait du sang. Chez moi ils en veulent mais c’est très loin d’ici..

Il se tut un peu brutalement, surpris d’avoir évoqué de lui même la terre de ses origines. Mais tout homme était humble devant les dieux et il cherchait à s’excuser de ne pas avoir compris que c’était là un office sacré. Il leva les yeux vers la femme qui lui tournait le dos, elle était belle, il valait mieux qu’elle ne lui fasse pas face.

-Les dieux m’ont fait moins habillé que ça… Il esquissa un petit sourire avant de se reprendre, c’était un peu douteux et il n’assumerait pas qu’elle le prenne mal. Je porte une chemise d’ordinaire Princesse… j’ai encore l’œil pour voir les coutumes de vos terres… mais la cuisinière a voulu me la raccommoder.

Il reporta son attention sur le cimetière.

-Je sais même pas où ils mettent leurs restes… Yen a qui dise que la fosse rend tous les honneurs aux morts… moi je doute qu’on mette un pirate avec un pauvre mais honnête gars… Je pense qu’ils les ont donnés à bouffer aux chiens…

Il se tourna de son interlocutrice, un peu déçu de ne pouvoir lui être d’aucune aide, hésitant à partir sans répondre à ses questions.

-Faut croire que mes mensonges n’étaient pas si graves… Je vaux encore mon pesant p’tite dame. Les hommes ne sont pas tous aussi désintéressés que vous et le plus petit des Maîtres a tenu à s’offrir mes services.

Il se mit à ricaner, conscient qu’elle comprendrait de qui il causait.

-Je ne vais p’têtre pas vous déranger plus longtemps, j’étais pas sûr que c’était vous.. maintenant je sais que c’est vous et vous savez que je suis en vie et que ce n’est pas grâce à vous.. devant vos Dieux d’ailleurs. Mais pour votre cérémonie, je ne savais pas… je voulais pas les offusquer, j’ai cru que vous étiez devenue cinglée.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Mer 17 Aoû - 22:17 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Vyssi dégluti, le menton haut et indifférent, émergeant petit à petit de sa transe, de plus en plus consciente de la douleur qui pulsait au bout de chacun de ses doigts. Malgré la superficialité des blessures, le sang continuait d'affleurer et de goutter le long de ses ongles pour s'épandre à terre pour mieux être bu par le sol sec. La musicienne contracta frénétiquement ses mâchoires en se souvenant que pendant son jeun elle avait avalé de grandes quantités de thé vert, et que cette boisson avait tendance à la couvrir de bleus. Sa chaperonne l'avait sermonnée et mise en garde contre les qualités anti-coagulantes de la plante, et comme à son habitude, elle s'était contentée de hausser les épaules, méprisant les avis des petites gens.

Dos au pirate, Vyssi l'écouta s'excuser platement. Au moins il n'était pas l'un de ses athées, de plus en plus nombreux en Elis, race ignoble qui oubliait ses créateurs et qui ne trouveraient aucun salut par delà la mort... Au moins, il respectait ses dieux et ses ancêtres...
Sur la question de la chemise, Vyssi ne se sentait guère la force de répondre et se contenta de hausser les épaules. Il lui semblait que le barbare évoquait des considérations macabres lorsqu'elle baissa la tête, récitant des prières pour prendre congé de ses divinités...

Ô toutes Puissantes, votre volonté m'a appelé en ses lieux et m'a donné un juste châtiment. J'espère avoir accompli mon devoir et expié ma faute. La seule raison de mon existence et de vous servir, maintenant et à tout jamais.

La musicienne répéta par trois fois ses quelques phrases, et, considérant sa mission terminée, elle fit de nouveau face à Teolt. Elle comprit ses dernières phrases, dû réfléchir un moment pour saisir l'allusion au plus petit des Maîtres, et ne la saisit que grâce au rire entendu, un rien méprisant, du barbare.

Alors qu'il faisait quelques pas en arrière, Vyssi leva sur lui un regard un peu voilé. Sa peau d'ordinaire blanche était diaphane, ses oreilles bourdonnaient légèrement, lui donnant l'impression de se noyer dans de la ouate.
La musicienne papillonna des paupières pour chasser le voile noir qui lui obscurcissait les yeux, et, tentant de donner l'air de rien, fit quelques pas en direction de la sortie. Sur sa route, le pirate semblait légèrement mal à l'aise, n'osant peut-être pas faire le malpoli en la devançant de quelques mètres mais sans se réjouir de devoir supporter sa compagnie encore quelques minutes.

