Osh le Secret Gardé Index du Forum


 
Osh le Secret Gardé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Bas quartiers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Jeu 19 Mai - 14:13 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

Deux jours après la première Pleine Lune du Printemps.


Le soleil venait de se lever et les habitants de la cité émergeaient de leur doux sommeil. On ouvrait alors les fenêtres pour laisser entrer l’air frais dans les pièces tandis que les cheminées commençaient à crépiter. Les enfants réclamaient subsistance à leurs géniteurs pour tenir jusqu’au midi où les érudits les laisseraient partir enfin s’amuser, leur leçon terminée. La journée était resplendissante ! Les oiseaux piaillaient joyeusement alors que les rayons les réchauffaient. Le vent froid s’était calmé ; si le temps avait été venteux la nuit, la journée semblait en tout point être de température agréable. Bien sûr, il ne faisait chaud, mais aucun flocon n’aurait pu subsister à la température ambiante. Déjà, les plus matinaux s’aventuraient en les ruelles pour retrouver leurs étalages ou travaux journaliers.

Puis, un hurlement. Un cri qui à lui seul annonçait que l’idée d’une journée parfaite venait d’être bannie des esprits. On courrait, bien qu’à allure réduite, vers le lieu d’où il venait d’émerger ; on s’agglutinait aux fenêtres pour les plus proches. Puis, les militaires poussèrent les curieux pour se frayer un chemin. Une fois au centre de l’attention, ils voyaient une femme à genoux en train de pleurer, tremblante. A ses pieds, du sang déjà sec qui s’était écoulé du cadavre d’une jeune fille à moitié dénudée.

Un scribe déjà s’approchait du mur où reposait le corps, se faisant fi de son odorat ou du spectacle pour placer contre celui-ci, entre quelques taches de sang :

Citation:
Avez-vous vu quelque chose ? Un meurtrier court les rues et nous le recherchons. Quiconque donnera un renseignement valable sera récompensé de 100 pièces d’or.
Damoiselles ou damoiseaux, évitez les rues la nuit où ce sera vous, qui tacherez les murs.


La journée avait été longue pour les voisins du lieu du meurtre. Si la curiosité première les avait fait apprécier les militaires présents alors qu’ils se ruaient sur ceux-ci pour les assommer de questions, ils étaient désormais las et désiraient qu’enfin l’histoire soit terminée. Le corps avait été emporté en fin d’après midi pour que des érudits l’observent et ils en étaient bien content : un cadavre empestait les rues. Mais les militaires étaient toujours là, à poser leurs questions aux braves gens qui rentraient de travail ou qui n’avaient pu y aller de leur faute. Les honnêtes gens pourtant n’en avaient plus rien à faire. Une morte de plus en les rues, ces temps ci, restait une banalité.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Mai - 14:13 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Mar 24 Mai - 12:00 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

L'excitation. Voilà ce qu'il ressentait le plus. Pourtant Kilstan n'avait jamais été un grand chasseur. Les pièges et les embuscades, ça ne lui correspondait pas trop, et c'était de son point de vue beaucoup d'énergie de dépenser pour un résultat pas toujours à la hauteur. Et malgré tout, en ce jour, il ressentait dans tout son être la fièvre de la traque. Le fait de poursuivre sa proie, discerner sa trace, savourer d'avance le moment de la victoire inéluctable...C'était un plaisir qu'il découvrait en cette journée ensoleillée.

Et ce jour était très spécial. Non pas à cause de la récente découverte d'un cadavre. ça c'était habituel dans les Bas-Quartiers. Ce qui ne l'était pas, c'était que l'Ours arpente les rues à visage découvert. Et sans escorte. C'était là l'élément le plus perturbant. Ici-bas, ceux qui ignoraient qui était ce géant n'avaient vraiment rien à se reprocher, et ils étaient forts rares. Les autres, presque inconditionnellement, le craignaient autant qu'ils le détestaient. En tout cas c'était la rumeur la plus répandue. Aussi arpenter les lieux de manière si désinvolte semblait être une invitation à sa propre mort.

Et pourtant Kilstan n'avait pas peur, et n'était pas fou. Il savait que même ainsi, on ne l'attaquerait pas inconsidérément. Et puis au pire il savait se défendre. Et si la hache cachée par sa cape dans son dos ne suffisait pas, il était encore plus fort à mains nues, grâce aux dons de Dame Nature. Bien peu de soucis à se faire. De toute façon, il fallait qu'il se fasse visible. Ce n'était pas une visite de courtoisie qu'il était venu effectuer. On lui avait ordonné de faire quelque chose dont il se retenait depuis trop longtemps.

La mort d'Ariniel avait été un choc et un déchirement pour lui. Et avoir laissé son ravisseur s'enfuir une honte. Quand il avait parcouru la fine écriture de la Mécène, il n'en avait d'abord pas cru ses yeux. Mais un examen poussé lui avait confirmé que cette missive ne pouvait être fausse. Savoir comment l'Empereur Céleste pouvait être au courant de ses liaisons étaient inutile, tout comme douter du fait que tous les récents meurtres étaient liés, il semblait tout voir et tout savoir. Le point important, c'est qu'on lui avait demandé d'exercer sa vengeance, et ce de la manière la plus visible possible si il avait bien compris. Et ça, c'était entièrement dans ses cordes! Pour le moment, il n'avait osé que faire mener de discrètes enquêtes, et répandre des bruits, espérant une erreur. Maintenant, c'était un duel au soleil, et il comptait bien l'emporter.

Afin de pousser sa prochaine victime, qui ne s'était pas limité à un seul méfait comme il l'avait cru, à l'erreur, il fallait que tout le monde sache que le fier Oss était à ses trousses. Aussi, il avait décidé de faire le tour des tavernes du coin pour poser des questions. Ce n'était pas des plus subtils, mais au final ce n'était pas ce qu'il cherchait. Il poussa la porte de la première qui croisa son chemin. A peine y eut-il posé le pied qu'un lourd silence s'abattit sur la salle. Kilstan n'allait pas se laisser déstabiliser pour si peu, il commençait à s'y faire. Il s'approcha du tenancier, confiant.

