Osh le Secret Gardé Index du Forum


 
Osh le Secret Gardé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Une rencontre imprévue... ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Hauts quartiers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Mer 9 Fév - 12:14 (2011)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant


Anastasie



Vendre un chapeau à madame de Mortefeuille ; c’était là la raison qui amenait Anastasie en les ruelles des bas quartiers. Le soleil était encore haut dans le ciel –bien que quelques nuages le couvraient par moments- les rares habitants des hauts quartiers en les rues étaient en train de folâtrer, enroulés en de larges manteaux d’hivers tandis que leurs comparses restaient enfermés chez eux, à travailler. L’idée réelle était plus d’accomplir une livraison qu’une réelle vente, puisque c’était là une commande faite sur mesure qu’Anastasie portait en une large besace, lui volant ses deux bras pour être sure de ne point abimer le couvre-chef. En tant qu’employée en déplacement pour le travail, la jeune femme portait l’uniforme de la boutique –une robe courte en lin bleuté, couverte d’un fine cape pour le froid et d’un chapeau affriolent muni d’une plume que madame appréciait au point de le demander sur la tête de chacune de ses vendeuses.

Cependant, madame de Mortefeuille vivait bien loin de la partie des Hauts Quartiers que Anastasie connaissait : elle s’en fit donc bientôt à suivre le plan que madame lui avait confié et à se perdre, entrainée en des petites rues qui lui apparaissaient comme un labyrinthe. Croyante, Anastasie pensait avancer tout de même sur la bonne route, cherchant repaire en les rues évoquant les données confiées. Elle crut voir indiqué une grande altère : il suffisait de prendre la petite ruelle qui allait à droite au prochain croisement. Anastasie soupira d’aise de cette information en s’engouffrant dans la rue blanche pavée. Non loin de son débouchement sur la rue principale se trouvaient deux hommes bien habillés qui discutaient, l’un adossé contre le mur. Ils la virent arriver et Anastasie n’en montra aucun changement d’attitude : il lui était évident qu’ils allaient ignorer quelqu’un d’aussi bas hiérarchiquement qu’elle. Elle eut tord car, alors qu’elle arrivait à leur hauteur, ils se redressèrent alors, face à elle.

Les deux gentilshommes se baissèrent vers elle, lui bloquant la route. Ils la détaillèrent outrageusement du regard si bien que la jeune femme sentit ses joues s’empourprer, amenant chaleur en son visage fouetté par le vent. Elles devaient être si rouges qu’on aurait pu croire que la plume du chapeau leur était assortie. Tenant légèrement plus sa livraison, elle recula d’un pas et leva la tête pour regarder les deux personnes, la baissant dès que ceux-ci le remarquèrent : elle n’était point de leur rang et n’avait donc à les fixer dans les yeux comme une égale.

Le plus grand avait une large moustache brune qui, embroussaillée, se mouvait au rythme de sa respiration. Leurs cotés graissés se balançaient quand il parlait à son camarade qui, légèrement plus petit, portait un chapeau cachant des boucles blondes. Tous deux devaient avoir eu la chance de passer une trentaine d’années depuis un certain temps déjà. Le moustachu devait être plus riche que le second car c’était lui qui faisait presque tout leur dialogue et, Anastasie crut alors qu’ils l’avaient oubliés, tentant d’avancer vers leur coté droit pour se glisser en travers du chemin et ainsi continuer sa route. L’homme mit violemment sa main contre le mur, l’empêchant ainsi d’accomplir son projet et déclara, grand sourire aux lèvres :

"La petite souris est elle perdue ? Je peux t’aider à retrouver ton chemin.
-Non… je sais où je me rends…
"

Bien sûr c’était là un mensonge et Anastasie fut lamentable en le déclarant. Son pale jeu d’acteur fit rire le second homme, augmentant son gène : pour Anastasie, le mensonge était un outrage et celui-ci était d’autant plus blessant qu’il avait été percé à jour avec une facilité déconcertante. Elle ne songea point que peut être l’auraient ils cru qu’ils ne l’auraient point laissé passer : elle se voyait déjà devoir demander pardon au temple d’avoir tenté de leurrer deux humains. Elle baissa d’autant plus la tête en demandant d’une petite voix :

"Je vous en prie, messires, voulez vous bien me laisser passer ?
-Et si je répondais non ?
"
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 9 Fév - 12:14 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Dim 13 Fév - 21:06 (2011)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant

La nouvelle récente de le venue de Valentin en ville avait fait prendre compte au grand gaillard qu'il n'avait pas rendu de visite familiale depuis fort longtemps. Kilstan avait espacé ses visites depuis longtemps maintenant. En dehors du fait que, même s'il les aimait tous beaucoup, il n'appartenait plus à leur noble monde, il était loin de faire l'unanimité parmi les siens. Il y avait limite deux camps, comme un peu partout dans la cité d'ailleurs, et sa simple visite était un sujet de débats houleux qui gâchaient parfois son déplacement. Malgré tout, il tenait à conserver ce contact, car il y avait certains liens forts, et d'autres qu'il aurait aimé avoir le temps de renforcer.