D'une voix trop aigüe et aux accents inquiets, elle ne put s'empêcher de lui poser une nouvelle question, qu'elle regretta bien entendu aussitôt en se mordillant la lèvre.

Vous êtes vous aussi loin de vos terres natales?

Comme si le fait d'avoir parlé avait épuisé ses dernières forces, Vyssi posa une main ensanglantée sur un muret de pierre. Mais cet appui n'empêcha pas son regard de s'obscurcir d'avantage, ses jambes de trembler et elle de faire un malaise.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Ven 19 Aoû - 11:33 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

La jeune femme était encore plongée dans ses méditations et prenait le temps de sortir de sa torpeur mystique. Son air était digne mais un voile d’humilité apparaissait lorsqu’elle s’adressait aux Dieux. Ceci n’échappa pas au pirate qui trouva que cette femme n’était finalement pas si odieuse à la face du monde entier… La femme s’était de nouveau dressée en sa direction mais son silence était curieux. Il n’était pas pesant comme si la peur lui avait intimé de se taire non, il était lourd parce que ses yeux devenaient vides.
Elle prenait elle aussi la route du départ, définitivement déconnectée de sa messe solitaire ou profondément dérangée. Vyssi ne témoignait pourtant pas de colère comme il aurait du. Une fervente dont on saccageait les efforts aurait bien eu des raisons… Non là, comme apaisée par sa spiritualité elle était posée, calme, lente… titubante…

Une question qui s’évanouit presque aussitôt entre ses lèvres et la femme se rattrapa avec peine sur le mur. Elle sombrait. Teotl réagit rapidement, n’attendant pas qu’elle heurte le sol, un de ses bras autour de sa taille, l’autre lui saisissant le poignet comme s’ils s’apprêtaient à danser. Les paupières de la femme bougeaient encore, elle n’avait pas perdu connaissance mais semblait un véritable fantôme d’elle-même. Quetzal’ome tenta de la ramener à la réalité mais à part quelques petits gémissements, plus aucun mot distinct ne sortait de sa sensuelle bouche.

Le telkankien sentit l’angoisse le gagner. Il leva la tête scrutant autour d’eux pour vérifier que personne ne les surprendrait. Un homme comme lui, tenant une femme comme elle, en pleine rue, évanouit ou a demi-consciente… c’était bien trop facile. Le pirate s’efforçait de ne pas s’énerver mais cette femme lui attirait trop de poisse ! Elle le faisait sans doute exprès ! Il devrait peut-être la jeter dans la fosse, avec un peu de chance elle ne se souviendrait de rien… Mais il était de ses hommes qui ne pouvaient pas faire de mal au sexe faible. Après quelques instants d’hésitation sur la façon d’opérer, il décida de prendre les choses en main et sans le moindre mal, il leva l’aristocrate du sol, en jeune mariée en direction du Temple, juxtaposant le cimetière.

C’était un trop beau bâtiment pour qu’ils ne sachent quoi faire. Elle priait, ce devait donc être une de leurs fidèles… Il frémit en passant la lourde porte. Il avait vu quelques procès ou du moins exécutions de ce temple et il sentait par-dessus tout la terreur que les religieux inspiraient aux honnêtes gens… Est-ce qu’ils allaient le punir pour avoir porté la main sur cette petite chose blanche aux beaux jupons ? Il ne semblait y avoir personne… C’était surprenant de contempler un tel espace et paradoxalement ne pas y croiser la vie de l’extérieur. Est-ce que la maison des âmes était la maison de la non vie.. de la mort ? Quetzal’ome aperçut au loin quelques hommes, il voulut s’approcher mais un homme en toge sombre lui fit soudain face au détour d’un pilier et le pirate sursauta.

Il lui tendit à bout de bras la jeune femme qui semblait à présent endormie. Le religieux, car rien n’indiquait que ce n’en était pas un, se pencha sur le minois diaphane renifla un peu bruyamment et se redressa pour fixer les prunelles du barbare, sans un mot.

-Elle.. Elle est tombée.. là dehors… je pensais que vous la connaissiez… Je vous la donne.