Bonjour mon brave!  Donnez-moi donc un peu de votre meilleure bière! Je n'oserais pas qualifier cette journée de bonne, malheureusement, même si le soleil nous honore de sa présence. Terrible ce qui se passe en ce moment n'est-ce pas?

Il espérait bien que personne n'était dupe dans cette pièce et qu'il était clair qu'il ne cherchait pas à discuter météo
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Mar 24 Mai - 13:42 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

Le tenancier s’occupait d’un de ses verres : il l’avait rincé dans de l’eau et le séchait avec un torchon encore noirci. A chaque passage du tissu, la choppe se retrouvait plus sale et plus propre à la fois, abandonnant son ancienne mixture rincée pour quelques particules de saletés. Au cœur du brouhaha, il entendit la porte de son établissement s’ouvrir et jeta un coup d’œil à celui qui était sur son seuil : le géant Oss. L’homme trapu ne lui offrit d’avantage d’attention, se contentant de continuer de s’afférer à son travail. Peut être espérait-il que l’homme s’en irait s’il n’obtenait aucune invitation à venir au bar, pourtant ce ne fut le cas. Le silence pesant en fut la preuve et bientôt il fut assez proche pour, qu’en levant simplement les yeux, il l’aperçut.

Bonjour mon brave! Donnez-moi donc un peu de votre meilleure bière! Je n'oserais pas qualifier cette journée de bonne, malheureusement, même si le soleil nous honore de sa présence. Terrible ce qui se passe en ce moment n'est-ce pas?
-Je ne vois pas de quoi vous voulez parler, sire Oss.

Il avait dit son nom pour présenter le fait qu’il avait deviné de qui il s’agissait, et pour que les rares clients à n’avoir encore compris pourquoi le silence était né de son entrée obtiennent suffisamment de connaissance pour ne point provoquer d’esclandre. L’homme imaginait bien pourquoi le soldat aux nobles origines se trouvait ici : nombreux parlaient d’un nouveau meurtre et aucunement l’homme voulait qu’on vienne dans son auberge arrêter ses clients. Le tenancier se baissa, prenant un autre de ses verres moitié sales –mais sec celui-ci- et l’emplit d’une bière blonde. Non gracieux qu’il était, il renversa un peu de mousse sur le comptoir alors qu’il la déposait face au géant.

Hééé, hééé ! Mais regardez leee, l’est immense !

Un homme venait de rompre le silence. Il était assis à une tablée non loin du comptoir et lorgnait le noble. Ses cheveux sales choyaient sur son visage en une frange non désirée : sans doute ceux-ci n’avaient ils juste pas été coupés avec certaines personnes. Elle cachait à moitiés ses yeux globuleux qui, particulièrement sortis de leur orbite, le fixaient sans expression. Ses lèvres sèches et craquelées s’étirèrent alors en grand sourire tandis qu’il essuya de sa manche sale la liqueur qui lui étaient restées au coin de la bouche. Le visage coloré par l’alcool qui coulait en ses veines en une concentration trop élevée, il semblait bien être le seul être ravi de voir le géant en la pièce.

Ah toi là! T'vas m'chercher un tonneau entier ? s’écria t il en s’adressant à Kilstan.
-Laisse le Baril… le coupa le tavernier.

Des amis de l’homme vinrent l’attrapèrent alors par les épaules et le retournèrent vers eux, afin que l’ivrogne tourne son entière attention vers l’alcool et non point vers le noble qu’ils avaient reconnus.

Pardonnez le, sire… Il ne sait pas ce qu’il dit…. C’t’un brave gars d’habitude.

Le tenancier se tut un instant, il avait été un Rat dans sa jeunesse puis avait décidé de faire quelque chose de sa vie et avait réussi à ouvrir son affaire. Il n’avait aucun jugement face aux Rats qu’il acceptait et il n’avait, grâce à son passé, aucune peur à en jeter un hors de l’établissement. Mais là en face de lui se trouvait l’homme qui était connu pour être l’ennemi de ses pairs : bien sur jamais ils ne s’étaient rencontrés à cette époque mais au fond de lui, il sentait celui qu’il était par le passé grogner. De son passé, le tenancier avait gardé une certaine largesse d’épaules et un visage aux traits non sympathiques. Sa voix rauque n’apportait pas la crainte, au contraire elle était très calme mais non point plate. Il continuait de se muscler et, s’il n’était pas un géant, ses doigts boudinés étaient capable de se saisir de n’importe quel individu pour calmer les batailles d’ivrognes.

Mais, malgré sa masse, le géant en restait un et il ne fallait lui attirer colère : fier comme un paon, il était prévisible qu’il fut accompagné par d’autres gardes qui attendaient encore dehors un signal pour entrer. Ceux-ci restaient encore dans le coin avec le meurtre qui avait eu lieu. Le géant n’était pas le bienvenu et, si le tavernier ne pouvait le dire officiellement, il ne comptait point s’empêcher de le lui faire ressentir. Il jeta un regard vers les individus qui sortaient de l’auberge, sourcils froncés. Il remarqua que le noble également avait perçu la fuite de ceux-ci et l’aubergiste alors lui déclara, le verre toujours à la main.

Ma journée est bonne sire, vous ne voulez pas en faire une mauvaise, n’est ce pas ? lui demanda t il, le regard insistant.
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Jeu 26 Mai - 10:23 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

Bon...Ce n'était visiblement pas le meilleur endroit pour commencer. Entre les regards noirs de l'assistance, du tenancier, des serveuses...Enfin de tout le monde, et les soulards qui venaient chercher la bagarre, Kilstan ne se sentait pas vraiment le bienvenu. Au moins l'objectif premier était atteint, tout le monde savait qui il était. Bon point, il n'aurait pas fait le déplacement pour rien et descendu cette pisse qu'il osait appeler bière pour rien.