Alors qu'il passait dans la rue, à visage découvert car il n'avait rien à craindre dans ces Hauts lieux, il observa une scène banale de la vie dans la noblesse. Une jeune fille blonde, portant un paquet bien trop gros pour elle et un uniforme un peu trop suggestif pour une fillette de son âge aux gouts de Kilstan, était ennuyée dans son travail par deux oisifs hommes de haute naissance. C'était là une déduction du géant car il ne les connaissait pas, mais il était monnaie courante ici que les plus riches prennent un malin plaisir à distraire les autres dans leur labeur. Surtout quand l'autre en question était une gamine incapable de se défendre. Le garde y voyait une attitude déplorable, surtout venant de la part de gens qui n'avaient jamais eu à suer pour obtenir leur position, que d'apporter des problèmes à une livreuse (car tout retard serait bien évidemment mal vu) pour la simple raison qu'ils avaient le pouvoir de le faire. La décision mit bien peu de temps à se faire dans son esprit, et son pas militaire se décala de sa trajectoire première pour se rapprocher de la scène.

Il ne savait absolument pas à qui il avait éventuellement à faire, mais c'était là l'avantage de porter son nom. Qui était plus haut placé que le cousin même de l'Empereur? Si ces deux malandrins pensaient pouvoir poursuivre impunément leur méfait, ils allaient tomber sur un Oss! Une fois assez proche, il eut confirmation de sa première impression en entendant la teneur de la conversation. Etre sur de ne pas se tromper sur la situation était toujours appréciable avant d'intervenir, et là il n'y avait plus de place pour le doute.

"Je vous en prie, messires, voulez vous bien me laisser passer ?
-Et si je répondais non ?
"

Parfaite entrée en matière. Kilstan se fit une tête bien autoritaire, celle qui faisait flancher les bleus qui avaient à faire lui, et intervint.

Et bien alors nous aurions un gros problème je pense mon ami.

Craquement de doigts, ça faisait toujours son petit effet. De même que de cacher la lumière du soleil en arrivant. Un moyen de se faire passer pour plus grand qu'on était, comme si cela était nécessaire pour lui...Il mit une main sur l'épaule droite du moustachu, et le poussa de la route de la petite blonde sans trop de ménagement.

Toi là, je te cherche depuis un certains temps maintenant! On t'attend alors ne traine pas en route!

Il était un peu sec, mais il voulait donner l'impression d'un noble qui cherchait son employée, et bien peu étaient sociables avec les leurs. Il espérait seulement qu'elle ne discuterait pas ses ordres et rentrerait dans son jeu.

Quand à vous, vous serez gentils de laisser le personnel faire son travail messieurs! Vous croyez qu'ils n'ont que ça à faire? Et moi? Si jamais je vous rattrape dans une situation similaire, sachez que la discussion sera bien plus longue et plus...mouvementée. J'espère qu'on s'est bien compris?

Il s'était penché sur le petit homme pendant sa phrase, l'écrasant ainsi de sa présence le temps que la gamine s'extirpe de ce traquenard. Normalement, ça devrait suffire.
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Mer 20 Avr - 14:55 (2011)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant


Anastasie


Tout allait trop vite pour la timide demoiselle aux joues empourprées. Les deux hommes se faisaient pressants, principalement le moustachu qui souriait de toutes ses dents et cela, oh que non, ne séduisait pas Anastasie. La jeune femme, au contraire, s’inquiétait fortement : comment la pauvre demoiselle, point même bourgeoise, pouvait elle fait ombrage à ces riches personnages ? Son cerveau fut en ébullition alors que, de quelques pas incertains, elle reculait le plus discrètement possible. Il ne fallait pas les vexer, mais il fallait se libérer de l’étreinte de leur aura. Mais, alors que son regard s’abattait sur les chausses des grands bonhommes, elle aperçut une ombre provenant de derrière elle. Elle s’arrêta automatiquement de reculer : il ne fallait pas qu’elle tombe sur l’individu qui était derrière elle.
L’ombre, large, continuait de s’approcher d’eux et elle saisit d’avantage son coli, le magnifique chapeau, pour se caler contre le mur, la tête basse, et le laisser passer. Faire un esclandre n’était dans ses habitudes ou dans ses vœux : il fallait protéger le chapeau et ne point déranger le riche individu en espérant qu’il ne faisait parti des amitiés des deux gentlemen. En le cas contraire, l’appeler à l’aide aurait pu mettre la réputation des deux gentlemans en péril et ceux-ci l’aurait désignée comme coupable, abatant leur vengeance sur elle. Le fait est qu’elle ne désirait apporter colère sur elle : tant est qu’elle n’avait les mêmes droits, elle ne pouvait également ternir la réputation de sa maitresse.