L’homme le fixa avec encore plus d’intensité et le tolbaz finit par reculer, résolument décidé à ne pas la laisser ici.

-Vous dérangez pas, j’vais la ramener chez elle… Merci…

Le religieux s’approcha et de son visage austère s’afficha un soudain sourire, large et faussement agréable. Teotl ressentit une étrange horreur et ne demanda pas son reste pour retourner sur les pavés de la place du Temple, cœur de la ville. Il se sentit tellement soulagé d’avoir évité un pire qu’il ne voulait même pas imaginer, qu’il se fichait bien qu’on puisse trouver curieux qu’un sauvage trimballe dans ses bras une noble. Sa maîtresse était peut-être souffrante… Peu de gens l’inquiétèrent. Au détour d’une ruelle, il trouva un petit banc de pierre, à côté d’une fontaine et il déposa la jeune femme avant de s’asseoir lui, aux abords de l’eau.
Il aurait pu la laisser là. Non, il aurait du la laisser là mais elle semblait si fragile, poupée de porcelaine avec sa toilette si soignée, il ne voulait imaginer ce qu’il aurait pu se passer si elle faisait une mauvaise rencontre. Il finit par s’approcher de sa jupe, pour déchirer un pan de tissu précieux dont il ignorait tout, le trempa dans l’eau et l’essora sur le front de la jeune femme… La douceur il n’y connaissait rien.

-Hééé réveillez vous M’dame.

Deux gamins des rues s’étaient approchés et lorgnaient la bourse qu’elle portait à la ceinture. Teotl leur lança un œil noir qui fit chuter le premier sur son derrière et rapidement reculer le second.

-Trois pièces pour de quoi manger. Filez !

Les petites vermines partirent en courant chercher de quoi sustenter les deux promeneurs…

J'ai profité du malaise mais si j'ai trop extrapolé je peux modifier sans problème, j'ignore si j'ai abusé de la pnjisation. Un ptit MP et j'arrange tout.

________________________________________________________________

Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Dim 21 Aoû - 01:15 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Si un voile noir lui obscurcissait la vue, et si Vyssi était bien trop affaiblie par son jeûne pour tenter de se débattre contre le contact charnel que lui imposait le barbare à demi-nu, elle n'en était pas moins consciente de la délicate situation. Ses mains rougies de sang avaient cessé de goutter au début de son malaise, la vasoconstriction sous-cutanée des vaisseaux arrêtant l'hémorragie tout en lui conférant un teint d'ivoire, mais des traces écarlates brunissantes tachaient sa robe.
Vyssi eut l'impression floue d'être transportée à grande vitesse, de passer de l'ombre à la lumière et vice versa... Elle ne réalisa rien du court échange entre Teolt et l'étrange prêtre, mais si elle avait pu donner son avis, elle aurait mille fois préféré être guérie, ou tuée dans la maison des Dieux, par le père, plutôt que d'être contrainte à l'étreinte dégradante avec le pirate.


Un contact dur contre son dos dénué de musculature. Une sensation glacée sur la peau de son visage. Vyssi papillonna des paupières, fébrile mais éveillée. Après que sa vision se soit légèrement stabilisée, la musicienne eut un petit mouvement de recul, à peine perceptible, et murmura:


Non content de m'interrompre dans les sacrements, vous m'avez assommée...


Juste après avoir prononcée cette phrase, elle repéra la fontaine qui jouxtait l'une des entrées du Temple et regretta immédiatement ses paroles. Elle espéra que le pirate n'était pas parvenu à comprendre sa voix si frêle et basse... Elle se gratta la gorge et demanda un peu plus fort


Où suis-je?


En réalité, elle croyait bien l'avoir deviné, mais cette question encouragerait peut-être le sombre individu qui l'avait certainement violentée à expliquer le déroulement des opérations depuis le cimetière.   Vyssi tenta alors de se redresser sur le rugueux banc de pierre, mais se sentit aussitôt tourner de l'oeil, et plongea ses deux mains dans l'eau froide pour s'obliger à rester consciente. Elle regarda, un peu hébétée, l'eau se teindre de rose.


Tiens, quelle est cette magie?