Par contre, niveau informations, ça allait être plus que léger. Refuser de même approcher le sujet, en prétendant qu'il ignorait ce qui était pourtant sur toutes les lèvres, voilà qui n'était pas de bon augure pour la suite. L'aubergiste semblait plus préoccupé par la paix de son établissement que de satisfaire la curiosité du géant. L'Oss n'étant pas venu avec des intentions hostiles, en tout cas pas à son encontre, il n'allait pas trainer. Le plus gros de son travail était fait.

Pourquoi le voudrais-je mon cher? J'étais juste venu déguster un bière chez vous car on me l'avait conseillée. Et pourquoi pas y faire quelque conversation... Mais je dois surement mal tomber, et je ne compte pas perturber votre clientèle trop longtemps.

Il posa son verre vide sur le comptoir, en essayant de ne pas faire attention à l'étonnante opacité de celui-ci. Il lança son payement sur le comptoir, de la manière la plus voyante qu'il pouvait imaginer. Tout le monde pouvait compter qu'il y avait là bien plus qu'un honnête pour-boire.

Que votre journée reste tout aussi bonne Monsieur, et si jamais vos oreilles se débouchaient, sachez que les miennes sont ouvertes à l'écoute.

Il s'apprêtait à sortir, de toute façon il y aurait assez peu à tirer d'ici. Trop d'hostilité. Mais il avait bien l'intention de répéter ce manège dans assez d'établissement pour que le bruit cour. Que l'assassin sache. Le message était clair "Je suis derrière toi.". Ce serait assurément suffisant pour le faire au moins réagir! Par contre, soit ses prochaines tentatives se devaient d'être plus longues, soit il allait devoir trouver une autre entrée en matière qu'une commande alcoolisée si il voulait conserver sa vigilance! Il tenait bien la boisson, mais à ce rythme là...
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Shiina Sivir
Petite renommée

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2011
Messages: 11
Race: Aolia
Âge: 25 ans

MessagePosté le: Jeu 26 Mai - 11:29 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

Shiina furetait à droite à gauche, l'excitation était trop forte et l'empêchait de réfléchir posément.

Comme nombre de personnes elle avait entendu parler d'un meurtre, mais surtout, d'une récompense. Et si Shiina avait la première place dans son cœur occupée par ses délicieux sablés, la seconde était largement acquise à l'or. Et 100 pièces d'or représentait assurément une coquette somme. Et la renommée qu'elle récolterait! Suffisante pour enfin se faire accepter par ces machos de marchands d'Elis et ces goujats trop gâtés de nobles.

Ces dernières pensées déplaisantes lui rendirent un peu de calme.

La Dame aux sablés n'avait évidemment pas foncé tête baissée dans une enquête sur un meurtre. Elle s'y était pris de manière méthodique. D'abord engager une dizaine de gosses des rues affamés et les payer en pâtisseries pour toute information fraîche ramenée. Ensuite écouter les ragots colportés par les mégères des rues avoisinantes au meurtre.

Et pour le moment, Shiina avait pu récolter deux informations. La première c'est qu'elle n'était pas seule sur le coup. D'après les morveux, quelques personnes sans grande envergure s'étaient lancées dans l'enquête. Mais pas seulement. Les gamins parlaient aussi d'un gars grand comme une montagne et aussi large qu'un chêne centenaire. Shiina avait donné un coup de pied à l'arrière train du faquin auteur de cette métaphore. La seconde information qu'elle avait pu récolter était que ça n'était pas le premier meurtre de ce type ces derniers temps.

Donc elle devait gérer une possible concurrence avec la réincarnation d'un géant et un meurtrier qui visait les jeunes filles.

Shiina s'accroupit, sortit un sablé et le grignota. Elle jeta quelques miettes en direction des rats et réfléchit en les regardant se battre. Le géant devait être un guerrier, c'était évident. Soit un mercenaire payé pour effectuer l'enquête, soit un guerrier préoccupé par une affaire plus... personnelle. Honneur ou vengeance. Ce sont souvent les motifs de cette catégorie de personne.

Ayant finit sa douceur, elle se releva et épousseta sa robe. Elle n'avait pratiquement rien de concret et se retrouvait dans une impasse. Le guerrier était une solution. Continuer seule aussi.

Elle regarda le ciel. Le soleil commençait paresseusement à disparaître. Il était temps de rentrer. La nuit lui porterait conseil.
________________________________________________________________

"Vous autres les Aolias vous ne vous battez que pour de l'argent! Nous, nous nous battons pour l'honneur."
"On se bat toujours pour obtenir ce que l'on n'a pas, pas vrai?"
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Dim 5 Juin - 12:56 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

Le Petit Rat n’était point beau. Il n’était point même fort intelligent, mais il savait survivre. Cela lui provenait d’un instinct sournois, qui se logeait au cœur de ses tripes et lui sauvait bien souvent la mise, le guidant avec l’âpre volonté d’un avenir meilleur où d’un nom il serait nommé. Le Petit Rat n’avait pas eu la vie facile, le monde était son prédateur et personne n’était son allié : un caractère trop adulte gouvernait les petites gens de la rue. Mais touts les souffrances et les épreuves qui avaient pu l’éprouver ne changeaient rien au fait qu’il demeurait encore un enfant.

Par gourmandise, il avait souvent tenté de mettre la main sur une pâtisserie ou une confiserie qu’il ne pouvait se payer. Bien souvent, il n’avait été pris et le malin plaisir de son gain lui suffisait… quand il se faisait remarquer par l’honnête travailleur, il lui était arrivé de s’en sortir avec une simple correction –bâton ou main n’étaient rien au final que des marques qui disparaissaient avec le temps- quand celui-ci était un gentilhomme… quand ce n’était pas le cas : il lui fallait courir sous peine de se voir réitérer une cicatrice d’une lame enfoncée jusqu’au cœur mais qui, heureusement, n’avait rien perforé de nécessaire à la survie. Mais jamais, jamais, n’avait il tenté ce coup en les hauts quartiers où l’odeur de la rue aurait, de toute façon, fait se poser tous les yeux sur lui sans lui laisser la moindre chance de voler la moindre chose.