"Et bien alors nous aurions un gros problème je pense mon ami. "

Les deux hommes levèrent la tête vers l’individu qui venait de s’exprimer : il n’avait point continué son chemin dans la ruelle que les deux hommes lui laissaient libre. Il s’était arrêté et la défendait… S’ils ne virent en lui qu’un géant aux larges épaules et au cœur de chevalier, Anastasie elle n’aperçut sa figure mais la détailla bien mieux qu’eux. Son unique pensée n’était plus tournée vers les deux bourgeois mais vers cette douce, cette grave et suave voix qu’elle avait tant écoutée en secret, tant de fois remémorée pour être sure de ne jamais l’oublier. Son cœur battait à tout rompre, le temps s’était arrêté ! Lentement, elle releva sa tête, si fébrilement qu’on aurait pu la croire découvrir un patron mais que non… l’homme qu’elle voyait était son Auguste et il venait à son secours !

"Toi là, je te cherche depuis un certains temps maintenant! On t'attend alors ne traine pas en route!
Quand à vous, vous serez gentils de laisser le personnel faire son travail messieurs! Vous croyez qu'ils n'ont que ça à faire? Et moi? Si jamais je vous rattrape dans une situation similaire, sachez que la discussion sera bien plus longue et plus...mouvementée. J'espère qu'on s'est bien compris?"

Il s’adressait à elle… à elle ! Il la voyait, il reconnaissait sa présence ! Et il venait l’aider en lui parlant de… du fait qu’on l’attendait ? La chaleur qui l’avait brulée de l’intérieur, faisant de son sang de la lave et de son cœur des cendres la quitta soudainement. Il la confondait… son Auguste venait de la confondre avec l’une de ses propres servantes. Elle baissa la tête, répondant faiblement Je suis désolée… mais… , la fin de sa phrase se perdit avec sa voix tandis que sa tête se baissait avec désolément.

Son Auguste était si proche d’eux, les narguant de leur différence morphologique ! Les hommes se regardèrent, échangeant quelques mots de part des chuchotements inaudibles. Ils réfléchissaient non pas au fait qu’ils croyaient ses propos mais que, si l’homme était un géant aussi fort que cela, ils ne souhaitaient le combattre pour une si simple demoiselle.

"C’est vous qui devriez nous remercier, votre donzelle s’était perdue !
-Vous devriez faire plus attention à qui vous embaucher, plutôt que travailler, elle a préféré nous séduire dès que nous lui avons proposé notre aide ! Peut être ne payez vous point assez vos employés pour qu’ils en viennent à tenter de se prostituer auprès des honnêtes gens. Croyez nous, nous ne sommes pas prêts d’offrir notre aide à une de vos employées avant longtemps… "

Ils saluèrent l’homme et s’éloignèrent d’un pas pressé. Ils n’étaient inquiets d’être attaqués en les hauts quartiers où la moindre violence pouvait faire ombrage, mais ils préféraient rester éloignés d’une si large personne. Il n’était à se douter cependant que leur orgueil abattu chercherait vengeance en des propos qu’ils tiendraient sur le gérant et ce, dès qu’ils trouveraient son nom.

"Sire Au… Sire… vous m’attendiez vraiment ? Vous êtes monsieur de Mortefeuille, époux de madame de Mortefeuille ? "

Elle ne précisa pas que madame avait déjà dépassé les 60 cycles car elle ne le jugeait point : c’était son Auguste malgré tout ! Son cœur battait si fort : l’entendait-il ? Elle lui tendit le chapeau commandé par madame, le sortant de son emballage : il était bel et bien pour homme et aussi affriolant que ridicule. Madame l’avait fait faire sur mesure et Anastasie comprenait bien mieux : son Auguste était si grand ! Mais même ainsi, il paraissait encore un peu petit.