Elle failli lever les yeux au ciel pour remercier illico les déesses de ce Don inattendu, quand elle réalisa que la coloration n'était que la conséquence de la dilution de son propre sang. Pour ce punir de cette nouvelle bêtise, elle s'aspergea le visage d'eau glacée.


Déjà, des gamins des rues qu'elle n'avait pas vu partir revenaient, avec dans les bras quelques maigres victuailles... Pendant tout le temps de leur course, la musicienne n'avait pas osé lever les yeux sur celui qui l'avait secouru, frémissant déjà d'avoir été contrainte à poser son gracieux visage sur son torse dessiné...
________________________________________________________________

Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Dim 21 Aoû - 18:46 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Elle reprenait connaissance. Teotl n’eut pas grand mal à reconnaître le ton de l’exigence, elle ne devait pas être bien souffrante, retrouvant déjà ses instincts les plus primitifs. Cela lui suffit et il ne lui versa pas davantage d’eau sur le front. Elle commençait à se souvenir que plusieurs minutes s’étaient déroulées sans elle et elle semblait être prête à demander des comptes. Teotl sentit sa mâchoire se crisper, bientôt elle allait lui reprocher de ne pas l’avoir abandonnée au premier rustre que la ville comptait…

La douce vipère se redressa mais renonça bien vite à son audace préférant le calme de la pierre et porta sa main jusqu’à la fraicheur qui dormait sous le ruissellement des gravures. Le tolbaz leva un sourcil inquiet quand la femme s’émerveilla sur la magie de son sang dans l’eau. Etait-elle sonnée ou complètement sotte ? Une érudit qui savait écrire et penser la musique ignorait elle jusqu’à la couleur de son sang dans l’eau ?...

Il s’était écarté d’un bon mètre et la fixait avec une mine suspicieuse. Il ne voulait pas qu’elle tombe dans l’eau ou elle était encore capable de dire qu’il ‘lavait fait exprès. Il entendit les ricanements des gamins et tourna son attention sur eux alors qu’eux, retrouvèrent un teint blême devant l’étranger. Ils approchèrent timidement lui confiant leur butin, une miche de pain et une pomme et le fixèrent sans mot dire. Ils n’auraient pas osé réclamer mais ils savaient ce qu’ils avaient mérité…

Le tolbaz tendit la pomme à la femme, puis préféra la poser entre eux pour qu’elle choisisse elle-même de cesser son jeu d’illuminée. Il en profita pour y déposer également le petit bout de sa robe déchirée, comme si tout était normal. Il rompit alors le pain et en mordit une large bouchée. Les petits rats se grattaient la tête et fixaient la jolie dame et son garde trop impressionnant. Il ne prit pas le temps de finir sa bouche pour s’adresser à l’aristocrate.

-Trois pièces pour leurs courses. C’est c’que vous leur avez promis. Z’étiez pas nette mais ça m’a semblé raisonnable.

Il passa sa main dans l’eau, jouant aux travers des nuances rosées aolias.

-Si j’vous avais assommée vous ne seriez toujours pas réveillée.. non vraiment pas. En plus j’suis pas sûr que j’en aurai pas profité pour vous noyer au passage…

Il se mit à rire mais calma ses ardeurs sentant que ni elle ni les gamins ne suivaient son délire. Il mordit une nouvelle fois dans le pain.

-Z’êtes déjà allé dans le temple ? Ils foutent la frousse ces gars là. Moi j’vous le dis faut pas trop y trainer. Le mauvais œil, comme disait le Capitaine, il vous choisit et c’est fini pour vous. J’en ai pourtant vu des prêtres en tout genre… Ceux là, sont pas commodes !

Il prit un peu d’eau vaguement rosée au creux de sa main pour la porter à sa bouche et se désaltérer.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Vyssi Astadien
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 67
Race: Aolia
Zone: Hauts-Quartiers
Âge: 23 ans

MessagePosté le: Sam 27 Aoû - 19:06 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Vyssi regarda l'eau de la fontaine se teindre d'un rose grenadine qui lui rappela brsuquement sa faim. A cet instant, deux petits mioches des Bas-Quartiers arrivèrent avec justement une bien maigre pitance, mais qu'elle regarda avec envie. Les grondements de son estomac lui firent penser à son jeun forcé, un peu trop long pour sa fragile nature. Comme ils tardaient à prendre leurs distances, la musicienne fit quelques petits signes de la main, comme on incite un oiseau à prendre son envol, mais ils ne semblèrent pas réagir, comme s'ils attendaient quelque chose...
Bien vite, le pirate lui donna une explication fumeuse sur une promesse qu'elle aurait faite. Elle avait encore l'impression d'avoir du coton dans la bouche, elle n'allait pas croire à ces fadaises, mais pour éviter une altercation et puisqu'il semblait évident que le barbare n'avait pas sur lui la moitié de la somme due, Vyssi lança trois piécettes. Son geste était faible et l'une d'elles tomba dans la boue, ce qui lui valu un regard mauvais de l'enfant.