Alors, lorsqu’il avait entendu parler devant lui de la volonté de dame Shiina, le Petit Rat décida tout de suite de mettre main à la pate, et il prit la tache fort au sérieux car c’est avec hardiesse qu’il se débrouilla. Etait ce par pure gourmandise ou également par vain espoir qu’on lui en donnerait plus, ou l’envie que lui procurait les Hauts Quartiers qui le rendirent si crédule ? Car le Petit Rat agit en tout bon serviteur : il ne fit de croches pieds à ses camarades dès qu’il les vit en train de chercher des informations, et il les menaça à peine et cela non point de façon à ce qu’ils s’arrêtent à leurs tachent : c’était un simple partage d’information à sens unique !

On ne peut plus être tranquille que ces gardes viennent nous ennuyer ! Baril, viens donc !
-C’était pas un garde, mais un porteur de bière, t’as rien compris toi ! … mais il fait mal son travail lui, oh que oui !

Il entendit les hommes geindre et un coup d’œil lui fit comprendre directement qu’il s’agissait là d’hommes d’une des guildes envoisinant. Fallait-il un garde dangereux pour les déloger de leurs travaux ! Le Petit Rat se demanda ce qu’ils faisaient et alla alors bien vite sur leurs traces. Non long temps cette action lui en demanda qu’une masse apparaisse à la sortie de l’auberge qu’ils venaient de quitter. Un regard mauvais -peu remarquable au milieu d’une foule qui ne portait qu’animosité envers lui- et le Petit Rat s’était caché contre le mur extérieur du lieu délaissé. Le garde n’était pas n’importe quel garde, c’était un géant… celui que les Petits Rats surnommés l’Ours entre eux lorsqu’ils tentaient d’apeurer les plus jeunes et de les garder loin de lui. Il n’était pas comme le Chat, oh que non : point enquêteur envieux de tout apprendre avec pur sadisme qui, comme le Chat, était toujours à la limite des lois ; cet homme les bravait toutes sans la moindre crainte, tuant au passage. C’était un Oss, un nom qui appelait autant à la crainte qu’au respect… Voila l’homme qui n’avait rien à faire en ces lieux et qui pourtant, semblait bien trop sûr de lui.

A peine le géant fut il passé que le bambin pas sa tête contre la vitre de l’auberge. A l’intérieur, les adultes parlaient vivement mais point fortement… N’est pas Rat qui n’est point capable de se faufiler à l’insu de tous et le Petit Rat se mit à réfléchir à ce qui prévalait entre la dangerosité de son action et le savoureux gout d’un sablé si connu de dame Shiina.



Baril aimait boire, c’était pour cela qu’on lui avait donné ce nom lorsque de Rat, il était devenu homme. Baril était fort mécontent car il trouvait qu’il méritait la boisson qu’il était venu chercher et voila qu’on lui avait demandé de sortir et qu’on le grondait comme s’il n’était encore qu’un enfant. Sans plus ni moins d’explication, il laissa pantois ses camarades –si on pouvait appeler des êtres prêts à s’égorger pour de l’argent des camarades- pour aller parler à ce faquin de porteur de bière…. Car n’était ce pas lui qui avait causé tout son désarroi ? Oh que oui, ce simplet allait entendre parler de lui ! Et c’est pour cela qu’à peine l’Oss sortit de l’auberge qu’il le saisit par le bras et lui dit :

Toi… on doit parler… mais pas ici on va s’faire repérer… viens !

Il le tira et bien évidemment, l’homme le suivit. Baril était bien heureux : pas besoin de se battre, c’était un bon aubergiste. Alors, quand il l’amena dans une petite ruelle où l’individu avait même besoin de se baisser pour que sa tête n’effleura point les toits particulièrement bas. Alors, il sortit une dague élancée de sa poche et le tourna vers le géant, le regard mauvais !

Toi, tu sais que c’que tu fais c’pas bien ? Hein ? Moi j’voulais m’amuser car je le mérite… aujourd’hui… et toi tu viens et tu fais quoi ? Que… qu’est ce qu’il y a ?

Son regard suivit bien évidemment celui du géant : la dague. Celle-ci était sertie d’un symbole signifiant la mort, preuve qu’elle avait été donnée pour l’avoir offerte et afin de l’offrir à nouveau. C’était cependant un bel ouvrage qui avait le mérite de signaler directement à ceux qui l’observaient que l’homme en face d’eux était un tueur et que chercher querelle à celui-ci provoquerait de forts grands ennuis. Elle suffisait souvent pour, qu’en l’apercevant, les gens sachent directement de quel communauté provenait le porteur et ne tente en aucune façon de lui barrer la route.

Oh, tu l’aimes ? T’en veux une ? Faut être remercié pour ça tu vois ! Moi j’l’ai depuis hier car j’ai été brave… Quoi tu m’crois pas ? Mais que si j’ai été brave… j’ai poursuivi un sale type de la garde et je l’ai empoigné, comme ça tu vois ! Et alors j’lui ai mis un coup de couteau dans le bide et ça a giclé de partout, mais si mon gars, de Partout ! Et il hurlait comme une fille !

Il avait mimé la scène avec un grand entrain et s’était mit à rire à ce souvenir.

T’inquiète pas, tu risques rien toi… j’ferai jamais de mal à un porteur de bière ! T’es mon copain toi ! Mais… il posa sa main au plus haut au niveau du bras du géant. J’aim’rai vraiment que la prochaine fois tu sois gentil… car moi je suis gentil : je libère les gens comme toi et moi de ces sales fils de putains de soldats du roi… et bah toi tu m’apportes de la bière.

Il le regarda un instant, l’homme semblait bien peu enclin à s’épanouir de ses exploits. Reculant de quelques pas, il le fixa et, dague toujours tendu, déclara :

Tu m’crois pas c’est ça ? Tu crois que j’l’ai pas eu ce bouffon ? Tu veux que j’te le montre pour t’le prouver c’est ça ? Il gloussa légèrement alors… J’suis pas sûr qu’il s’rait encore vivant par contre...