"Il… vous ira surement très bien sire. "
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Jeu 21 Avr - 11:01 (2011)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant

Les deux paons des beaux quartiers eurent vite fait de déguerpir devant l'ours en colère. Et cela fit chaud au coeur de Kilstan qui n'espérait, et ne voulait, pas en venir aux mains. Il essayèrent de sauver les apparences en prétextant que c'était la petite qui était venue les importuner. Bien sûr. Alors qu'ils lui tournaient le dos (ha les bleus! Tourner le dos à un adversaire! En voila qui n'avaient pas fait leurs classes) il leur lança tout de même, pour maintenir son illusion.

Grand bien vous en fasse! Et tant que vous y êtes, gardez votre "aide" pour toutes les employées que vous pourriez rencontrer! Tout le monde ne s'en portera que mieux!

Il aurait peut-être à souffrir de ce genre d'attitude un jour, mais il n'en avait cure. Maintenant qu'il y repensait...même si son emphase sur le mot aide sous entendait fortement l'ironie, son bon mot acquiesçait tout de même sur le statu de  prostituée de la demoiselle...Bah tant pis! Ils étaient loin de toute façon.

Quand la faible voix se fit entendre, le colosse commença par se demander qui cela pouvait être encore. Puis il réalisa : évidemment, sa demoiselle en détresse. Maintenant qu'ils étaient seuls, il put l'examiner un peu moins succinctement. Elle était surement un peu moins jeune que ce qu'il avait d'abord cru. C'était une jeune femme mignonne qui levait vers lui ses yeux d'un bleu captivant. Encore tremblante, surement à cause de cette entrevue non désirée, elle s'adressait à lui avec la politesse qui était normalement de mise avec ceux de sa caste. Évidemment! Comment voulez-vous obtenir ce respect si ceux des Bas-Quartiers n'avaient à faire qu'avec la lie des Hauts? Car effectivement son intervention était bien plus marginale que le comportement des deux hommes! Et après les Nobles s'étonnaient de ne pas être populaire auprès du bas peuple!

Après cette seconde d'apitoiement sur la condition des siens, Kilstan se recentra sur la conversation. La livreuse avait vraiment cru à son bobard! Comme quoi il était convainquant quand il voulait! Et elle lui tendait donc l'objet de la commande, un chapeau affreusement tape-à-l'oeil. Bien qu'ignorant qui pouvait être Monsieur de Mortefeuille, il plaignait ce pauvre homme d'être obligé de s'affubler d'un si horrible couvre-chef. Car c'était là la seule explication à l'achat d'un tel objet : une femme dominante au gout plus que douteux. Et de la voir, toute timide, lui tendre ainsi cette horreur, accompagné d'un petit compliment de courtoisie...couplé à la mésentente et à la situation, il ne put s'en empêcher.

HAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA!

Ce n'était pas une moquerie, mais un simple amusement face à une situation qu'il jugeait cocasse. Il était partit d'un rire puissant et honnête comme il en explosait souvent dans les tavernes en ville. Il ne dura pas trop longtemps, ne voulant pas embarrasser la jeunette plus qu'elle ne devait déjà l'être, et enchaina tout de suite, pour ne pas laisser passer une silence gênant.

Non non Mademoiselle je ne suis pas celui que vous croyez, et ce...Disons magnifique achat ne m'appartient pas. Je passais juste et vous ai vue en bien mauvaise posture. Mon noble coeur ne pouvant souffrir d'abandonner ainsi une jolie demoiselle en détresse à son funeste destin, j'ai donc volé à votre secours. J'espère que vous ne porterez pas ombrage de mon attitude une peu cavalière sur l'instant.

Il lui offrait aussi son plus magnifique sourire, pour limiter au maximum la gêne qu'elle pouvait ressentir. Enfin, pour ne pas qu'elle pense qu'il lui faisait du plat comme les deux autres fats juste avant, il continua.

Vous êtes vraiment en retard pour votre livraison? Seriez-vous perdue? Ce ne serait pas étonnant, j'avoue qu'il m'arrive moi-même de m'égarer parmi ces rues! Laissez-moi vous aider, peut-être qu'à deux nous parviendrons à nous en sortir.
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Mer 27 Avr - 17:30 (2011)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant


Anastasie


Un rire puis… le silence…. Puis sa voix….

Non non Mademoiselle je ne suis pas celui que vous croyez, et ce...Disons magnifique achat ne m'appartient pas. Je passais juste et vous ai vue en bien mauvaise posture. Mon noble coeur ne pouvant souffrir d'abandonner ainsi une jolie demoiselle en détresse à son funeste destin, j'ai donc volé à votre secours. J'espère que vous ne porterez pas ombrage de mon attitude une peu cavalière sur l'instant.
-Vous… vous avez donc menti ?