La phrase dure, quoique sans doute humoristique du pirate, acheva de fendiller sa confiance en elle. Ses yeux s'embrumèrent et de grosses larmes s'amoncelèrent aux coins de ses yeux. Elle s'efforça de ne pas regarder le méchant qui devisait à présent comme un impie pour meubler le silence. Tentant à tout prix d'éviter de sangloter comme une enfant, elle avala une grosse bouchée de mie de pain, qui lui resta douloureusement en travers du gosier. Elle réussi quand même à avaler, péniblement, et deux sillons humides glissèrent sur ses joues...
Vyssi leva son regard, gris comme un ciel d'orage aux teintes bleutées d'innocence et papillona des cils en regardant le pirate:

  Pourquoi êtes-vous si méchant avec moi?

Sa petite voix d'enfant fragile se brisa sur les derniers mots. Elle ne comprenait pas pourquoi il se comportait comme une brute. S'il désirait tant la noyer, il aurait du la laisser inconsciente dans le cimetière. Ses lèvres délicatement ourlées frémissaient, son menton s'était creusé d'une fossette de désespoir. Malgré ses caprices et son dédain de façade, Vyssi restait une enfant arrachée trop tôt à sa famille, plongée dans un monde si différent de celui dans lequel elle avait grandi et où elle devait se débrouiller seule. La musique l'isolait de ce monde trop brutal, trop pauvre, et la spiritualité lui offrait l'espoir d'un avenir meilleur. Loin de ces deux valeurs, point de salut.

Vyssi joignit ses deux mains, doigts entrelacés posés sur une robe ensanglantée, et renifla doucement. Puis, elle saisit délicatement le pain et la pomme, obstacle entre elle et le géant tolbaz, et glissa ses fesses sur le banc pour venir s'assoir tout à côté de lui. Elle lui tendit la pomme et posa sa tête contre l'épaule massive du marin tatoué. Ses longues boucles claires lui fournissaient un oreiller tout doux. Vyssi ferma les yeux un instant, et s'imagina contre la poitrine de son père. Quand elle était petite, le calin était la seule façon d'apaiser les tensions et les colères de son paternel et sans en avoir conscience, la musicienne tentait de reproduire sur ce presque inconnu ses méthodes d'enfant.

Pourquoi es-tu faché contre moi?

Sans quitter le contact de son torse, Vyssi leva son regard bleuté sur le menton crispé de Teolt.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Quetzal'ome Teotl
Sous l'Oeil des Veilleurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 54
Race: Tolbaz
Zone: Elis
Âge: 27 ans

MessagePosté le: Dim 28 Aoû - 19:27 (2011)    Sujet du message: Une punition bien méritée Répondre en citant

Ses manières étaient celles d’une noble. La voyant ainsi impuissante à tenter d’ordonner à revers de main aux vauriens de se retirer, Teotl la sentit soudain bien seule. Cela ne le peina pas du tout mais il trouva que la petite poupée dénotait très sérieusement avec son monde à lui. Se pouvait-il qu’une femme aux coutumes si princières puisse être à la merci d’un barbare comme lui et de la rue en général ? Les nobles se promenaient rarement seuls et les riches négoces savaient toujours bien s’entourer ; n’était-il pas lui-même la preuve qu’on employait volontiers pour sa sûreté ?

Pourtant elle, ne semblait pas attendre sa garde et ne semblait pas non plus se méfier de ses attitudes, fort peu empreintes d’humilité. Les gens ne doutaient pas tous de malmener un noble, une femme encore moins mais peut-être qu’elle ne s’éloignait pas trop de ses quartiers… Enfin Teotl ne pensait pas pour autant la gente masculine du beau sang plus enclin au respect des Dames... Le Tolbaz dégustant son bout de pain ne fit pas attention à la respiration saccadée de la femme quand tout à coup, elle plongea dans ses yeux des prunelles pleines de larmes. Elle s’exprima avec une petite voix brisée et il ne put s’empêcher d’écarquiller les yeux, surpris oui mais surtout horrifié !