Quelques sabliers plus tard, la nuit tombait sur la ville. La journée macabre et les sacrilèges qui s’y étaient perpétués allaient être oubliés des mémoires. Pourtant, dans les Hauts Quartiers, un enfant tentait tant bien que mal d’éviter les gardes et d’approcher d’une petite demeure forte mignonne : le Petit Rat ne savait pas lire mais il comprit certaines gravures et cela le gorgea de joie. Il tenta de tourner la poignée mais le lieu était fermé : la boutique n’offrait plus de rêves et il était coincé devant celle-ci, en sachant très bien que s’il se faisait repérer c’était sous des coups de fouets qu’il pleurerait pour la dernière fois.

Sans plus attendre, le petit rat tenta d’ouvrir la porte et il lui fallu recommencer plusieurs fois, tant les passages étaient coutumiers en la rue où la boutique donnait, pour entendre le cliquetis magique de l’ouverture fortuite de la porte. Il entra et la referma sans un bruit, ouvrant grand les yeux devant les délices proposés de bien belle façon pour quelqu’un d’habitué aux simples Bas Quartier. Ce fut en silence -car il était fort doué en malice- qu’il monta jusqu’au premier étage sans prendre la peine de tenter de voler la boutique… pourquoi se demanda t il un instant, mais rien ne pouvait le lui signaler.

En haut se trouvait une femme et le petit homme déduit qu’il s’agissait de dame Shiina. Il ne fit point attention à sa tenue ou à son action : son esprit était encore bien pur en certains aspects et une femme des hauts quartiers n’était qu’une dame et lui qu’un enfant encore crasseux. Il attendit qu’elle se tourna vers lui, que ce fut parce qu’elle l’avait repéré ou non, pour lui faire un signe. Aucun sourire : il n’était pas un petit chien en manque d’affection mais un Petit Rat en plein travail qui était bien sûr de s’en sortir avec au moins un bon gâteau. Il baissa légèrement la tête –de façon juste substantielle pour signaler son salut mais assez peu pour fuir sans le moindre gène- et se fit doux lorsqu’il demanda :

Vous êtes bien dame Shiina ? La femme qui offre des gâteaux en échange d’informations ?
Revenir en haut
Shiina Sivir
Petite renommée

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2011
Messages: 11
Race: Aolia
Âge: 25 ans

MessagePosté le: Lun 6 Juin - 01:07 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

Cela faisait plusieurs quarts que Shiina était rentrée chez elle (oui Shiina compte le temps en quart marin du fait de son long voyage en bateau). Elle monta d'un pas fatigué vers sa chambre privée, ses apprentis étaient rentrés chez eux. Elle savoura pendant un temps la vision de sa boutique bien ordonnée et en tira une satisfaction encore plus savoureuse qu'un de ses meilleurs sablés.

L'esprit plus léger elle entra dans sa chambre et commença à enlever son corset, tâche difficile et longue au possible.

Le pouilleux lui adressa la parole alors qu'elle se démenait avec les lacets du corset. Surprise, elle sursauta et manqua de trébucher. Quelques jurons amlins lui échappèrent et elle finit par récupérer son équilibre.

Son calme retrouvé, elle dévisagea le jeune garçon qui continuait à le regarder avec son air innocent.

Oui oui... C'est moi qui paie en sablé pour des informations et des rumeurs. A moins que tu préfères un autre met?

Shiina tira la seule chaise de la chambre pour elle et fit signe au garçonnet de s'asseoir séant sur son lit. En parfaite marchande qu'elle était, elle prit quelques sablés de sa propre réserve et les lui donna. Le garçon les dévora sur le champ et Shiina prit le temps de l'observer. Le gamin typique des rues : orphelin, débrouillard, guidé par son estomac et son instinct de survie. Elis avait beau être une capitale resplendissante elle charriait son lot de miséreux.

Dis moi ce que tu sais, petit...

Et elle écouta attentivement ce que le petit rat lui raconta. L'Oss. La taverne. Le tableau d'un côté sombre de la cité peint par un enfant. Quand il eût terminé, elle réfléchit un instant puis se tourna vers le petit rat.

Va en bas et mange ce qu'il te plaît. Tu peux rester dormir ici. Car dés demain tu retournes en quête pour moi!
 
________________________________________________________________

"Vous autres les Aolias vous ne vous battez que pour de l'argent! Nous, nous nous battons pour l'honneur."
"On se bat toujours pour obtenir ce que l'on n'a pas, pas vrai?"
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Mar 5 Juil - 21:43 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

A peine fut-il sortit de l'établissement que la vie y reprenait. Son pied n'avait pas fini de dépasser l'encablure de la porte que le lourd silence du à sa présence faisait place à un bavardage, certes plutôt chuchoté, mais bien nourri. Il n'en avait cure. Il savait parfaitement qu'il ferait plus ou moins cet effet, et le point important était atteint. On parlerait de sa venue. C'était tout ce qui importait. Alors qu'il allait se diriger vers le prochain bâtiment de grande contenance du quartier, il fut empoigné par l'ivrogne qui l'avait dérangé un peu plus avant, et qui le sommait de le suivre.

Un peu abasourdi par le toupet de ce rebut de la société, et aussi soucieux de ne pas être en pleine vue de la foule au cas où il faudrait le rosser, il s’exécuta. Le gars l'emmena dans le genre de ruelle basse que les assassins affectionnait particulièrement, mais qu'un guerrier de sa stature préférait éviter. Il était obligé de se baisser pour progresser dans ce genre de coupe-gorge, ce qui diminuait de beaucoup ses capacités. Enfin il restait tranquille, il n'aurait pas besoin de grand chose pour avoir le dessus sur un homme ivre et désarmé.

Sa surprise fut grande quand l'autre se retourna, dague à la main. Kilstan s'arrêta immédiatement à distance pas du tout assez raisonnable à son goût, et tout son corps se contracta, près à réagir au moindre prochain mouvement de son adversaire. Sa surprise fut encore décuplée quand il prit soin d'examiner l'arme qu'on pointait sur lui. Si le poignard n'était pas bien grand, la garde était faite d'une décoration bien reconnaissable. Elle était représentative de ceux qui avaient donné la mort, et le garde ne comprit pas pourquoi ce fou lui montrait une telle preuve de sa culpabilité. Voulait-il mourir? Certes le géant ne pourrait pas se servir de sa hache dans un coin si exigu, mais même à mains nues il pensait pouvoir se débarrasser du pauvre erre.