Une larme coula le long de sa joue et elle ne prit pas la peine de l’essuyer tant le vent qui la gifla s’en chargea à sa place. Son cœur semblait se briser, l’homme si bon, si beau, si gentil, si grand, si fort, si… cet homme là mentait, il mentait à ceux de son propre pays. Il avait bravé la foi envers le Très Saint qui appelait à la vérité ! Il avait mis son âme en danger et cela, pour elle ! Quel homme pouvait donc faire cela pour une demoiselle qu’il connaissait à peine ? Plus que de blesser sa personne, il avait accepté de sacrifier pour elle une chance ! Oh, c’était un si bon homme ! Anastasie était persuadée qu’elle ne le méritait pas un tel individu pourtant, pourtant… elle ferait tout pour se rendre digne de l’attention qu’il venait de lui offrir, de ce présent sans limite : elle lui obtiendrait absolution !

Voila ce qu’elle songeait lorsqu’elle rangeait le chapeau, en silence, prenant garde à ne point abimer l’étrange objet. Elle leva un regard vers l’homme si bon qui le prouvait encore de part sa proposition de l’aider. N’avait il fait assez pour elle que de se bannir d’un repos éternel qu’il voulait d’avantage risquer de s’enfoncer en son crime. La joie la dévorait, la culpabilité de ressentir un tel sentiment alors qu’elle n’avait le droit d’espérer… mais Anastasie espérait quand même. Elle préférait rêver à vivre car son rêve ne tacherait la réputation du géant, mais elle vivrait son rêve de la plus belle des façons !

Je cherche la demeure de dame et de Sire de Mortefeuille. Je dois leur livrer le chapeau que madame a réclamé mais… je n’étais jamais venue ici alors…. Je dois me rendre à cette rue.

Elle tendit une enveloppe où l’écriture de sa maitresse signalait l’adresse de livraison. Lors de sa livraison, elle mettrait la somme due en l’enveloppe qui serait fermée à l’aide d’un cachet de cire. Cela permettait de savoir exactement, lors des comptes en fin de semaine, qui avait payé quelle somme et d’ainsi empêcher les vols. Anastasie observait avec ébahissement l’homme qui regardait l’adresse… Avait on déjà remarqué que lorsqu’il lisait, son sourcil gauche s’affaissait légèrement plus que le droit ? Oh… surement pas songeait la jeune femme, ravie d’être la seule à connaître ce détail sur son Auguste…

Elle le suivit quand il lui indiqua un chemin, calquant son allure sur la sienne. Chaque fois qu’il tourna la tête en sa direction, elle abaissait la sienne et observait, rougissante, ses chausses. Mais dès qu’il ne la regardait point –ou qu’elle ne le voyait le faire- son regard ne pouvait s’empêcher de caresser les traits de l’homme. Il marchait à coté d’elle ! Oh que cette journée était belle ! Les oiseaux chantaient leur amour naissant tandis que l’astre bienveillant illuminait leur cheminement, telles deux flammes au cœur des enfers leur aura suffisait à éloigner tous ceux qui auraient pu les croiser ! Ou était ce juste le fait qu’il fut un géant qui leur imposait la peur ? Qu’importait au fond ?!

Et sa voix ! Sa douce voix si mélodieuse, si suave ! Tellement grave que son écoute faisait ombrage aux plus beaux des opéras et que ses mots étaient tels la sagesse de la terre ! Si pleine de chaleur ! Les mots émis n’avaient aucune importance, elle ne les entendait pas ! Auraient-ils pu chanter l’un et l’autre comme dans les plus beaux contes ? L’harmonie de leurs chants aurait résonnés comme les gages d’un amour éternel ! Puis, un oiseau se serait posé sur l’une des épaules du géant et les aurait accompagnés tandis que, éprise de se promesses, il l’aurait conduite jusqu’à l’autel où ils auraient échangés leurs vœux ! Elle, dans sa robe blanche à la dentelle nacrée ! Anastasie ne voyaient alors les badauds tant elle le trouverait beau, son Auguste, cachée par son aura elle apercevrait cependant son sourire, puis ses lèvres qui s’avanceraient vers elle pour lui offrir un baiser, oui ces lèvres et le sol… le sol ?

Anastasie venait de tomber, tête la première. A s’enfoncer dans ses rêves en gardant la tête dans les nuages, la destinée l’avait fait retoucher terre de la plus simple des façons.

Aïe… murmura t elle.