Il sentit son propre souffle s’accélérer, l’angoisse le tiraillait, qu’avait-il dit ? Il baissa les yeux, complètement pétrifié par la situation, honteux d’avoir causé tant de troubles chez elle. Ce n’était qu’une femme… Malgré tout ce qu’elle pouvait inspirer d’agacement, ce n’était qu’une femme ! S’était-il montré si dur ? Il fronça le front... Ne l’avait-il pas secourue? Ne lui avait-il pas fait porter à manger ? Il avait tourné la tête regardant droit devant lui, patientant comme il pouvait que ses tourments féminins lui passent. Il ne connaissait pas grand-chose aux émois des femmes et à ceux de ce genre de femmes encore moins. Elle était capable de le faire arrêter parce que son humeur lui dictait. Puis, comme elle remuait, il la regarda en coin, satisfait qu’elle ne le cherche plus du regard. Elle avait pris la pomme, elle s’agitait elle comptait peut-être partir…

Il crut un instant pouvoir être soulagé mais il la vit glisser sur le banc, il la vit s’approcher, il la vit tendre la pomme et il… il sentit son visage sur sa peau. Quetzal’ome sentait chacun de ses membres se contracter (ou presque…), complètement affolé par la promiscuité qu’elle venait de leur imposer. Il ne la regardait plus mais il entendait son souffle se calmer. Il lui était impossible de constater par lui-même le tableau dans lequel il était un terrible acteur… La femme articula quelques paroles, la douceur patinait maintenant son accent d’ailleurs et il n’y sentait plus la froide mesure qu’elle lui adressait "d’ordinaire".

Le silence… Il ne répondit pas… Qu’y avait-il à répondre ? Une princesse se souciait-elle qu’un pirate lui en veuille ? Si elle avait pleuré n’était-ce pas à elle de lui en vouloir ? Se mâchoire se mouvait à la tension entre ses dents, sa gorge serrée lui rappelait à chaque fois comme sa salive lui coûtait… Devait-il se lever ? Remettre de la distance ? Le Capitaine avait bien parlé de quelques concubines aristocrates qui s’offraient le piment de la passion en l’invitant à leur boudoir, est-ce que la jeune blonde voulait s’offrir ses services ? Est-ce que cela était permis dans cette cité ? Il avait connaissance de tellement de lois du monde sans jamais en connaître aucune qu’il ne pouvait garantir de rien mais il se refusait à se donner ainsi…

Il porta ses bras avec douceur aux épaules de la demoiselle et la repoussa lentement afin qu’elle se décolle de lui et qu’elle reste bien plantée sur son derrière. Quetzal’ome se leva lentement et inspira une bonne fois avant de tenter de lui faire face. Elle tenait encore la pomme, il lui semblait impossible de lui prendre, de la toucher de… de rien du tout !

-Je.. Je.. ne.. Enfin non.. enfin je…

La frustration le rongea un peu plus, il se força à détourner les yeux de son minois encore humide.

-Pleurez pas et gardez votre pomme, vous l’avez payée.

Il recula encore d’un pas, se heurtant maladroitement à la fontaine. Il regarda ses pieds puis le ciel puis de nouveau les pavés..

-Euh… vous devriez p’têtre rentrer. Je vais vous raccompagner vous voulez bien ? Comme ça vous pourrez tomber et .. vous vous ferez pas mal..

Il sentit comme sa phrase sonnait curieusement.. mais cela ne lui importait plus. Il fallait qu’il éloigne les ennuis et une noble qui pleurnichait c’était souvent pour annoncer une mégère outrée.
________________________________________________________________

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:33 (2017)    Sujet du message: Une punition bien méritée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Temple Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Se rendre sur le portail TourDeJeuVoir les explications de cet anneau sur le site TourdeJeuVoir la liste des jeux de cet anneauPour avoir un jeu de cet anneau au hasardPour voir le jeu précédent de cet anneauPour voir le jeu suivant de cet anneau