Il n'attaqua pas, laissant le soin à son adversaire de porter le premier coup. Il était prudent avec les dagues maintenant. Et là, encore plus improbable que la scène précédente, l'autre se mis à lui raconter le meurtre qui lui avait valu cette distinction. Il ne devait vraiment pas l'avoir reconnu, c'était impossible autrement. Il devait être le seul imbécile à des lieux à la ronde à ne pas pouvoir le reconnaitre du premier coup d'oeil. Le Noble Oss du faire un gros effort sur lui pour ne pas étouffer le flot de paroles qui sortait de cette bouche aux dents cariées. Si il voulait l'emmener sur les lieux du crime, c'était tout bénéf pour le garde. Un endroit moins exigu, le garde peut-être encore vivant...Trop de bonnes raisons pour céder à l'impulsivité. Mais ce ne fut pas facile!

Surtout quand l'autre s'approcha, l'arme à la main, pour lui faire un genre de confidence. Il n'écouta pas, trop concentré sur les mouvements de son adversaire, près à réagir à la moindre menace, et aussi trop occupé à empêcher ses mains de briser le sale cou de ce misérable. Un peu de patience. Voilà ce qu'il lui fallait, et il pourrait infliger la punition que ce vil méritait. Il prit une profonde inspiration pour ne pas que la haine se trahisse trop dans sa voix.

Oui c'est ça. Montre moi donc où tu as réussi à obtenir cet hommage.

Il aurait réussir à rajouter un "mon ami", pour endormir la méfiance déjà inexistante de cet homme, mais c'était au dessus de ses forces. Quoi qu'il arrive, cet ivrogne allait mourir aujourd'hui. Soit parce qu'il allait faire mouvement suspect, soit après le constat de son méfait. ça, c'était une certitude.
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Sam 20 Aoû - 16:21 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

Oui c'est ça. Montre moi donc où tu as réussi à obtenir cet hommage.
-Ahahaha, t’es un pote toi ! J’vais t’montrer tu vas voir… un vrai fils de putain !

Baril posa alors sa main sur l’épaule du géant –quel homme songea t il alors, un bien bon porteur de bière- ce qui était un exploit si on oubliait que Baril n’était pas bien petit, et que le noble était bien baissé. Pour celui-ci, ce du être le calvaire car, non avare de raconter encore et encore ses exploits, Baril lui exprima pendant tout le chemin comment il avait arraché un monticule de peau à l’homme sur le bras pour s’amuser, comment il criait, comment il l’avait attrapé… encore et encore. A un moment, il s’arreta et fixa le noble.

Au fait, t’appelles comment toi ? T’es pas un vendu au moins ? Hein ? T’es un bon gars, un bon porteur de bière comme je les aime ? T’vas pas essayer de m’voler ma gloire ?

Devant la réponse de l’homme, il sembla satisfait et, après lui avoir répondu -Ouai, j’vois pas ce qu’un porteur de bière pourrait gagner à faire croire qu’il a buté ce con de toute façon.- Et recommença à compter la manière dont il avait piégé habilement, selon lui, le cadavre.

A priori, le militaire ne devait pas l’être depuis fort longtemps : une femme de la guilde lui avait demandé de l’aide pour porter ses patates jusqu’à chez elle et il s’était exécuté, entrant directement et volontairement dans la gueule du loup. Baril, à qui appartenait le cœur de la demoiselle, avait bien concocté son plan : désarmé, préoccupé par le sort de la femme, l’homme s’était presque laissé attraper dans l’espoir qu’on la laisse partir sans lui faire de mal…

Pourquoi j’blesserai ma putain ? Hein ? Un bouseux, j’te dis !

Le chemin n’était point non plus agréable pour Kilstan tant il était grand et que Baril avançait d’un pas rapide. A n’en point douter, avec sa malice et son corps entrainé, il n’était point un faible individu. Pour survivre jusqu’à cet âge dans une guilde, il le fallait, de toute façon. Pourtant, l’alcool en faisait un déchet aux yeux du géant, et l’ivresse qui le guidait lui faisait presque croire que ce regard n’était point de dégout pour lui, mais pour sa victime dont il lui parlait tant et tant… Lorsqu’ils arrivèrent jusqu’à un fossé particulièrement sale où l’on jetait tout détritus ou excrément, Baril lui parlait de la femme et des façons dont il s’occupait, selon ses termes, d’elle lorsqu’elle n’agissait point comme il le souhaitait ce qui en général finissait dans une nuit de mugissements.

Au cœur du lieu désigné se trouvait un homme, adossé à un mur. Ses cheveux couleur de paille étaient tachés par le sang et son visage meurtri. Comme présumé par sa naïveté décrite, il n’était point âgé : il devait avoir fait une bonne partie de son service dans les hauts quartiers et n’avait sans doute pas encore atteint la trentaine. L’odeur était pestilentielle : ses plaies à même des expectorations des autres, il était clair que le message laissé à la garde qui, un jour mais point celui-ci, l’aurait retrouvé : à la fosse se font jeter les déchets. La guide ferait plus peur, on s’approcherait moins de leurs histoires.

Lorsque Baril, bienheureux et rieur, s’approcha du corps de l’homme, un rat s’échappa de sa plaie : l’animal venait déjà de tenter de s’approprier la chair au niveau même où celle-ci avait arrachée par l’ivrogne. Baril commença alors à piétiner la tête de l’homme en s’écriant que c’était là un bouseux quand tout d’un coup, il s’arrêta et en approcha l’oreille. Il se retourna alors tout sourire vers son compagnon, ce cher porteur de bière qui semblait si en colère et lui déclara avec joie :

Mais sois pas triste ! R’garde : il est vivant ! Un bon vieux tas de chair baignant dans sa sauce ! Il leva alors le pied, tournant le dos à Kilstan, prêt à l’aplatir sur la tête du militaire pour lui briser le nez. Mais même moi j’te becterai pas sale fils de….