Elle leva la tête vers son Auguste et puis songea qu’elle le nommait ainsi… oserait elle le lui demander directement ? Lui offrirait-il ce choix ? Oui, alors qu’elle venait de tomber, comme toute personne normale on aurait pu songer qu’elle allait lui demander de l’aider ou s’excuser de ce malheureux châtiment… mais ce qu’Anastasie, encore au sol, demanda fut :

Je me demandais si… vous accepteriez de me confier votre nom ?
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 17:32 (2011)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant

Menti? Oui on peut le voir comme cela effectivement, mais je le supporterais ne vous inquiétez pas! Et je puis vous assurer que ce n'est point dans mes habitudes! Tout au plus un tour que j'ai joué à vos ravisseurs afin d'éviter un dénouement plus difficile.

La fillette semblait un peu choquée. Ce n'était guère étonnant remarque. Sans parler de Kilstan lui-même qui avait souvent cet effet, elle venait de passer par un moment riche en émotions, et avait due se sentir un peu ridicule suite à sa méprise. Dans une situation similaire, lui-même n'aurait probablement pas trop envi ni de parler ni de rire. Elle accepta tout de même son offre d'aide quand à son orientation. Le garde prit l'enveloppe qu'elle lui tendit, après avoir rangé l'objet de sa livraison avec précaution, et il étudia l'écriture fine qui était probablement celle de la patronne. Après un court instant de réflexion, et faisant appel à toutes ses facultés pour être sûr de ne pas se perdre, il décrocha son attention du papier, et enjoignit la petite à le suivre d'un regard.

C'est par là. Le trajet ne sera pas long, vous n'étiez pas si loin!

Il n'en était pas absolument sûr, mais mieux valait ne pas montrer son hésitation. Un truc de chef pour avoir la confiance de ses hommes. Elle lui emboita le pas sans discuter, et ils commencèrent leur périple ainsi. Il suivait l'itinéraire qu'il s'était définit, d'aidant en cela des instructions dont il disposait. L'allure était rapide mais...pas un mot n'était sortit de la bouche de la demoiselle. Kilstan tenta donc un habituel et banal

Beau temps pour la saison n'est-ce-pas? ça doit être assez agréable de partir livrer par un tel climat non?


Aucune réponse ne lui vint en retour. Certes ils marchaient côte à côte, mais chaque fois qu'il jetait un oeil dans sa direction, elle semblait fascinée par la contemplation du sol, fuyant ses yeux de manière parfois assez peu discrète. Surement l'intimidait-il trop pour qu'elle ose le regarder directement. Ou répondre à ses questions. Il passa le reste du chemin à essayer de déterminer s'il s'agissait là d'un manque de politesse ou d'un excès de respect...Difficile de faire la part des choses. Il n'était pas encore arrivé à une conclusion quand il entendit un bruit sourd, et que les mèches blondes à la limite de sa vision, vu qu'il n'osait plus la regarder directement pour ne pas la gêner, disparurent d'un coup.

Il se retourna pour la découvrir à même le sol, un peu sonnée. Il se précipita pour l'aider à se relever, tant ce genre de chute est douloureuse, souvent moins pour le corps que pour l'égo. Il n'avait même pas eu le temps de lui proposer sa main pour se relever que la gamine lui posa une question fort surprenante. Enfin surprenante...Dans sa situation à elle, ce n'était pas ce dont il se serait inquiété en premier. Mais effectivement, la question était plus que pertinente! Il était d'un stupide! Évidemment qu'il y avait une barrière entre eux! Il n'avait même pas pensé à faire les présentations. Non mais vraiment, quel bourrin! ça aurait pourtant été une solution parfaite pour briser la glace malgré leurs positions sociales si éloignées!

Après un très léger instant de surprise face à cette révélation, il mit un genou à terre et tendit sa main, un sourire chaleureux au visage, des yeux paternalistes braqués sur elle. Il aimait bien les filles comme elle. Simples, un peu timides...Elles avaient un charme propre que trop ignoraient, et c'était bien dommage!

C'est de cela dont vous vous inquiétez dans une telle posture? Prenez ma main pour vous relever, Mademoiselle. Ne restez pas ainsi à terre. Vous ne vous êtes pas blessée au moins?
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Lun 6 Juin - 18:11 (2011)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant


Anastasie


Son genou gratouillait, piquait, il saignait à vrai dire mais elle n’en avait cure. Ses cheveux lui couvraient en l’instant le front et son air de sotte mais voilà que de sa main maladroite, elle balaya sa figure et se figea en gardant une touffe de cheveux dans sa poigne. La plus belle des déclarations, celle qu’elle n’avait vu qu’en rêve, celle-ci même était en train de se jouer devant elle. Son cœur était-il si certain pour se dévoiler déjà, faisant fi des circonstances et de sa pauvre condition ? Genou à terre son visage irradiait l’inquiétude et cela ne pouvait trahir que la crainte qu’elle ne le refuse.. Comment pouvait-il croire en cela ?