Le Petit Rat était aux aguets, bien encore prêt à s’enfuir de crainte d’être coincé dans un trou d’où il ne s’échapperait que pour aller en terre pour s’être introduit là où il ne le fallait pas. La riche demoiselle pourtant lui retira une partie de ses craintes d’avoir été appâté par un gain illusoire alors qu’elle lui répondait :

Oui oui... C'est moi qui paie en sablé pour des informations et des rumeurs. A moins que tu préfères un autre met? ?
-Non… j’aime les sablés. Enfin je crois : je n’en ai jamais encore gouté des votre… [/b][/color]

Alors qu’elle lui montra le lit, il s’assit dessus, émerveillé par la douceur des draps et la sensation d’un vrai matelas. La jalousie aurait pu ternir ses intentions, mais elle fut bien vite happée par la vision des sablés qu’on lui tendait, alors qu’aucune parole intéressante n’était encore sortie de ses mots. La faim autant que la gourmandise le rendit heureux car le Petit Rat engloutit ces desserts, son palet en réclamant d’autres. La femme surement remarqua ce changement d’état d’esprit car c’est alors qu’elle lui dit :

Dis-moi ce que tu sais, petit... ?

Le gamin se mit alors à fixer la dame. Sans prendre beaucoup temps de réfléchir, tant il s’attendait à cette question, et avec un sourire, il lui déclara alors :

Connaissez-vous l’Ours d’Elis dame Shiina ? C’est un géant violent qui parcourt les bas quartiers en tuant à tout va…. Chez vous, pour chaque tête des pauvres qu’il arrache, on le traite d’avantage en héro. Il prit un léger temps avant de continuer, laissant le loisir à la dame de se rappeler les rumeurs sur le noble. On m’a dit qu’il entrait dans les tavernes et s’intéressait à cette histoire lui aussi. On en était pas sûr jusqu’à ce qu’on dise qu’un homme d’une guilde a été tué par lui…

Il avait vu le cadavre lui-même après avoir croisé un Rat qui lui en avait parlé. Ce n’était point beau à voir, mais jamais il n’avait trouvé un cadavre doté de beauté, ceux-ci n’ayant aucun éclat. Il n’avait point été choqué : son air le montrait. Un mort en plus, un mort en moins… comme on le disait toujours : ce n’était point son affaire. Et le Petit Rat ne pouvait prétendre à avoir du tuer de ses pairs : pour survivre, tout était permis.

D’après certains Rats, cet homme était un mercenaire à sa solde, un sale vendu : il s’est élancé naturellement vers lui quand il a quitté les lieux de leur rendez vous…

Il haussa des épaules : ce n’était là qu’une banalité.

En fait, chez nous, personne ne s’interroge vraiment sur le fait que ces femmes disparaissent : à priori, ce sont des femmes qui vendaient leur corps, elles auraient alors croisé un méchant homme ce qui est le risque du métier…. Mais si une chose est sûre, c’est que les gens des tavernes disent que le tueur est un amateur et qu’il fait bien rire avec sa manie de laisser les cadavres à la vue de tous… Je ne sais pas particulièrement si c’est drôle, personnellement, mais eux ils disent ça.

Il réfléchit un instant, quelques secondes s’écoulant le temps de sa réflexion, avant de terminer son monologue.

Je ne peux pas vraiment plus vous en dire : je n’ai pas eu le temps de poser des questions aux grands.

Le Petit Rat s’arrêta alors dans un dernier haussement de bras. Quand le petit Rat regardait dame Shiina, il ne pensait qu’à une chose : cette dame était bien grosse. Il ne pouvait s’empêcher de voir cette femme bien en chair comme l’astre de l’espoir d’un autre monde, un lieu où l’on pouvait s’empiffrer. Bien sur, l’adjectif n’était point le même aux yeux d’un petit Rat qui mangeait si peu que sa peau semblait lacérée par la vie elle-même et que l’expression, comme chez tout les habitants des bas quartiers de sa condition, n’avoir que la peau sur les os prenait tout son sens.

Va en bas et mange ce qu'il te plaît. Tu peux rester dormir ici. Car dés demain tu retournes en quête pour moi! ?

Ravi par cela, le petit Rat se leva en remerciant vivement la grosse matrone. Il s’avança vers la porte et, hésitant, se tourna vers la femme des hauts quartiers, le regard n’arrivant encore à voiler l’inquiétude qui s’y était apposée depuis qu’il s’était exprimé sur le cruel Kilstan.

Madame, cet homme qu’il a tué… il a perdu la vie juste parce qu’il croisa sa mauvaise humeur. Vous qui êtes gentille et offrez des sablés, vous devriez faire attention à l’Ours d’Elis : il pourrait aller sous votre jupon qu’aucune loi ne l’arrêterait… c’est un Oss.

Il ferma alors la porte derrière lui et alla prendre deux sablés qui eurent fini de remplir son estomac. Content d’avoir trouvé un emploi qui lui offrirait des sucreries et qui était plus amusant que de détrousser les poches –et qui d’ailleurs n’empêchait pas de continuer de le faire- il alla s’endormir sur le paillasson de l’entrée, place qui selon lui était forte agréable.
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Jeu 25 Aoû - 20:26 (2011)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre... Répondre en citant

Patience. Voilà ce qu'il lui fallait. Patience et calme. Alors que son nouvel "ami" le guidait vers le lieu de son haut fait d'arme, celui-ci ne pouvait s'empêcher de parler. Et quel sujet de conversation pouvaient bien avoir deux personnes ignorant jusqu'à leurs noms? Mais le meurtre d'un garde bien sur! Aucun détail ne lui fut épargné. La colère était comme un lac en fusion qu'il repoussait loin en lui, ne laissant que calme et détachement en surface. Il planifiait l’exécution de ce maraud en pensée, et cela l'aida à ne pas passer à l'action à chacune de ses explications sur les tortures qu'il avait infligées au pauvre soldat. Il nota par exemple que malgré les cris, personne ne semblait s'être intéressé à la scène. Bonne chose, son propre acte ne serait donc pas dérangé. A un moment, il lui demanda quand même son nom, s'inquiétant tout de même d'être tomber sur un "vendu". Comment un imbécile pareil avait put tuer un des siens?