Anastasie tomba de plus bel sur son fondement avant de secouer la tête pour replacer ses cheveux et lui libérer le champ de vision. Elle tendit une main fébrile vers celle d’Auguste, son cœur battait à la chamade, ils seraient bientôt unis. Ses doigts se glissèrent dans sa paume et elle osa soupirer bruyamment tant l’émotion la gagnait.

-Oui…

Il l’aida à se relever alors que leurs regards étaient plongés l’un dans l’autre. Il fronçait les sourcils lui aussi trouvait l’instant douloureusement délicieux ? Voilà que de son infini bonté il s’inquiétait encore qu’elle ne se soit fait mal, à moins qu’il ne craigne qu’elle ne partage pas son ressenti et que cela puisse la tourmenter.

-Je vais bien… Je…

Elle aurait voulu lui avouer son bonheur mais elle était encore trop timide. Allaient-ils se marier ? Elle n’en était pas vraiment certaine, cela contrarierait peut-être sa chère matrone et lui cela ne le dérangeait pas qu’elle soit de si petite condition ? C’était un rêve, il ne fallait pas que cela devienne un cauchemar… pour lui. Il fallait qu’elle se montre courageuse pour qu’il sache qu’elle était à la hauteur de son amour même si cela lui couterait terriblement. Elle inspira quelques fois pour retrouver un peu de son calme sans lâcher les mains de son fiancé avant de redresser un peu la tête, premier gage de témérité à défaut de pouvoir soutenir encore son regard…

-Je me nomme Anastasie.

Il voulait peut-être taire son nom mais elle ne lui en voulait pas, leur amour était encore jeune il s’était montré déjà bien entreprenant pour ne pas tout offrir à leur première rencontre.

-Je travaille pour Madame de Roch..

Ciel ! son paquet ! Elle lâcha les mains de son tendre pour se jeter sur la petite boite entrouverte. Le chapeau trempait à présent à moitié dans une flaque, la plume fanait et les couleurs perdaient en teinte… Anastasie porta les mains à sa bouche pour en point hurler mais n’eut pour le coup rien pour cacher le flot des larmes qui se déversaient malgré elle.

-Par le Très Saint ! Qu’ai-je fait !

A cet instant tout devint clair ! C’était ses pensées impures, elle l’avait convoité et malgré leur amour inconditionnel, Dieu ne voulait pas de cela pour elle parce qu’il ne voulait pas d’elle pour lui.
Revenir en haut
Kilstan Oss
Initiés au Secret

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2011
Messages: 72
Race: Hërn
Zone: Elis
Âge: 27

MessagePosté le: Mar 9 Aoû - 21:58 (2011)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant

La petite créature était bien légère pour un massif soldat comme lui. Il n'eut aucun mal à la remettre sur ses pieds une fois qu'elle eut accepté sa main. Ce geste, qui semblait monstrueusement banal au noble, sembla revêtir une importance particulière pour la demoiselle. Il n'aurait su l'affirmer avec certitude, car ses pensées étaient plus focalisées sur son état de santé, mais il pensait bien l'avoir entendue soupirer quand leurs paumes s'étaient touchées. Elle avait de fines et douces mains, comme on pouvait l'espérer de sa frêle apparence.

Une fois sur ses deux pieds, elle s'empressa de l'assurer de sa bonne santé avant de lui donner son nom. Elle devenait plus entreprenante, voilà qui s'annonçait merveilleux pour la suite, et qui confirmait que son manquement quand aux présentations avait été une erreur. Kilstan ne lui avait pas encore donné son propre patronyme car il voulait le faire avec panache, pas le lancer comme ça à la jeune fille le séant encore collé au sol. Aussi il embraya juste derrière elle. Il partit dans un geste très ample de la main pour s'incliner comme le font certains sujets devant l'Empereur. Il n'avait pas l'intention de se moquer de joli minois, mais il était si strict dans ses rapports avec les siens qu'un peu de grandiloquence sans conséquence lui ferait du bien.

Et bien chère Anastasie, mon nom, que j'accepte bien sûr avec plaisir de vous donner, est...

Il s'arrêta quand il l'entendit renifler. Elle s'était rendue un peu plus loin, et tenait dans ses mains les restes de l'horreur qui lui tenait lieu de livraison quelques instants plus tôt. L'avait-elle seulement écouté? Il pensait bien que non. Mais ce n'était pas très important, car il ne mit pas longtemps à comprendre qu'elle pleurait. Un autre noble que lui aurait surement rit d'une telle sensibilité pour si peu de chose, mais Kilstan savait bien comment parfois les maîtres étaient cruels avec leurs employés. Et à coup sur, malgré le gout douteux de l'article, le chapeau représentait un fort belle somme que la livreuse venait de faire perdre à sa patronne.