Non t'as pas à t'en faire, j'en ai rien à faire de la gloire moi. Je fais juste mon travail, et je le fais bien! Je m'appelle Jasper.

Il avait pu parler parce qu'il disait était vrai. Il n'agissait pas pour la gloire, mais pour la Justice. Rassuré par ces paroles, ils se remirent en route, et la conversation repris sur le meurtre. La chien! Il avait piégé la pauvre victime de la plus vile des façons. Heureusement que Baril lui tournait le dos, sinon il aurait vu la rage fulminer dans ses yeux et les tressautements de ses mains, prêtes à agir. L'endroit était exigu, pas du tout propice à sa victoire, et il ne put se retenir qu'en se raccrochant à l'idée de ne point laisser la dépouille de son compagnon en une si pouilleuse sépulture. La crapule avait utilisé une femme comme appât de son méfait, et il raillait l'héroïsme de son adversaire qui s'était sacrifié pour protéger plus faible que lui. Kilstan envisagea de le faire souffrir avant de mourir. C'était mal il le savait, aussi il chassa cette idée, mais elle était alléchante!

Alors que l'ivrogne continuait à vomir ses horreurs, ajoutant "ennemi des femmes" à la longue liste de ses défauts, il arrivèrent au lieu dit. L'oeil exercé du soldat reconnu les lieux, identifiant les échappatoires et menaces potentielles avant de s’intéresser à l'objet réel du déplacement. Le pauvre garçon...Car comme l'avait expliquer son guide, il n'était pas bien vieux. La carcasse de ce qui avait du être un jeune homme blond était adossée à un mur. Même si Kilstan l'avait connu, ce qui était peu probable, il n'aurait su reconnaitre son visage. Les tortures qui lui avaient été infligées le déformait bien trop. Il avait eu raison de venir, il ne pouvait pas le laisser ici, comme ça, en proie aux charognards. C'était affreux.

Le guilleret bandit s'approcha de son trophée et commença à jouer un peu avec, raillant encore ce symbole de l’autorité qu'il détestait tant et qu'il avait réussi à briser. Quand il se mit à le frapper, il n'y eut plus qu'un tâche dans l'esprit du géant : détruire ce déchet de l'humanité. Pour réussir son coup, il fallait trouver le moment parfait. Qui ne tarda pas à venir. Mimant une personne écoutant de coeur d'un mourant, le voleur se releva, et déclara joyeusement que malgré les apparences, le garçon était encore vivant. C'était très certainement un mensonge, on ne pouvait survivre bien longtemps dans un tel état. Il se retourna alors pour le finir à coups de pieds dans la face. C'était plus que ce que pouvait à la fois espérer et endurer l'Oss. Même si le gamin était mort, sa dépouille méritait le respect qu'il n'aurait jamais ici, affiché qu'il était comme un avertissement. La digue qui jusqu'ici retenait sa rage lâcha et il put ainsi l'exprimer de toute sa force.

Son adversaire lui tournait le dos, et était sur un pied, apparemment inconscient de la menace que représentait pour lui la masse du noble. Il aurait aimé tout faire dans le silence, mais ne put retenir un puissant grondement lorsqu'il se jeta sur le malandrin. Après tout, l'autre garde avait du crier bien plus fort que cela, et personne n'était venu voir. Dans le coin, les bruits suspects étaient monnaie courante, et on y prêtait le moins attention possible.

Avant qu'il ai pu vraiment se retourner ni comprendre ce qui se passait, le soulard se fit faucher la seule jambe qui lui servait encore d'appui, provoquant ainsi un rapprochement inexorable et rapide vers la terre ferme. Et pourtant, avant qu'il l'ai touchée de nouveau, un poing massif vint le cueillir en plein visage. Kilstan n'avait pas dégainer d'arme. Ce genre de choses, il préférait les faire à mains nues. Par contre, l'empressement et la colère lui avait fait louper sa cible, et il avait frappé légèrement plus haut que la gorge, brisant très probablement la mâchoire du gars, mais sans le tuer sur le coup. Qu'importe, même si d'ordinaire il préférait faire ça vite et proprement, pour cette fois il ferait une exception. Une fois au sol, le noble prit tout de même soin de bloquer la main qui commençait à se diriger vers la dague, preuve qu'il restait quelques réflexes dans l'inconscience de cet homme, et continua à frapper. Fort. Jusqu'à ce que l'autre arrête de bouger. Complètement.

Ce n'était pas propre. D'habitude il faisait ça avec plus de classe...Enfin ça irait pour cette fois! Comme chaque fois lorsqu'il accomplissait ainsi l’œuvre de la justice, il devait prendre quelque chose pour se rappeler son acte. Pas le couteau, trop voyant et tout le monde saurait qu'il avait disparu. Non quelque chose d'anodin...Le lacet fermant sa tunique! Voilà ce serait parfait. Il avait une boîte remplie d'objets sans intérêt tels que celui-ci chez lui. Une fois la preuve dans sa poche, il s'approcha de son compagnon. Le pauvre corps était vraiment dans un sale état...Qui pouvait dire depuis combien de temps il était là? Il était complètement improbable qu'il telle dépouille soit encore vivante...Et pourtant il colla lui aussi son oreille sur la poitrine de son compatriote. On ne savait jamais...

[HRP : hésite pas à me dire si j'en ai fait trop, je peux raccourcir sans problème]
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:55 (2017)    Sujet du message: [RP Terminé] Cacher l'écarlate ne le fait disparaitre...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Bas quartiers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Se rendre sur le portail TourDeJeuVoir les explications de cet anneau sur le site TourdeJeuVoir la liste des jeux de cet anneauPour avoir un jeu de cet anneau au hasardPour voir le jeu précédent de cet anneauPour voir le jeu suivant de cet anneau