Le géant se releva, se sentant un peu ridicule de faire la révérence à personne, et se dirigea vers la jeune éplorée, cherchant comment il pourrait bien l'aider. Certes ce n'était pas vraiment son problème, mais le grand coeur du soldat était toujours touché par les pleurs. Enfin ceux des femmes et des enfants seulement. En tout cas, il souffrait pour le sort de cette demoiselle, et il comptait bien ne pas la laisser seule avec son embarras. Mais dans un premier temps, il fallait lui redonner le sourire, c'était le plus important. Il lui parla d'une voix douce, afin de ne pas provoquer plus de fuites qu'il n'y en avait déjà.

Allons allons, calmez-vous. Laissez moi regarder je suis sûr que ce n'est pas si terrible.

Il lui prit l'article des mains, mais un rapide regard lui confirma que si. C'était même pire. Un cheval avait-il piétiné cette chose ou bien était-il déjà aussi moche de base? Impossible de le savoir. Bon, il fallait y aller par étapes. D'abord redonner le sourire, ensuite régler le problème. Chaque chose en son temps. Alors qu'il contemplait le désastre avec un sourire un peu gêné, se demandant comment rattraper le coup, il se rendit compte qu'il avait dans les doigts l’accessoire parfait pour parfaire sa superbe présentation. En effet un chapeau, ça faisait toujours son petit effet comme accessoire. Bon il n'aurait pas choisit celui-ci, mais qu'importe, il était disponible. Il ne le posa pas vraiment sur son crâne, mais ne s'en servit que pour amplifier l'effet de sa révérence. En l'absence de miroir, il ne pouvait juger de l'effet, mais il espérait bien avoir exécuter un geste digne du plus obséquieux des ménestrels.

Écoutez moi bien jeune demoiselle. Je me prénomme Kilstan, et si je ne puis vraiment être considérer comme un prince, je n'en suis pas moins votre chevalier pour l'instant. Aussi ne vous inquiétez point de ce contre-temps, je suis là pour vous soutenir dans cette mauvaise passe. Par contre, il serait dommage que vos pleurs viennent ternir cette si jolie journée, aussi me ferez vous l'honneur de sécher vos larmes et de me donner votre plus beau sourire?

Il se sentait un peu ridicule, mais cela ne tuait pas, et pour obtenir un rire il était prêt à toutes les facéties. Il lui offrit ensuite son bras, comme pour la conduire à un bal.

Laissez moi vous guider vers votre livraison et échanger quelques mots avec le destinataire, je suis sûr qu'il fera preuve de compréhension.


ça c'était une certitude. Tout le monde écoutait quand un Oss parlait.

Et selon le déroulement, nous passerons ensuite par chez moi pour que je rédige une lettre à votre patronne. Ne vous inquiétez pas, avec moi à vos côtés, il ne peut rien vous arriver.

Son sourire à lui était un peu figé, attendant la réaction. Tout ce qu'il voulait c'était un sourire, mais s'il obtenait un éclat de rire, ce serait encore mieux!
________________________________________________________________

« Si jamais l’homme qui vous pourchasse est grand et fort, et porte un casque à l’emblème de l’ours grondant, ne vous rendez pas. Car s’il vous attrape, l’Ours d’Elis vous mangera »
Surtout si vous êtes un poney...
Revenir en haut
Eclat Divin
Guides

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2010
Messages: 80
Race: Divine
Âge: Sans Âge

MessagePosté le: Mer 12 Sep - 15:43 (2012)    Sujet du message: Une rencontre imprévue... Répondre en citant


Once upon a time - Hypnotises



    Les rumeurs sont tantôt vagues, tantôt plus denses mais on se souvient encore de cette histoire et eux, gardèrent précieusement le souvenir de ce jour de rencontre.




Je me permets de clôturer ce RP. Si vous désirez revenir le jouer, il suffira de vous concerter avec les autres joueurs et/ou d'envoyer une missive à une de nos Divinités
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:56 (2017)    Sujet du message: Une rencontre imprévue...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Osh le Secret Gardé Index du Forum -> | - Terre - | Continent d'Astès :: Elis, la Capitale -> Hauts quartiers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Se rendre sur le portail TourDeJeuVoir les explications de cet anneau sur le site TourdeJeuVoir la liste des jeux de cet anneauPour avoir un jeu de cet anneau au hasardPour voir le jeu précédent de cet anneauPour voir le jeu suivant de cet anneau